Rechercher
Rechercher

Liban - La situation

Pas de quoi faire la fête, mais...

La députée Sethrida Geagea reçue par le patriarche Raï. À la une : un arrangement envoyé par Saad Hariri au chef des FL.

Le pays est entré hier dans ce qu'on appelle habituellement « la trêve des confiseurs », mais les temps ne sont pas à la fête. Le monde politique anticipait hier la rencontre prévue lundi à l'occasion de la messe de Noël, au siège patriarcal de Bkerké, du patriarche Raï et du chef de l'État, qui assiste traditionnellement à l'office. Un tête-à-tête de trente minutes est prévu entre les deux hommes, avant l'office, mais on peut douter de son intérêt ou de son influence sur le cours des choses.

On s'attend dans les cercles politiques que l'occasion soit saisie par le patriarche maronite pour dénoncer une fois de plus la consternante décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël, au mépris des droits nationaux du peuple palestinien, comme au mépris de l'avis de 128 membres de l'Assemblée générale de l'ONU et de 14 des 15 membres du Conseil de sécurité. Benjamin Netanyahu a bien raison ; l'ONU est effectivement une « maison de mensonge »... Surtout quand on se rappelle que c'est en vertu d'une résolution du Conseil de sécurité que le partage de la Palestine a été prononcé, en 1947.

Quoi qu'il en soit, à l'image du chef de l'État, la classe politique unanime s'est félicitée hier d'une « victoire du droit » à l'ONU, même si la position du Liban doit l'exposer à des critiques, ou mettre en question les différentes aides que le pays, et en particulier l'armée, reçoit de la part des États-Unis, dans sa lutte contre le terrorisme. En fin de compte, selon notre correspondant diplomatique Khalil Fleyhane, c'est un tweet de Gebran Bassil qui a tranché en la matière, le ministre des Affaires étrangères y affirmant que des « principes ne sauraient être échangés pour des intérêts ».

 

(Lire aussi : Aoun salue une « victoire du droit »)

 

« Calculs » rénaux et alliances
Pour le reste, le pays continuera d'être livré à la médiocrité de son actualité politique, faite de fausses promesses, de vantardises et d'à peu près. Le Premier ministre Saad Hariri a offert hier un énorme arrangement de chocolats à Samir Geagea, a révélé hier son épouse, Sethrida Geagea, qui effectuait une visite de courtoisie à Bkerké. Est-ce bien de l'actualité politique ? Toujours est-il qu'il n'en fallait pas plus pour pousser cette dernière à parler d'un « calcul » aux reins qui s'est effrité, et d'un réchauffement des relations entre le deux hommes. « Saad Hariri finira par savoir qui sont ses vrais amis », a conclu Mme Geagea, précisant que les Forces libanaises et le courant du Futur sont liés par le sang des martyrs du 14 Mars. Le chef du gouvernement restera au Liban pour les fêtes, apprend-on de source sûre.

Sur le plan institutionnel, l'un des deux développements enregistrés hier aura été l'information faisant état de l'approbation, par le gouvernement, du règlement interne de la commission de supervision des élections.
Cette démarche gouvernementale s'inscrit dans le cadre de la volonté affichée du président de la République et du Premier ministre d'organiser les élections à leur date prévue, le 6 mai prochain. Selon les statuts, la commission présidée par le magistrat Nadim Abdel Malak devra se réunir chaque semaine. Le règlement stipule en outre la nomination d'un secrétaire général choisi parmi ses 11 membres, chargé notamment de rédiger les procès-verbaux ainsi que de faire parvenir aux autres membres les ordres du jour établis par le président de la commission, et d'inscrire leurs propositions dans ces procès-verbaux. Le quorum requis pour la tenue des réunions est de 7 des 12 membres de la commission.
Le second développent institutionnel notable a été la décision de proroger de trois ans le mandat du Tribunal spécial pour le Liban à dater du 1er mars 2018.

 

(Lire aussi : « Pas de retour en arrière dans l’organisation des législatives », affirme Hariri)

 

À la masse
Signalons par ailleurs aussi que l'actualité a été marquée hier par la surprenante initiative prise par le député Mouïn Merhebi (Akkar, courant du Futur) de briser à la masse les cadenas et verrous des portes en fer de la sous-station électrique de Halba. Le parlementaire, qui s'est laissé filmer en pleine action, et que l'on a aperçu par la suite la main bandée, a justifié son action par le fait que la région – l'une des plus pauvres en générateurs du pays – était privée d'électricité depuis cinq jours, en raison d'une grève inopinée du personnel d'entretien des centrales, écarté des bénéfices de la grille des salaires.

Cette voie de fait, qui peut constituer un cas de flagrant délit, prive le député de son immunité parlementaire, a annoncé le ministre de la Justice Salim Jreissati sur l'écran de la chaîne al-Jadeed, et le rend passible de poursuites judiciaires par le parquet près la cour d'appel. Qui vivra verra. Les habitants du Chouf, apprenait-on, pourraient suivre le (mauvais) exemple de M. Merhebi, si la pénurie de courant se poursuit dans la région pour les mêmes raisons. L'égoïsme de groupe ne connaît vraiment pas de frontières, dans un pays dont la population ne brille pas par sa solidarité sociale.

Par ailleurs, l'affaire des insecticides supposés cancérigènes réautorisés par le ministre de l'Agriculture Ghazi Zeaïter a rebondi hier, avec l'annonce par le député Waël Bou Faour (ancien ministre de la Santé) de sa disposition à témoigner en justice de ce qu'il suppose être les motifs cachés de cette décision de son confrère député et ministre. Commissions contre autorisations, devine-t-on. On en saura plus dans les prochains jours.

En attendant, les Libanais pourront fêter l'esprit tranquille, au moins sur le plan de la sécurité. Le ministre de l'Intérieur Nouhad Machnouk a annoncé hier que plus de 25 000 soldats et agents seront affectés à la sécurité des lieux de culte – pas moins de 1 200 églises, a-t-il précisé – et ceux-ci veilleront par la suite à ce que les excès du Nouvel An ne dégénèrent pas en rixes et en accidents. Mabrouk.

Par contre, M. Machnouk a démenti l'arrestation d'un émir saoudien à l'Aéroport international de Beyrouth (AIB). « Les bagages de l'émir saoudien, qui a protesté contre la mesure, ont été fouillés. Il ne possédait pas de produits interdits », a indiqué M. Machnouk dans un communiqué publié par son service de presse.
Par contre, plus tôt dans la journée, une octogénaire de nationalité vénézuélienne, tentant de faire passer 30 kilogrammes de cocaïne, avait été interpellée à l'AIB. Avec elle, ont été interpellés un officier et un agent des FSI...

 

 

Lire aussi

Pesticides cancérigènes : Bou Faour parle de pots-de-vin

Bassil veut prolonger le délai permettant à la diaspora de s’inscrire pour voter aux législatives

Le pays est entré hier dans ce qu'on appelle habituellement « la trêve des confiseurs », mais les temps ne sont pas à la fête. Le monde politique anticipait hier la rencontre prévue lundi à l'occasion de la messe de Noël, au siège patriarcal de Bkerké, du patriarche Raï et du chef de l'État, qui assiste traditionnellement à l'office. Un tête-à-tête de trente minutes est prévu...
commentaires (4)

""Pour le reste, le pays continuera d'être livré à la médiocrité de son actualité politique"" QUE C BEAU de lire une telle conclusion qui n'a meme plus plus besoin d'analyse pour y aboutir

Gaby SIOUFI

10 h 34, le 27 décembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • ""Pour le reste, le pays continuera d'être livré à la médiocrité de son actualité politique"" QUE C BEAU de lire une telle conclusion qui n'a meme plus plus besoin d'analyse pour y aboutir

    Gaby SIOUFI

    10 h 34, le 27 décembre 2017

  • GLOIRE A DIEU AUX PLUS HAUT DES CIEUX ! remercions Dieu de nous avoir fait cadeau - le + beau - des 3 presidents courants. bien sur aussi pour les 126 deputes loyaux. qqs dizaines de directeurs fonctionnaires diligents purs et durs .

    Gaby SIOUFI

    10 h 38, le 23 décembre 2017

  • J,USE DE CETTE RUBRIQUE POUR SOUHAITER A TOUS/TOUTES A L,OLJ... ET A TOUS/TOUTES LES INTERNAUTES ET TOUS/TOUTES LES LIBANAIS/LIBANAISES JOYEUX NOEL ET BONNES FETES DE NOUVEL AN. PUISSE LA NOUVELLE ANNE APPORTER A TOUS/TOUTES AVEC LEURS FAMILLES LA SANTE ET LA PROSPERITE ET SURTOUT LA PAIX TANT DESIREE A NOTRE CHER LIBAN !

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 19, le 23 décembre 2017

  • Joyeux Noël et Bonnes Fêtes de fin d'année à tous les libanais du nord au sud. Paix, harmonie et prospérité

    Sarkis Serge Tateossian

    02 h 07, le 23 décembre 2017

Retour en haut