X

Campus

À l’AUB, une compétition pour encourager la recherche sur le changement climatique

ÉCOLOGIE

Les étudiants de cycles supérieurs ont jusqu'au 18 novembre pour soumettre des projets de recherche sur le sujet.

04/11/2017

La Banque Libano-Française et le programme « Changement climatique et environnement », du Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs (IFI), à l'AUB, lancent une compétition autour du thème « Climate change and land in the MENA region » (Le changement climatique et la terre au Moyen-Orient). Son but : encourager la recherche dans ce domaine, mais aussi trouver des solutions à des défis actuels d'envergure.

Dans le cadre de cette compétition, les étudiants de cycles supérieurs, à l'AUB, auront l'occasion de proposer, jusqu'au 18 novembre, des projets de recherche sur le sujet de l'adaptation au changement climatique au Liban et dans la région du Moyen-Orient et du Nord de l'Afrique (MENA). Un sujet incontournable aujourd'hui, alors que la région est vulnérable au changement climatique et commence déjà à subir son impact négatif. Celui-ci affecte non seulement les ressources naturelles, en dégradant la qualité du sol et en accentuant la désertification, mais aussi notre quotidien, notre qualité de vie et la stabilité socio-économique et politique des pays. Par conséquent, les défis environnementaux requièrent des réflexions novatrices à tous les niveaux.

Ainsi, afin d'aborder le problème sous ses différentes facettes, les directives de la compétition sont assez larges. Les étudiants pourront présenter des projets de recherche dans une multitude de domaines, tels l'ingénierie, l'agriculture, la conservation des forêts et la prévention des incendies, la gestion, l'économie ou même la politique. « Nous avons remarqué que les étudiants ne sont pas, en général, encouragés à aborder des sujets relevant de l'environnement et du changement climatique lorsqu'ils ne se spécialisent pas en études environnementales. Nous croyons qu'il est important que des étudiants de toutes les disciplines examinent des solutions à nos problèmes dans ce domaine, qu'ils soient spécialisés en génie, aménagement paysager, politique publique, gestion, économie... » explique Rana el-Hajj, directrice du programme Changement climatique et environnement.

En outre, à travers les projets de recherche proposés, cette compétition a pour but « d'informer les décideurs politiques, mais aussi de sensibiliser sur l'importance de combler les lacunes en matière de recherche et le fossé entre le monde de la recherche et celui de la politique », estime Rana el-Hajj. En effet, malgré sa gravité et l'ampleur de ses répercussions, le sujet de l'impact du changement climatique, peu abordé dans le domaine de la recherche, manque de données et d'informations, selon Mme el-Hajj. « La recherche reste minimale quand il s'agit d'enjeux de haute importance pour le Liban et la région, comme l'impact du changement climatique et l'adaptation à ce changement, et cela est surtout vrai pour les recherches interdisciplinaires et politiques. » Ces recherches guideraient ainsi les politiques étatiques, alors que le Liban est en train d'établir sa stratégie nationale de développement durable, et qu'il est engagé dans le processus de développement de son plan national d'adaptation, en vertu de l'accord de Paris.

Enfin, en décembre, des prix viendront récompenser trois propositions de projets de recherche, sélectionnées par un jury. Celui-ci sera composé de représentants du IFI, de la BLF, du ministère de l'Environnement, ainsi que d'experts dans le domaine. Toutefois, au-delà des prix, qui seront une somme d'argent, la compétition aurait sensibilisé les étudiants des différentes disciplines à entreprendre des recherches sur le changement climatique et sur les possibilités d'adaptation. « Nous avons besoin que la génération future commence à réaliser l'ampleur de ce problème et commence à réfléchir à des solutions. Cette compétition est un moyen d'y parvenir », conclut Rana el-Hajj.

Lire aussi à la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour le Liban, Hariri n’était pas démissionnaire

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.