X

Liban

Beyrouth II : L’accès de « forces nouvelles » se précise dans le paysage électoral

Législatives 2018 -

Une pléthore de candidats et des listes non conventionnelles en lice pour contrer les courants issus du pouvoir.

14/02/2018

Tous ceux qui suivent de près la course électorale dans la capitale, plus précisément dans la circonscription de Beyrouth II, en conviennent : la bataille y sera rude, tant par le nombre de candidats et de listes qui devront s’affronter, que par le paysage politique qui s’annonce plus que jamais bigarré. Longtemps considérée comme une chasse gardée du courant du Futur, cette circonscription pourrait connaître des changements lors des législatives du 6 mai.

Et pour cause : la loi a changé avec l’introduction de la proportionnelle ouvrant des possibilités réelles à d’autres courants et mouvances. D’autre part, à en croire les milieux non haririens, l’humeur de la rue sunnite ne serait plus la même. Enfin des liens gouvernementaux se sont récemment tissés, notamment entre le courant du Futur et le tandem chiite après l’affaire de la démission du Premier ministre, Saad Hariri, à Riyad, en novembre dernier.

Autre facteur de changement qui pourrait peser dans la balance, l’émergence, en 2016, d’une nouvelle tendance incarnée par Beyrouth Madinati lors des élections municipales, introduisant une dynamique de confrontation inédite entre société civile et partis traditionnels.

Tablant sur cette expérience et sur un certain « ras-le-bol » ressenti dans une ville qui n’a connu aucun développement depuis des années, plusieurs « forces nouvelles » dites du changement vont tenter, lors de cette échéance, de reprendre le flambeau contre les partis conventionnels du pouvoir, même si elles ne se placent pas toutes sous la bannière de la société civile.

À ce jour, ce sont au moins deux listes qui aspirent à être entières qui devront affronter la liste du courant du Futur. Tout d’abord, celle parrainée par l’homme d’affaires Fouad Makhzoumi, qui concocte actuellement une liste en comptant sur de longues années de prestations sociales et caritatives dans la capitale.

M. Makhzoumi mise également sur le fait que pour la première fois, la liste du Futur « ne pourra prétendre qu’à la moitié des sièges seulement », comme l’affirme un analyste proche de la campagne de M. Makhzoumi. Pour de nombreux analystes du même bord, Saad Hariri, en dépit de son retour momentanément « triomphal » de Riyad, a bel et bien perdu du terrain en termes de popularité dans la capitale.

Une thèse que seules les urnes pourront confirmer mais qui n’en reste pas moins source d’espoir pour tous ses adversaires électoraux, nombreux à vouloir s’engouffrer dans la brèche pour lui arracher quelques sièges.


(Lire aussi : Pharaon à « L’OLJ » : Mon alliance avec les FL et Nadim Gemayel est naturelle)

 

Le ras-le-bol

Outre la liste présidée par M. Makhzoumi, une autre liste regroupant des « familles beyrouthines éminentes », dont notre collègue du Liwa’, Salah Salam, brigue également les 11 sièges que comprend la circonscription (6 sunnites, deux chiites, un druze, un grec-orthodoxe, un protestant).

La liste devrait regrouper « des personnalités traditionnelles qui ont leur poids et qui se sont souvent trouvées écartées du jeu politique, ainsi que des candidats issus de la société civile », comme le précise une source proche de la liste. Même si l’on refuse à ce jour à révéler les noms de certains candidats pressentis, on avance de plusieurs sources le nom d’Ibrahim Mneimné, ancien chef de file de Beyrouth Madinati.

Les membres de la liste, qui se réclament « plutôt de la ligne de Rafic Hariri que de celle de son fils, Saad », affichent clairement « leur opposition à l’état de négligence et de laxisme dont souffre la capitale, depuis pratiquement la disparition de Rafic Hariri ». Placé sous le slogan du « ras-le-bol », la campagne des « familles beyrouthines » sera également axée sur le refus de voir d’autres forces, « qui proviennent de l’extérieur de la capitale, venir briguer les sièges que n’aura pas réussi à rafler le courant du Futur », précise un porte-parole de la liste. Comprendre : le Hezbollah et Amal, ainsi que leur alliés, comme le CPL et le PSNS.

À ce jour, le tandem chiite, qui, comme à son habitude, observe une discrétion légendaire en matière de stratégie électorale, concocte une liste qui ne sera toutefois pas complète, avec trois sunnites uniquement et, pour l’instant du moins, deux chiites, sauf changement de dernière minute. En réduisant le nombre de candidats sunnites, le tandem chiite entendrait ainsi éviter la dispersion des voix.

De source informée, on apprend que la réunion qui s’est tenue lundi entre le chef du Parlement, Nabih Berry, et Saad Hariri, n’a pas abouti à un compromis au niveau des sièges chiites, M. Berry ayant insisté pour présenter deux candidats de sa confession ( l’un d’eux serait Amine Cherri) rendant ainsi la bataille encore plus corsée si M. Hariri devait également présenter deux candidats chiites.


(Lire aussi : Hugo Shorter réclame « des sièges pour les Libanaises »)


La liste Hezbollah-Amal comprend également trois candidats sunnites dont le journaliste Salem Zahran (Amal) et un autre issu des Ahbache (Adnan Traboulsi probablement), islamistes prosyriens. Le candidat au siège réservé aux protestants serait issu quant à lui du PSNS (Farès Saad).

Encore incomplète, la liste parrainée par le courant du Futur compte, à ce jour, outre M. Hariri, l’ancien Premier ministre, Tammam Salam, le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, un homme d’affaires, Nazih Najem, pour les sièges sunnites. Une incertitude plane toutefois autour du siège protestant qui devrait aller, soit à l’actuel député Bassem Chab, comme le souhaiterait M. Hariri, soit à Edgar Traboulsi, candidat du CPL, si le chef du courant du Futur décide au final de s’allier avec les aounistes pour pourvoir à ce siège.

Le tableau semble donc encombré avec une multitude de candidatures et de listes et les incertitudes restent nombreuses, même si certaines grandes tendances commencent à se préciser. Comme par exemple la volonté désormais affichée de l’ancien chef de gouvernement, Nagib Mikati, de soutenir « la liste qui comprendra des personnalités authentiquement beyrouthines aux côtés de candidats représentant du sang neuf et des indépendants ».


Lire aussi

Machnouk expose les préparatifs techniques électoraux à des diplomates

Joumblatt chez Hariri : Malgré quelques soubresauts, la relation est solide

Signaux « positifs » entre Saïfi et Moukhtara

Sleiman : Une opportunité de changement

Safadi : Une loi « floue »

Nehmetallah Abi Nasr ne se représente pas


Repère

Législatives libanaises : les dates à retenir

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

YALLAH !
PLUS ON EST NOMBREUX PLUS ON EST DES FOUS & PLUS WALI FAKIH S'EN AMUSE !

Antoine Sabbagha

Nouveau printemps pour voir fleurir
De nouveaux visages pour pétrir
D’autres visages de tribus beyrouthines nous fait rire
Car avec des listes nouvelles qui saura guérir
Cette formule nouvelle de calculs qui fait frémir
Et que seul Pythagore pourrait résoudre avec des tricheries affichant le vainqueur avec …Sourire

Marionet

J'avoue que "familles beyrouthines éminentes" et "familles traditionnelles" ça ne fleure pas bon le changement, non ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL NE MANQUE QUE LE REVEIL DES LIBANAIS !

Yves Prevost

La naissance de listes non conventionnelles est, en soi, un bon signe, sauf que leur multiplication ne va servir qu'à éparpiller les voix, et finalement, renforcer les poids lourds. Le Futur étant en train de se déliter, ne reste en lice que le rouleau compresseur du Hezbollah avec ses alliés Amal et CPL.

Bery tus

tout ce que je vois c'est que la liste ou les listes dites civiles (or qu'elles n'ont rien de civile puisque prétendant au poste politique) vont se confronter aux ancien 14 mars fragmentant encore plus les défenseurs de la souverainetés, car repetons le les listes ou LA liste des 8 marsistes (exeption faite peut etre du CPL) ne vont jamais etre perces

quel dommage de vouloir aussi fort (et avec honnêteté je l'avoue) laisser ou faire une route bien goudronner afin de remettre le liban sous tutelle .. derriere le slogan de l'economie et de l'avenir monétaires du liban et des libanais ... car on peut asservir un peuple 3 manieres : la securite, les libertes ..... et une des plus pernicieuses ECONOMIQUE

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Tête de Turc

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.