X

Liban

Pierre Daher à « L’OLJ » : « La classe politique porte atteinte à la LBCI et aux libertés publiques »

Médias

Marcel Ghanem devrait comparaître aujourd'hui devant le premier juge d'instruction du Mont-Liban.

Y. A. A. | OLJ
04/01/2018

Notre confrère Marcel Ghanem, animateur de la plus vieille émission politique encore à l'antenne, Kalam el-Nass, devrait comparaître ce matin devant le premier juge d'instruction du Mont-Liban, Nicolas Mansour.
Cette démarche s'inscrit dans le cadre de la procédure lancée par le ministre de la Justice, Salim Jreissati, à l'encontre du journaliste-vedette de la LBCI. Pour rappel, quelques jours après la démission du Premier ministre, Saad Hariri, le 4 novembre dernier, M. Ghanem avait reçu sur son plateau deux journalistes saoudiens qui ont vivement critiqué le régime et de hauts responsables libanais. Le journaliste est aujourd'hui accusé d'avoir « porté atteinte à la dignité du président de la République, Michel Aoun ».
Si les milieux proches du pouvoir réduisent l'interrogatoire de M. Ghanem à une procédure judiciaire, il reste que certains y voient une grave atteinte à la liberté d'expression et de la presse dans un pays qui se veut démocratique.

À la faveur de cette logique, Pierre Daher, PDG de la LBCI, a appelé à un rassemblement populaire ce matin, devant le Palais de justice de Baabda, pour stigmatiser les atteintes à la liberté d'expression.
Joint par L'Orient-Le Jour, M. Daher ne manque pas d'accuser « la classe politique dans son ensemble » de « porter atteinte à la LBCI, et par le fait même aux libertés publiques au Liban ». « Il s'agit d'un camouflet porté aux journalistes, mais aussi au pays dans son ensemble », ajoute-t-il, assurant que « la LBCI continuera à mener la bataille des libertés, en dépit des agissements du pouvoir politique ».

Si certains estiment que l'affaire Marcel Ghanem a fortement secoué les rapports entre la LBCI et le Courant patriotique libre, Pierre Daher fait savoir que des représentants de tous les partis politiques seront présents au rassemblement de ce matin, exprimant, toutefois, « le souhait de voir des aounistes participer aussi ».

De leur côté, les Kataëb ont exprimé leur solidarité avec Marcel Ghanem et la LBCI. Dans un communiqué publié à l'issue de la réunion de son bureau politique, le parti s'est indigné « des atteintes à la liberté des médias au Liban », indiquant qu'il suivra l'affaire Ghanem « pour préserver les libertés publiques et la dignité des journalistes libres ». Le département des jeunes et des étudiants Kataëb avait d'ailleurs appelé hier à la plus grande participation au rassemblement devant le Palais de justice de Baabda.

 

 

Lire aussi

Lettre ouverte aux juges libanais, la tribune de Samy Gemayel

Raï : Les Libanais craignent une restriction des libertés publiques

 

Pour mémoire

Annulation du mandat d'amener à l'encontre de Marcel Ghanem

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EXCUSEZ-MOI D,AVOIR ECRIT CESARE EN ITALIEN...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RENDEZ A CESARE CE QUI EST A CESARE AVANT DE VOUS PRESENTER EN CHAMPION DES LIBERTES !

Antoine Sabbagha

Dans cette mosaique de pays les libertés publiques sont proportionnelles avec chaque tribu et confession . Feuilleton à suivre .

Bery tus

ET quid du soutien des FL avec Melhem Riachi ?!

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Je te/nous hais !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué