Liban

À la réunion du GISL, Macron réitérera son soutien indéfectible au Liban

Dans les coulisses de la diplomatie
07/12/2017

Voulant réaffirmer son désir d'aider le Liban dans tous les domaines, le président français, Emmanuel Macron, présidera demain, vendredi, la réunion du Groupe international de soutien au Liban (GISL), afin de soutenir la stabilité politique et sécuritaire du pays.

M. Macron inaugurera donc la réunion prévue au Quai d'Orsay. Y seront présents les ministres des Affaires étrangères des pays membres du groupe, à savoir : la France, la Chine, les États-Unis et l'Italie. De leur côté, les chefs de la diplomatie allemande, russe et britannique s'absenteront. De même, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, sera représenté par la secrétaire générale adjointe de l'Organisation, Amina Mohammad.

Quant au secrétaire général de la Ligue arabe Ahmad Aboul Gheit, il participera à la réunion urgente tenue à l'initiative de la Jordanie et de l'OLP au sujet de la décision du président américain, Donald Trump, de transférer l'ambassade américaine à Jérusalem. M. Aboul Gheit sera donc représenté par son directeur de cabinet, l'ambassadeur Hussam Zeki.

De sources diplomatiques, on apprend que dans son allocution, Emmanuel Macron apportera un grand soutien au Liban et se félicitera du fait que le Premier ministre, Saad Hariri, est officiellement revenu sur sa démission.

Dans les mêmes milieux, on fait savoir que le locataire de l'Élysée évoquera également les contacts qu'il mène afin de préserver l'indépendance du Liban et d'interdire à tout État de s'ingérer dans ses affaires internes.

Le président français planchera aussi sur la question des armes illégales et des efforts déployés pour le retrait des troupes israéliennes du Liban-Sud. D'autant que cela pourrait bien mettre fin à l'existence de l'arsenal illégal (du Hezbollah). Suivra une allocution du Premier ministre Saad Hariri. Ce dernier préside la délégation libanaise formée du chef de la diplomatie, Gebran Bassil, et de l'ambassadeur du Liban à Paris, Ramy Adwan.

Selon des informations collectées à Paris, Emmanuel Macron est conscient du fait que la question des armes illégales devrait être réglée avec l'Iran. À cet effet, il est entré en contact avec le président iranien, Hassan Rohani, et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, sans pour autant obtenir de réponses positives.

 

Lire aussi

Ce qui protège le nouveau compromis...

« La distanciation, facteur d’unité et de stabilité nationales », soulignent les évêques maronites

Hariri s’engage à suivre personnellement la mise en œuvre de la distanciation

Pas question de se distancier de la crise syrienne, affirme le Hezbollah

Pour l'opposition, Hariri est revenu « dans la prison du Hezbollah »

Repère

De la démission Hariri à son retrait, un mois de crise

Lire aussi

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES ACTES... NON DES PAROLES ET DES INTENTIONS !

Le Faucon Pèlerin

Lorsque la paix mène à la guerre.
Le 30 septembre 1938, par les Accords de Munich, le Français Edouard Daladier et le Britannique Neville Chamberlain, livrent à Adolf Hitler les Sudètes en Tchécoslovaquie. Ce fut la Deuxième Guerre Mondiale 1939-1945.
Le 3 septembre 1969, par les Accords du Caire, Charles Hélou et le général Emile Boustani, livrent à Yasser Arafat le Liban-Sud. Ce fut la guerre de 1975-1990.
La suite c'est la situation actuelle qui dure depuis 1990 avec les interventions flagrantes des "frères" arabes et de l'Iran.

Henrik Yowakim

À la réunion du GISL, Macron réitérera son soutien indéfectible au Liban
Selon des informations collectées à Paris, Emmanuel Macron est conscient du fait que la question des armes illégales devrait être réglée avec l'Iran. À cet effet, il est entré en contact avec le président iranien, Hassan Rohani, et le Premier ministre israélien

LA QUESTION DES ARMES ILLÉGALES DU HEZBOLLA NE POURRA ÊTRE RÉGLÉE
QUE SUR LA BASE DU CHAPITRE VII DE LA CHARTE DES NATIONS UNIES

DEMANDER A ROHANI DE SES DESSAISIR DES ARMES DU HEZBOLLA C'EST COMME DEMANDER AL CAPONE DE SE DESSAISIR DE SA MITRAILLETTE

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.