X

À La Une

Plus de 190 civils tués en 20 jours dans des frappes près de Damas

Syrie

Une quarantaine d'enfants figurent parmi les victimes.

OLJ/AFP
03/12/2017

Au moins 25 civils ont été tués et des dizaines blessés dimanche dans des frappes aériennes sur la Ghouta orientale, région rebelle assiégée proche de Damas, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ce bilan porte à 191 --dont 43 enfants-- le nombre de civils tués dans des bombardements du régime sur la Ghouta en 20 jours, selon l'OSDH.

Dimanche, les raids les plus meurtriers ont frappé la ville de Hamouria, tuant 17 civils dont six enfants, a précisé l'Observatoire, une ONG basée en Grande-Bretagne et qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre. D'autres frappes aériennes sur les villes d'Arbine, Beit Sawa, Harasta et Misraba ont fait huit morts parmi les civils. Au moins 75 civils ont été blessés, selon la même source.

A Hamouria, un photographe de l'AFP a vu des hommes portant le corps d'une victime enveloppé dans une couverture, dans une rue jonchée de décombres. Les frappes semblaient avoir touché un modeste quartier résidentiel, dans une zone où se trouvaient des petits commerces, entièrement recouverts de poussière en raison des bombardements.
Les victimes ont été transportées dans une clinique voisine, a constaté ce photographe. Dans une autre salle de cette clinique, le corps sans vie et couvert de poussière d'un garçon gisait dans une mare de sang.

Assiégée depuis 2013 par le régime de Bachar el-Assad, la Ghouta orientale fait partie des quatre zones dites de "désescalade" mises en place cette année dans certaines régions du pays en vue d'instaurer une trêve. Malgré cela, le régime a intensifié depuis la mi-novembre ses frappes contre cette région, où quelque 400.000 habitants subissent déjà de graves pénuries de nourriture et de médicaments.

Jeudi, l'ONU a lancé un vibrant appel pour évacuer 500 malades de la Ghouta orientale, jugeant la situation "catastrophique". Le régime de Damas avait accepté la semaine dernière un cessez-le-feu dans la région avant de nouveaux pourparlers sous l'égide de l'ONU à Genève. Mais les frappes ont repris et 11 civils ont été tués samedi.

 

Lire aussi

L'armée syrienne a intercepté des missiles israéliens près de Damas

Près de sept ans de conflit en Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES BOUCHERS CONTINUENT LEUR CHAROGNARDE BESOGNE !

Wlek Sanferlou

Depuis toujours c' était logique de blâmer les complots israéliens pour les déboires au moyen orient... Mais si après 70 ans les régimes arabes tel que celui du lionceau continuent à massacrer leurs propres populations et les dépravent d évolution... On ne peu plus blâmer Israël ou les états unis où la Russie ou lees autres... Le mal est en nos dirigeant qui usurpent le pouvoir et massacrent sans vergogne...
Allah yisseiidna

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Macron, champion (du monde)

Commentaire de Anthony SAMRANI

Macron vs Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué