X

Économie

La Chine et un site d’Alibaba au cœur de la liste noire des contrefaçons

Lutte anticorruption
OLJ
13/01/2018

La Chine et Taobao, revendeur du géant chinois du commerce électronique Alibaba, figurent toujours sur la liste noire américaine des « marchés notoirement réputés » pour vendre des biens contrefaits et violer les droits de la propriété intellectuelle. L'an passé, les États-Unis ont répertorié une quarantaine de marchés mondiaux virtuels et réels qui vendent des produits et services contrefaits. Pour autant, « comme les années passées, plusieurs observateurs continuent d'identifier la Chine comme la source principale des produits contrefaits », indique un communiqué du représentant du commerce (USTR) publié hier. S'agissant de la plateforme de e-commerce Taobao, les services de l'USTR constatent qu'en dépit des actions prises par la maison mère dont « certaines au cours des six derniers mois », « la fréquence des ventes de produits contrefaits demeure un défi ». Aussi exhortent-ils Alibaba à prendre des mesures supplémentaires pour résorber ce problème. « Alibaba ne doit pas relâcher ses efforts pour combattre la contrefaçon et le piratage sur Taobao.com et sur ses autres plateformes », soulignent-ils. Bien que l'inscription sur la liste noire n'entraîne pas d'amendes, elle ternit la réputation des sites ou des pays qui y sont pointés du doigt. « Les marchés dans le monde contribuant au commerce illégal causent un sévère préjudice à l'économie américaine, à l'innovation et aux travailleurs », a commenté Robert Lighthizer, le représentant spécial pour le commerce (USTR). « L'administration Trump est engagée à contenir ceux qui violent les droits de propriété intellectuelle et intensifier ses efforts pour lutter contre la contrefaçon et le piratage », a-t-il ajouté.
Les importations de produits contrefaits ou piratés représentent 500 milliards de dollars, soit environ 2,5 % des importations totales aux États-Unis, selon les services de l'USTR.
Parmi les autres sites internet visés figure The Pirate Bay, célèbre site de partage de musique, de films, de séries télévisées et autres fichiers copiés. En dépit des actions en justice entreprises dans le monde, qui se sont traduites par des actions pour bloquer ce site suédois, The Pirate Bay « figure dans le top 100 des sites les plus populaires au monde, disponibles dans 35 langues », note l'administration américaine. Par ailleurs, certains marchés très fréquentés par les touristes et mondialement connus pour la vente de contrefaçons continuent de sévir à l'instar du Grand Bazar à Istanbul en Turquie.
Source : AFP

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA CONTREFACON REDUIT LES PRIX DE VENTE AU PUBLIC MAIS EST-CE LA MEME QUALITE ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué