Dernières Infos

Nigeria: l'ex-président au coeur d'une vaste affaire de corruption

AFP
05/12/2017

L'ex-président nigérian Goodluck Jonathan est un "témoin essentiel" dans le procès pour corruption visant l'ancien porte-parole de son parti, a affirmé mardi la défense à un tribunal d'Abuja.

Appelé par trois fois à venir témoigner, M. Jonathan a jusque-là toujours refusé de donner suite aux convocations des juges de la Haute cour fédérale d'Abuja.

Olisa Metuh, ex-porte-parole du Parti démocratique populaire (PDP), l'une des deux principales formations politiques du pays, est accusé d'avoir reçu frauduleusement 400 millions de nairas (945.000 euros) de Sambo Dasuki, l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Goodluck Jonathan.

L'ex-porte-parole du PDP et M. Dasuki - en détention depuis 2015 et jugé séparément pour avoir détourné quelque deux milliards de dollars du budget de la Défense - affirment que M. Jonathan était au courant de ces versements.

L'ensemble des fonds détournés aurait servi à financer la campagne présidentielle de M. Jonathan en 2015 et à acheter des armes et des équipements militaires pour lutter contre le groupe jihadiste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria.

Pour l'avocat de l'ancien porte-parole du PDP, Emeka Etiaba, la présence de Goodluck Jonathan serait déterminante pour la suite du procès.
"Nous avons déjà indiqué que l'ancien président Goodluck Jonathan est un témoin essentiel dans cette affaire", a-t-il affirmé.
"La nécessité de comparaitre (pour Olisa Metuh) ne se posera qu'après que nous ayons évalué les éléments de preuve fournis par notre prochain témoin (Goodluck Jonathan)".
"Nous pensons que c'est seulement lorsque l'ancien président Jonathan aura témoigné que nous saurons si la défense du premier inculpé a été suffisante", a ajouté Me Etiaba.

Toutefois, le procureur Sylvanus Tahir a estimé que la présence de M. Jonathan "ne devrait pas être utilisée comme un stratagème pour forcer la main" du tribunal et que la défense avait déjà suffisamment de témoins.
Un représentant de M. Jonathan a déclaré à l'huissier de justice que l'ex-président serait disponible en cas de nouvelle convocation lundi prochain.

Goodluck Jonathan a perdu la présidentielle de 2015 contre Muhammadu Buhari, qui a lancé une vaste campagne pour tenter d'éradiquer la corruption généralisée dans l'administration nigériane.
Mais ses détracteurs accusent l'actuel président de mener une chasse aux sorcières visant surtout des membres de l'opposition et du gouvernement de l'époque Jonathan.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte contre la corruption, en tête des priorités du nouveau gouvernement

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Lutte contre les carrières illégales : le génie est enfin sorti de sa lampe !

Les matchs d’aujourd’hui

  • Colombie
    Japon

    19/06

    15h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Sénégal

    19/06

    18h00 (GMT+3)

  • Russie
    Egypte

    19/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué