X

À La Une

Un Libano-Américain contraint de revendre, à perte, le château de la Pompadour

Dans la presse

Edmond Baysari, homme d'affaires basé à Monaco, avait déboursé deux millions d'euros pour acheter le château en 1983 à son précédent propriétaire, la Compagnie Saint-Gobain.

OLJ
01/12/2017

Le château de Ménars, dominant la Loire, qui avait été acquis par la marquise de Pompadour, Jeanne-Antoinette Poisson, en 1760, va être vendu au plus offrant par l'actuel maître des lieux, le Libano-Américain Edmond Baysari, rapportent des médias français, dont Les Echos.

Cet homme d'affaires basé à Monaco avait déboursé deux millions d'euros pour acheter le château en 1983 à son précédent propriétaire, la Compagnie Saint-Gobain. Il assure avoir dépensé, pour rénover son domaine, une centaine de millions d'euros. Aujourd'hui, M. Baysari, octogénaire et sans enfants, le revend à perte, rapporte le quotidien français.

Le château de Ménars, monument historique d’époque Renaissance, fait 12 .000 mètres carrés et est entouré d'un domaine de 50 hectares. Il a appartenu durant quatre ans à Madame de Pompadour, maîtresse de Louis XV, avant qu'elle ne décède. Sur le site de la mission Val de Loire l'on peut lire que de grands architectes ont apporté leur touche au château: Anges-Jacques Gabriel à qui l'on doit, entre autres, le petit Trianon de Versailles, et Jacques-Germain Soufflot, à qui l'on doit le Panthéon à Paris. Le parc du château comprend des jardins élégants et une allée de tilleuls de 4 kilomètres qui serait la plus longue d'Europe. L'entretien annuel du château à 62 chambres, géré par Linda Salem, la nièce de M. Baysari, est estimé à 450.000 euros par an. Le château a accueilli le Prince Charles, Mick Jagger, et même Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev.

Le Figaro explique que c'est grâce à François Mitterrand, qu'Edmond Baysari  est entré dans cette affaire, dans les années 80. "Nous sommes en 1982, époque des nationalisations, peut-on lire dans le quotidien français. L'ancien président de la République réclame que Saint-Gobain se sépare de ce château au passé royal". C'est à ce moment qu'Edmond Baysari l'acquiert.

M. Baysari est aujourd'hui contraint de revendre son château en raison de démêlés fiscaux. L'administration fiscale française, rapporte La Nouvelle République, "a réclamé, dès le lendemain de son achat et jusqu'à l'an passé, une taxe assise sur le montant de la transaction, et à laquelle (M. Baysari) estimait ne pas être assujetti. Le contentieux, majoré d'intérêts de retard, a fini par atteindre la somme rondelette de 2 millions d'euros et s'est trouvé assorti d'une hypothèque frappant le château".  M. Baysari "a tout fait pour sauver un joyau du patrimoine français, en impliquant des artisans locaux. En retour, l’État le poursuit pour un arriéré d'impôts locaux parce que les bases fiscales ont été réévaluées du fait des travaux. Il n'a pas compris, il n'a pas eu le droit à l'erreur dont parle le président de la République", explique un entrepreneur cité par les Échos.

La vente du château, pour une somme estimée entre 20 et 30 millions d'euros, devrait être scellée le 15 janvier prochain. "Ce qui compte pour le vendeur, c’est que la propriété passe dans les mains de quelqu’un qui continuera à l’embellir", affirme son avocat Jack Anderson pour qui cette vente est "l'affaire du siècle". Edmond Baysari "comprend que le destin va finir par l’emporter et espère qu'il sera bien reçu par Madame de Pompadour dans l'autre monde", plaisante encore M. Anderson, cité par Les Echos.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Triste affaire

Eleni Caridopoulou

Les Français c'est toujours comme ça n'importe quoi. Que l'état l'achète et qu'il dépense pour le garder up to date

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué