X

À La Une

Les principaux extraits de l'annonce de Trump sur Jérusalem

Verbatim

Voici les annonces les plus importantes de l'allocution de Donald Trump mercredi, lorsque le président américain a déclaré qu'il reconnaissait Jérusalem comme capitale d'Israël

OLJ/AFP
06/12/2017

 

- 'Jérusalem comme capitale d'Israël' -


"Les vieux défis nécessitent une nouvelle approche", a prévenu le président américain avant de faire cette annonce historique: "Il est temps d'officiellement reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël".
"Ce n'est rien de moins qu'une reconnaissance de la réalité", a-t-il ajouté pour justifier son choix.
"Après plus de deux décennies de dérogations nous ne sommes pas plus près d'un accord de paix entre Israël et les Palestiniens", a-t-il également assuré, en référence à une loi américaine de 1995 imposant le déplacement de l'ambassade.
Une clause permet cependant aux présidents de repousser son application pour six mois. Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama l'ont systématiquement actionnée.
"Ce serait une folie de penser que répéter la même formule permettrait maintenant de produire un résultat meilleur ou différent", a-t-il martelé, alors qu'il devait cependant lui aussi signer la dérogation, la nouvelle ambassade n'étant pas encore construite.

 

 

(Décision "historique", "regrettable", "irresponsable"... Les réactions à l'annonce de Trump)

 

- 'Déménagement de l'ambassade' -


- "Je demande au département d'Etat de préparer le déménagement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv vers Jérusalem", a annoncé le président républicain debout à son pupitre, devant un portrait du premier président américain George Washington.
"Cela va lancer un processus de recrutement d'architectes, d'ingénieurs et d'urbanistes pour que la nouvelle ambassade, lorsqu'elle sera finie, soit un magnifique hommage à la paix", a-t-il développé en évoquant sa construction dans la ville sainte.

 

- 'Capitale du peule juif' -


"Il y a 70 ans les Etats-Unis, sous le président Truman, ont reconnu l'Etat d'Israël. Depuis, Israël a établi sa capitale dans la ville de Jérusalem - la capitale choisie par le peuple juif dans les temps anciens. De nos jours, Jérusalem est le siège du gouvernement israélien moderne. C'est le siège du Parlement israélien, la Knesset, et de la Cour suprême israélienne", a déclaré le président américain.
"Jérusalem est aujourd'hui, et doit le rester, un endroit où les Juifs vont prier au mur des Lamentations, où les chrétiens suivent le Chemin de croix, et où les musulmans vont prier à la mosquée al-Aqsa", sur l'esplanade des Mosquées, a-t-il ajouté.

 

- 'Solution à deux Etats' -


"Les Etats-Unis restent déterminés à aider à faciliter un accord de paix acceptable pour les deux parties", a déclaré Donald Trump, en précisant: "J'ai l'intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aider à sceller un tel accord".
Le milliardaire a également assuré que les Etats-Unis soutenaient une "solution à deux Etats", si les deux parties "se mettaient d'accord" sur cette question.
"En attendant, j'appelle toutes les parties à maintenir le statu quo sur les lieux sacrés de Jérusalem, dont le mont du Temple, aussi connu comme Haram Al-Sharif", une autre appellation donnée à l'esplanade des Mosquées, a-t-il conclu.

 

 

- 'Appel au calme' -


"Avec la déclaration d'aujourd'hui, je réaffirme l'engagement de longue date de mon administration en faveur de la paix et de la sécurité dans la région".
"Aujourd'hui nous appelons au calme, à la modération, et à ce que les voix de la tolérance l'emportent sur les pourvoyeurs de haine", a-t-il enfin déclaré, en ajoutant que son vice-président Mike Pence se rendrait "dans la région dans les jours à venir".
"Merci. Dieu vous bénisse. Dieu bénisse Israël. Dieu bénisse les Palestiniens. Et Dieu bénisse les Etats-Unis", a-t-il déclaré pour clore son discours.

 

Sur le même sujet

1947-2016 : 70 ans de diplomatie américaine face au conflit israélo-palestinien...

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE DIRE ? LA LOGIQUE N,Y EST PAS... SURTOUT LA JUSTICE N,Y EST PAS !

Sarkis Serge Tateossian

Un discours de Trump devant le portrait de Georges Washington....
Quelle méprise ....

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Émilie SUEUR

La double peine des Syriennes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.