X

Liban

« Pas de retour en arrière dans l’organisation des législatives », affirme Hariri

Grand Sérail

Le chef du gouvernement dénonce le tir de missile houthi contre l'Arabie saoudite.

OLJ
20/12/2017

Quelques heures après avoir exprimé à l'ouverture du Conseil des ministres « sa fierté d'avoir adopté, dans l'intérêt du Liban et des Libanais, la politique de distanciation par rapport aux conflits de la région », le chef du gouvernement, Saad Hariri, a vivement dénoncé ce qu'il a appelé les « agressions » contre l'Arabie saoudite à partir du territoire yéménite, estimant que ce genre de pratique exacerbe les conflits dans la région.
« Non seulement les agressions répétées contre l'Arabie saoudite, qui se manifestent par des tirs de missiles depuis le territoire yéménite, menacent la sécurité du royaume et de son peuple, mais elles exposent la région à des risques importants et exacerbent les divisions et les conflits », a-t-il averti dans un communiqué. « Nous dénonçons vivement ces agressions et nous insistons sur la nécessité de renoncer à ces pratiques qui attisent les conflits », a-t-il poursuivi, avant de plaider pour le dialogue en vue d'un règlement de la crise saoudo-yéménite.
L'importance de cette déclaration réside dans le fait qu'elle intervient dans un contexte de crise entre le royaume wahhabite et M. Hariri, celle-ci ayant culminé, rappelle-t-on, avec la démission surprise du Premier ministre, depuis Riyad, et au moment où l'on parle de plus en plus d'une médiation en vue de rétablir les ponts entre le chef du gouvernement et les dirigeants saoudiens.

« Seule l'entente... »
Que ce soit au cours du Conseil des ministres ou devant ses visiteurs, M. Hariri a par ailleurs mis l'accent sur l'importance de l'échéance électorale, assurant qu'elle aura lieu en mai prochain. « Aucun retour en arrière n'aura lieu en ce qui concerne l'organisation des élections législatives qui se tiendront dans les délais », a martelé le chef du gouvernement. « Nous avons devant nous une opportunité sérieuse d'organiser des élections transparentes, qui augurent d'un nouvel avenir démocratique pour le pays », a-t-il déclaré.
Des propos qu'il a répétés devant l'Association des moukhtars de Beyrouth qu'il a reçue à la Maison du centre, ainsi que lors de la réunion périodique du courant du Futur. Il a assuré que les législatives seront « décisives pour toutes les parties politiques, pour notre démocratie, notre diversité et notre mode de vie ». « Le plus important pour nous est de poursuivre notre façon de travailler, basée sur la démocratie », a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « Nous avons essayé, en tant que 14 Mars, de diriger le pays seuls, mais nous avons échoué. Le 8 Mars a, lui aussi, essayé de faire pareil et a fini par échouer. » « Je suis convaincu que seule l'entente réussira », a-t-il affirmé.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

En dépit de l’annonce des consultations, la situation reste confuse

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants