X

À La Une

Washington rappelle 400 Marines de Syrie

Conflit

Des soldats des forces spéciales américaines restent sur le terrain, selon un porte-parole du Pentagone.

OLJ/AFP
30/11/2017

Plus de 400 Marines qui avaient été déployés dans la région de Raqqa, en Syrie, pour en déloger le groupe Etat islamique (EI) vont rentrer aux Etats-Unis et ils ne seront pas remplacés, l'artillerie lourde n'étant plus nécessaire dans cette région.

"Plus de 400 Marines se préparent à rentrer chez eux" après la défaite "de l'EI dans son ancienne capitale", a indiqué sur Twitter le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition internationale.

Arrivé le 15 septembre, le bataillon des Marines "a soutenu les forces partenaires de la coalition avec des frappes d'artillerie dans la lutte contre l'EI à Raaqa. Avec la libération de la ville (...), l'unité a reçu l'ordre de rentrer. Son remplacement a été annulé", précise un communiqué de la coalition dirigée par les Etats-Unis.

Sous contrôle des jihadistes pendant trois ans, Raaqa, métropole du nord syrien, a été conquise le 17 octobre, après des mois d'affrontements, par les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), grâce notamment au soutien des frappes aériennes de la coalition.

Les Marines qui quittent la Syrie étaient équipés de M777, des pièces d'artillerie de 155mm également utilisées en Afghanistan. "Jusqu'à la libération de Raqaa, les SDF ont bénéficié d'un soutien constant de l'artillerie de la coalition", souligne le communiqué.

Mais aujourd'hui, "la nature des opérations est en train de changer", a indiqué à l'AFP un porte-parole du Pentagone, le commandant Adrian Rankine-Galloway. "Elle passe de la prise de territoire à une tactique plus anti-terroriste. On a moins besoin de combat à l'artillerie lourde", a-t-il ajouté, rappelant que le nombre de frappes aériennes menées par la coalition a nettement baissé depuis la prise de Raqqa. "Nous réduisons les forces de combats là où cela fait sens, mais nous allons poursuivre nos efforts pour aider nos partenaires syriens et irakiens à maintenir la sécurité", indique encore le communiqué de la coalition.

 

(Pour mémoire : Des soldats américains opèrent dans Raqqa)

 

Les forces spéciales restent
"Les forces qui restent (sur le terrain) vont continuer à travailler avec nos forces partenaires pour vaincre ce qui reste de l'EI, et empêcher leur résurgence", est-il précisé.

Les forces de la coalition poursuivent leurs opérations dans la région de Deir Ez-Zor et des soldats des forces spéciales américaines restent sur le terrain, a indiqué le commandant Rankine-Galloway. Il n'a pas précisé leur nombre mais il a indiqué que le chiffre officiel de 503 soldats américains déployés en Syrie "ne change pas" avec le retour des Marines, car ils n'étaient pas comptabilisés, leur déploiement étant considéré comme bref.

Le Pentagone a publié lundi de nouveaux chiffres sur le nombre de soldats américains déployés à l'étranger, qui faisaient état de 1.720 soldats en Syrie.

Par ailleurs, la coalition a reconnu jeudi dans un communiqué séparé la mort de 15 civils supplémentaires au cours de frappes aériennes, portant le total à "au moins" 801 civils tués depuis le début de l'opération Inherent Resolve en 2014.

Cette annonce intervient alors que la Maison Blanche a récemment annoncé des "ajustements en instance concernant le soutien militaire apporté à (nos) partenaires au sol en Syrie". Un responsable kurde avait confirmé un possible "ajustement", alors que la Turquie avait semé le doute en assurant avoir reçu des assurances de la Maison Blanche pour l'arrêt de la livraison d'armes aux combattants kurdes. Les Unités de protection du peuple kurde (YPG), principale milice kurde en Syrie, noyau dur des FDS, est considérée comme un groupe "terroriste" par Ankara.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la proclamation d'un "califat" sur de vastes territoires en Syrie et en Irak voisin, les jihadistes de l'EI sont désormais acculés dans leurs derniers réduits.

 

 

Lire aussi

Pour gagner en influence en Syrie, les Etats-Unis ont besoin de l'appui de la Turquie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A RAQQA ET A MOSSOUL LES FORCES SPECIALES AMERICAINES ONT FAIT LE JOB CONTRE L,E.I.... LES RUSSES SE CONTENTANT AVEC LE REGIME DE BOMBARDER LES REBELLES DU PEUPLE SYRIEN !

VIRAGE CONTRÔLÉ

Des poltrons qui s'étalent comme des crêpes.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants