X

À La Une

Ingérence russe : Trump nie avoir demandé au FBI d'abandonner l'enquête sur Flynn

Etats-Unis

Le président américain a dénoncé "de fausses informations couvrant un autre mensonge de Comey", l'ancien directeur du FBI.

OLJ/AFP
03/12/2017

Le président américain Donald Trump a nié dimanche avoir demandé au FBI d'abandonner l'enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, qui a plaidé coupable d'avoir menti dans l'affaire des ingérences russes lors de la dernière présidentielle.

"Je n'ai jamais demandé à Comey d'abandonner l'enquête sur Flynn. Encore de fausses informations couvrant un autre mensonge de Comey", a tweeté M. Trump.

 

 

Lors d'une audition début juin devant le Sénat, l'ancien directeur du FBI James Comey avait affirmé que Donald Trump lui avait personnellement demandé d'enterrer l'enquête visant Michael Flynn.

Samedi, Donald Trump avait réaffirmé qu'il n'y avait eu "aucune collusion" de son équipe de campagne lorsqu'il briguait la Maison Blanche avec la Russie, et montré du doigt le département de la Justice, ainsi que son ex-rivale démocrate Hillary Clinton.

Vendredi, Michael Flynn a plaidé coupable, devant un juge fédéral à Washington, d'avoir notamment fait de fausses déclarations aux enquêteurs sur ses conversations avec l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, Sergueï Kisliak.

L'enquête sur l'affaire russe continue d'empoisonner le mandat du président américain au point de faire de l'ombre à sa première grande réforme, adoptée dans la nuit de vendredi à samedi par le Sénat avec de gigantesques baisses d'impôts à la clé.

L'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l'ingérence de Moscou dans la présidentielle américaine de 2016 menace toutefois le 45e président des Etats-Unis. S'il parvenait à prouver une collusion avec la Russie ou une entrave à la justice, une procédure de destitution ne pourrait être exclue.

 

 

Lire aussi

"Que le droit jaillisse comme une source": l'ex-directeur du FBI nargue Trump

Trump, agacé par l'affaire russe, s'en prend à son ministère de la Justice

Quand Manafort tombe dans le « Al Capone trap »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RIEN NE SERT DE NIER !

RE-MARK-ABLE

Le peu de temps qu'il lui restera à passer au cirque, ce BOUFFON VA l'utiliser à transférer son ambassade à Jérusalem.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CERF AUX ABOIS !

Antoine Sabbagha

Avec Trump et son esprit contradictoire , il ne cesse d'étonner le monde avec sa politique vraiment bizarre .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué