X

À La Une

L'armée syrienne et ses alliés chassent de nouveau l'EI de Boukamal

Syrie

Le Hezbollah participe aux opérations.

OLJ/Agences
19/11/2017

L'armée syrienne et ses alliés ont repris le contrôle total de Boukamal, dernier bastion d'importance de l'Etat islamique (EI, Daech) en Syrie, a annoncé dimanche le service d'information militaire du Hezbollah.

L'armée syrienne avait annoncé le 8 novembre avoir repris Boukamal à l'EI mais les jihadistes avaient ensuite mené une contre-offensive en actionnant des cellules dormantes installées dans la ville.

Après cette défaite à Boukamal, il ne reste à Daech en Syrie du califat proclamé en 2014 que quelques villages le long de l'Euphrate, quelques poches dans le désert voisin, ainsi que quelques sites isolés ici et là dans le pays.

"L'armée syrienne et ses alliés de l'axe de résistance ont expulsé Daech de son dernier bastion sur le sol syrien", déclare le service d'information du Hezbollah.

 

 

L'"axe de résistance" est l'expression utilisée par ceux qui en font partie pour décrire l'alliance de l'Iran, de la Syrie et des milices chiites, parmi lesquelles figurent celles du Hezbollah.

L'agence officielle syrienne Sana a également rapporté que les troupes gouvernementales et leurs alliés "ont écrasé les dernières poches des terroristes de l'EI dans la ville".

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a pour sa part confirmé le contrôle total de la ville par le régime, affirmant que "les combats avaient cessé à l'intérieur de la ville, où des opérations de ratissage sont en cours". "Les combattants de l'EI se sont retirés vers le fleuve de l'Euphrate", situé directement à l'est de la cité, a précisé à l'AFP son directeur Rami Abdel Rahmane.

 

(Lire aussi : Fabrice Balanche : À Boukamal, le régime syrien est tombé dans une embuscade, comme à Qousseir)

 

Les territoires de l'EI se sont réduits en Syrie se sont réduits comme peau de chagrin cette année sous l'effet de deux offensives militaires rivales. D'une part, les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de milices kurdes et arabes soutenue par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, se sont concentrées sur le Nord syrien et ont évincé l'EI de ses positions dans la région, et notamment de Raqqa dont les jihadistes avaient fait leu capitale. D'autre part, l'armée syrienne et ses alliés, parmi lesquels figurent aussi l'armée de l'air russe, ont mené le combat dans le centre et l'est de la Syrie.

Les deux offensives sont parvenues la plupart du temps à éviter de se gêner grâce aux communications établies entre les Etats-Unis et la Russie. Toutefois, des responsables syriens et iraniens ont indiqué que Damas cherchait désormais à reprendre le contrôle des territoires repris à l'EI par les FDS.

Par ailleurs, les chefs de la diplomatie russe, iranienne et turque se sont réunis dans la journée en Turquie pour préparer un sommet trilatéral consacré à la Syrie qui se déroulera mercredi dans la station balnéaire russe de Sotchi.

 

 

Pour mémoire

L'EI ne tient plus que des poches de territoires entre Syrie et Irak

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué