X

Liban

Pas de crainte d’escalade dans les camps, selon l’ambassadeur de Palestine à Beyrouth

Interview

« Les Palestiniens se conforment à la loi et sont soucieux de préserver la paix civile au Liban », a assuré Achraf Dabbour, interrogé par « L'Orient-Le Jour ».

08/12/2017

Le représentant de l'Autorité palestinienne à Beyrouth, Achraf Dabbour, a assuré hier qu'il n'y avait « pas de crainte d'une escalade dans les camps palestiniens au Liban », après la reconnaissance mercredi par le président américain, Donald Trump, de Jérusalem comme capitale d'Israël.

« Les Palestiniens se conforment à la loi et sont soucieux de préserver la paix civile au Liban. Ils exprimeront leur colère dans une série de manifestations prévues dans les camps, ainsi que lors d'un sit-in libano-palestinien organisé demain (aujourd'hui) à Tarik Jdidé », a déclaré M. Dabbour à L'Orient-Le Jour.

« Nous comptons sur les rencontres de la Ligue arabe (prévue samedi au Caire) et l'Organisation de coopération islamique (prévue la semaine prochaine en Turquie), ainsi que sur nos frères arabes et musulmans et sur les pays indépendants, pour soutenir notre cause », a-t-il ajouté, déplorant « une décision injuste qui contredit les conventions internationales. Une dizaine de conventions ont été adoptées sur Jérusalem, mais elles n'arrêtent malheureusement personne », a dénoncé l'ambassadeur palestinien.

« Hélas, les États-Unis se sont éloignés de leur rôle de médiateur (dans le processus de paix israélo-arabe), ils ont pris parti avec un des protagonistes du conflit. Ce qui met en danger tout le processus de paix parrainé par eux. Les Américains ont reçu beaucoup de conseils avant de prendre cette décision.

Beaucoup les ont mis en garde contre le fait que toucher à Jérusalem, c'est aller vers un péril. Mais ils en ont fait fi. Les prédécesseurs de Trump avaient refusé de prendre cette décision car ils savaient à quoi cela pourrait mener », a encore relevé Achraf Dabbour.

Selon le président américain, ses prédécesseurs « n'ont pas fait ce qu'ils avaient dit », peut-être, selon lui, par « manque de courage ». Il dit avoir tenu « une promesse de campagne ». Adopté en 1995, le Jerusalem Embassy Act appelait à déménager l'ambassade des États-Unis à Jérusalem, mais son application était repoussée tous les six mois par le biais d'une clause. « La Palestine est restée la Palestine malgré les tentatives de complot pour la rayer définitivement de la carte. C'est un État observateur auprès des Nations unies », a rappelé M. Dabbour.

 

 

Lire aussi

Le Liban fait front uni face à la tempête Trump, le décryptage de Scarlett HADDAD

« Mais qui est donc Donald Trump pour décider du sort de Jérusalem ? »

Statut de Jérusalem : Nasrallah dénonce une "nouvelle déclaration Balfour"

 

Le Liban condamne à l'unisson la décision de Trump

 

Tous ceux qui disent désormais merci à Trump...Le commentaire d'Anthony Samrani

 

Lire aussi

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE PREMIERE LIGNE LIRE DEVRAIENT ETC... MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES GRANDS PATRIARCHES ET LE GRAND MUFTI DE JERUSALEM DEVRAIT DEPOSER UN APPEL CONJOINT AUX NATIONS UNIES POUR L,INTERNATIONALISATION DE LA VILLE ! UN CACHET SPECIAL ET INTERNATIONAL ! UNE VILLE ETAT SPIRITUEL !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.