X

Liban

Bernadette Houdeib : Le don d’organes est absolu et désintéressé

Don d’organes

Le sujet reste entouré, au Liban, de préjugés à tous les niveaux. Cette série d'articles bimensuels vise à faire la lumière sur les différents aspects de ce cadeau de vie.

06/12/2017

Le hasard a voulu qu'elle soit l'une des actrices contactées par le Comité national pour le don et la greffe des organes et des tissus (NOD Liban) pour prendre part à la campagne médiatique de sensibilisation au don d'organes. Depuis, Bernadette Houdeib ne laisse pas une occasion passer sans promouvoir cette cause « noble ».

« Lorsqu'on m'a demandé de participer à la campagne, j'ignorais tout du sujet, se rappelle-t-elle. J'ai voulu en savoir plus, d'autant que je considère que l'ignorance est une maladie et que la connaissance en est le remède. J'ai demandé à rencontrer l'équipe de NOD Liban pour me renseigner sur le sujet et connaître tous ses aspects éthiques, sociaux, médicaux, religieux, légaux... ».

Il n'a pas fallu longtemps pour que cette femme, qui a déjà prêté son image à d'autres causes sociales comme la campagne de lutte contre le mariage des mineures, adhère à la cause de NOD Liban. Plus encore. « J'ai demandé à avoir ma carte de donneur, raconte-t-elle. J'encourage tout un chacun à faire de même, d'autant que c'est une cause noble. Après la mort, le corps ne sert plus à rien. Il se dégrade. Si nous pouvons redonner une nouvelle vie à d'autres qui attendent un organe ou un tissu, pourquoi ne pas le faire ? Le don d'organes est une importante cause humanitaire. C'est un don absolu et désintéressé. C'est la charité dont Dieu a parlé. Si nous ne sommes pas capables de faire ce don après la mort, on perd une part de notre humanité. C'est un fardeau que je ne suis pas prête à porter ni sur le plan intellectuel ni sur le plan religieux. »

La participation de Bernadette Houdeib à la campagne de sensibilisation au don d'organes ne se limite pas au spot publicitaire. L'actrice prend part à presque tous les conférences et débats organisés par NOD Liban à l'intention du grand public, ainsi que dans les écoles et universités. « Il est important de sensibiliser les jeunes à ce don, souligne-t-elle. Autour de moi, j'aborde toujours le sujet, parce qu'il est important de faire connaître cette cause et de briser les tabous qui l'entourent. En parler aide aussi à dissiper les craintes liées au don d'organes. »

Pour Bernadette Houdeib, aller à la rencontre des gens aide à faire mieux passer le message. « L'interactivité avec l'audience est très importante, insiste-t-elle. Pour les gens, je ne suis plus cette actrice qu'ils voient à l'écran. J'ai plus de crédibilité à leurs yeux. Ces rencontres les poussent à poser plus de questions, à vouloir connaître mieux le sujet. C'est l'objectif de toute cette campagne, d'autant que le don d'organes est un sujet primordial. Plus le nombre de donneurs augmente, plus le nombre de vies pouvant être sauvées sera important. »

Comment peut-elle aider dans son milieu professionnel à véhiculer le message ? « Malheureusement, en tant qu'actrice, je joue les rôles qu'on me propose, répond-elle. Je ne suis ni scénariste ni productrice. Les moyens dont je dispose sont limités. Il n'en demeure pas moins que je ne rate pas une occasion lors du tournage d'un feuilleton, lors des répétitions pour une pièce de théâtre ou lors des soirées de parler du don d'organes. »

Et Bernadette Houdeib de lancer un appel à « aider l'autre ». « Malheureusement, notre société est devenue comme une jungle, déplore-t-elle. Les gens ne s'aiment plus. Ils deviennent de plus en plus égocentriques et renfermés sur eux-mêmes. Dieu, dans toutes les religions, a appelé au don, au pardon et à la charité. J'aimerais inviter toutes les personnes croyantes à suivre ces préceptes. Si, de notre vivant, nous avons du mal à aimer l'autre ou à l'aider par ces temps difficiles, nous pouvons le faire après la mort. C'est un geste gratuit. »

 

Dans la même rubrique

Don d’organes : Convention de coopération entre NOD et l’Agence de la biomédecine

Un acte réparateur dans le processus du deuil

Don d'organes : L'anonymat, un principe éthique

Le don d'organes : « Un geste anonyme, gratuit et inconditionnel »

Thérèse Hokayem : « Le rein que j’ai donné à ma fille lui a servi vingt-six ans... »

Focus sur les patients candidats à la greffe d'organes

Ayman Beydoun, le don d’organes dans la peau

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AH OUI ? MAIS CA A OUVERT GRANDES LES PORTES AUX TRAFIQUANTS D,ORGANES HUMAINS OBTENUS PAR DES CRIMES OU CONTRE REMUNERATION... LA PREMIERE FORME DE LOIN LA PLUS PRATIQUÉE !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le casse-tête des alliances électorales...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.