X

À La Une

Détention prolongée pour Ahed Tamimi, sa mère et sa cousine

proche-orient

Les trois femmes sont les protagonistes d'images tournées le 15 décembre dans le village de Nabi Saleh près de Ramallah, apparemment avec un téléphone portable, et qui ont fait le tour des réseaux sociaux et des médias israéliens et palestiniens.

OLJ/AFP
26/12/2017

Le tribunal militaire israélien d'Ofer, en Cisjordanie, a prolongé lundi la garde à vue de trois Palestiniennes apparaissant dans une vidéo virale sur un incident survenu en Cisjordanie occupée, a indiqué la police.

Ahed Tamimi, âgée de 17 ans et présentée menottée au tribunal, sa mère Nariman Tamimi, 43 ans, et sa cousine Nour Naji Tamimi, 21 ans, resteront détenues jusqu’à jeudi, selon la police. Les trois femmes sont les protagonistes d'images tournées le 15 décembre dans le village de Nabi Saleh près de Ramallah, apparemment avec un téléphone portable, et qui ont fait le tour des réseaux sociaux et des médias israéliens et palestiniens.

Elles montrent Nour Naji Tamimi et Ahed Tamimi s'approcher de deux soldats israéliens appuyés sur un muret, les bousculer, puis leur donner des coups de pied et de poing et des gifles. Nariman Tamimi intervient dans le remue-ménage, cherchant apparemment à s'interposer et à repousser les soldats de la cour de sa maison. Les soldats, armés et casqués, demeurent impassibles, puis s'éloignent à reculons.

 

 

 

Les trois Palestiniennes ont été arrêtées la semaine dernière. Les Tamimi se veulent à la pointe de la contestation à Nabi Saleh, théâtre fréquent de manifestations contre l'occupation israélienne et de heurts.

Côté israélien, les deux soldats ont été généralement félicités pour leur retenue. Mais de nombreux internautes et certaines personnalités se sont demandé si les jeunes filles n'auraient pas dû être arrêtées sur le champ, et si les soldats étaient à ce point préoccupés par l'image de l'armée qu'ils acceptaient sans réagir ce qui ressemblait à une humiliation.

Des proches des Tamimi ont expliqué que les soldats avaient été pris à partie à cause des tensions créées par des heurts en cours au même moment à Nabi Saleh. Ils ont invoqué la nervosité suscitée chez les habitants par la présence de soldats jusque dans la cour de leur maison. La famille a aussi argué de l'émoi causé par le fait qu'un de ses membres avait été gravement blessé à la tête par une balle en caoutchouc israélienne lors des heurts.

 

Lire aussi
Quand la petite Ahed Tamimi rend fou de rage Israël

Leïla Shahid : Pour les Palestiniens, la phase diplomatique est aujourd'hui terminée

Erdogan à la tête de la « oumma » pour la défense de la Palestine

Pourquoi la question de Jérusalem est-elle cruciale pour les évangélistes américains ?

Y a-t-il un risque de dérapage à Gaza ?

Malgré la colère, la résignation l’emporte chez les Palestiniens

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JEUNES ET HANDICAPÉS SONT LES CIBLES DE L,HEBETUDE CRIMINELLE !

HADDAD Fouad

Comble de l'absurde, avec des gifles et des coups de pieds sur la personne d'un soldat armé jusqu'aux dents, menotté comme un dangereux gangster...alors que c'est une adolescente d' à peine 1m50...

Wlek Sanferlou

Ahed Tamimi une courageuse héroïne palestinienne!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué