X

Liban

Le film « Beirut », annoncé pour avril prochain, provoque la colère des Libanais

Polémique
16/01/2018

L'annonce de la sortie prochaine d'un film américain portant le titre Beirut fait l'objet de vives critiques depuis quelques jours sur la toile. Et pour cause, le film signé Brad Anderson est accusé de porter atteinte à l'image de la capitale et de ne pas montrer la réalité libanaise.

Beirut, dont la bande-annonce a largement circulé parmi les internautes libanais, relate les périples d'un diplomate américain, incarné par Jon Hamm, qui revient au Liban en 1982 pour sauver un de ses amis kidnappé par un groupe islamiste. Le film devrait sortir le 13 avril dans le cadre du Sundance Film Festival, date qui coïncide avec le début de la guerre civile libanaise, le 13 avril 1975.

 

 

 

 

Le ministre de la Culture, Ghattas Khoury, n'a pas tardé à réagir à la question, dénonçant dans un communiqué le non-respect par le film des vérités historiques concernant le Liban. « Normalement, lorsqu'un auteur ou un réalisateur veut faire un film, il se documente sur le lieu et l'histoire afin que le film soit véridique, a déclaré M. Khoury. Le réalisateur Brad Anderson nous a surpris (par son manque de documentation sur l'histoire du pays) et notre ville glorieuse a été défigurée de façon injuste dans son film. »

Une source proche du ministère de la Culture a indiqué à L'Orient-Le Jour que le ministère a contacté un avocat américain pour se renseigner sur la possibilité de lancer une procédure légale pour demander le changement du titre du film à l'international. L'avocat a affirmé au ministère que cela n'était pas possible du fait qu'il s'agissait d'une œuvre de fiction. Selon le site Blog Baladi, le film portait à la base le titre « High Wire Act ». Il n'est pas clair pour l'instant si le film risque d'être interdit par la censure, le responsable assurant toutefois à L'Orient-Le Jour que « ce ne serait pas une chose que le ministère de la Culture demanderait, lui qui œuvre contre la censure ».

Les internautes qui ont critiqué Beirut trouvent qu'il véhicule des stéréotypes négatifs sur les Arabes et lui reprochent surtout de ne pas avoir été tourné au Liban (le film a été tourné au Maroc) et de ne pas faire figurer d'acteurs libanais. Certains internautes vont même jusqu'à relever que l'accent de l'acteur incarnant un terroriste libanais s'exprimant en anglais dans une des scènes n'est pas celui d'un Libanais parlant anglais.

 

Pour mémoire

Comment le Liban est-il représenté dans les séries télé occidentales?

Deux films, The Post de Spielberg et Jungle, interdits au Liban

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chady

“La ville de beyrouth est associee au hezb et au terrorisme”

Oui c’est cela, associez, associez.

MISMIRIGO FRANCESCO

Jusqu'à 1975 le Liban et Beyrouth tout en traversant des crises politiques jouissaient d'une image internationale fort positive. 15 ans de guerre "civile" et d'intérêts palestiniens et israéliens ont ramené l'image du pays au néolithique. Malgré les spéculations immobilières la perte de l'âme ancienne du centre ville et l'absurdité du trafic la reconstruction avait ramené Beyrouth en haut de l'imaginaire collectif positif. L'attaque israélienne de 2006 a malheureusement ruiné tous ces efforts.
Actuellement malgré un développement culturel et économique certain à l'étranger l'image du Liban n'est pas toujours positive. Notamment à cause de la crise syrienne. Et de son côté l'Etat et le monde du tourisme font très peu pour promouvoir une image vraiment positive du pays.
Ceci dit l'arrivée sur la scène internationale d'un film à l'américaine qui n'est pas une reconstruction historique fidèle mais qui utilise le Liban uniquement pour relayer une image violente de la région et du monde arabe ne fera que confirmer dans l'imaginaire collectif que Beyrouth reste une ville à éviter.
Donc oui à une critique de ce film et même à le bloquer. Mais en même temps que le Liban commence à trasmette à l'étranger des messages positifs. Afin de ne pas être aujourd'hui comme en 1975 toujours otage des décisions d'autrui.

Vahe Atmadjian

A quoi sert d'interdire le film au Liban quand le monde entier va le voir?

stambouli robert

Qui a vu le film pour deja demander de le censurer?
la bande annonce semble etre un film de grande fiction plus ou moins collee a une realite malheureusement quotidienne en ce temps comme plusieurs series de television ( homeland Fauda House of cards etc..) qui sont sur toutes les chaines americaines sans que personne ne s'en emeuve

gaby sioufi

les libanais "" en colere "" ??
soit qu'Ils n'ont pas vecu la guerre soit qu'ils reagissent comme cela parcequ'il leur est demande de le faire, soit qu'ils reagissent par pur confessionalisme .
dans les cas C'EST FOUTAISES que toutes ces reactions de LIBANAIS scandalises !

le ministre de la culture qui se veut defenseur des libertes etc... pourrait etre mis devant un dilemme INEXTRICABLE :
que ce soit le public du Future ou de hezb qui se disent EN COLERE ,
il ne pourra que leur donner satisfaction.

FAIRE SON DEVOIR D'APRES SES CONVICTIONS ? bon ce sera pour plus tard.

Cadige William

Pourquoi donner tant d’importance a de la fiction?
Il y a eu plein de films de fictions et daventures violents dont le Centre d’action etait Londres ou Los Angeles, Washgton et NewYork et personne n ‘en a fait un plat !
Concentrez vous plutot sur la censure ridicule sur les films de grands genies comme Spielberg au lieu de creer des diversions aussi ridicules.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POURQUOI S,ETONNER ? QUELS FILMS AMERICAINS SONT -ILS VERIDIQUES DE TOUS CEUX QUI TRAITENT DE HEROISME AMERICAIN ET OU LE HEROS TUE ET N,EST JAMAIS TUE ET SON REVOLVER JAMAIS NE SE VIDE COMME S,IL TRANSPORTAIT DANS SES POCHES TOUT UN ARSENAL DE BALLES ET D,OGIVES ETC... C,EST UN FILM... DONC, FICTION !

Houri Ziad

De toute facon qu'on le veuille ou pas .....la ville de BEYROUTH est associee au hezb et au rerrorisme....

yves kerlidou

Et allez donc encore un qui va se faire censurer ! pauvre pays on ne va pas tarder à arriver au fond du trou

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Amal et le Hezbollah veulent privilégier les structures partisanes

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le Joy de Patou de tante Hoda

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.