Le billet de Gaby NASR

Scrutin et baratin

Billet
Gaby NASR | OLJ
03/11/2017

Bienheureux sont ceux dont l'âge et l'expérience finissent par donner assez de maturité et de sagesse pour zapper une jeunesse bouillonne et brouillonne. Fallait creuser profond aux dernières élections de l'Université Saint-Joseph pour dégager ne serait-ce qu'une pensée, un frémissement d'idée, sur l'organisation de la vie estudiantine, les programmes académiques, l'insertion professionnelle...
En revanche, une belle ambiance délétère qui dégorgeait la poisse ! Et nous ramène aux époques reculées où l'homme de Cromagnon battait sa femme, se grattait le fion et mangeait sans changer de main. Dans quel cloaque sommes-nous donc tombés pour qu'à chaque scrutin universitaire, au détour d'une assemblée d'étudiants ou à l'abri d'un préau, on trébuche sur un ahuri qui dégaine sa religion comme un exhibitionniste déballerait ses glandes. Pour aller voter, faudra maintenant savoir à l'avance si le candidat s'oppose à la gesticulation du Hezbollah en faisant le signe de la croix, ou s'il veut récupérer les fermes de Chebaa en psalmodiant des versets du Coran.
Tant qu'à faire, on pourra modifier les cursus en supprimant toutes les inepties conventionnelles. On voit d'ici les sujets d'examens : un village déguste une bordée de 12 missiles tirés par un milicien qui schlingue des pieds. Combien de temps devra-t-il pleuvoir avant que le village ne sente la rosée du matin ?
Et puis l'on apprendra aux étudiants les moulins à vent de la politique : comment câliner et masser les investisseurs tout en laissant un demi-million de fonctionnaires se goinfrer dans les caisses de l'État ; transformer le Liban en boxon, pour ensuite s'en aller pleurnicher dans le giron de l'ONU à chaque fois que des responsables exotiques du voisinage twittent des âneries connectées ; enfin, comment tirer la gueule et vociférer dans les meetings, question de bien montrer à la piétaille qu'on est détenteur d'un pouvoir discrétionnaire même si l'on est élu une fois en passant à chaque mort de pape.
C'est bon de jouer les aigles quand on vole avec des dindons...

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

L'Université Saint-Joseph est saine et ne devra plus permettre aux malsains de jouer le jeu de la religion , sinon que chacun adore son Dieu dans son Université .

Nadine Naccache

Tout est en parfaite concordance et conforme aux conditions imposées.

Hitti arlette

On se demande curieusement si le but d 'aller a la fac est celui de suivre des études pour décrocher un diplôme ou une licence ou de fairer de la politicaillerie .Toute l'empathie envers ces Malheureux parents qui s'echinent des années entières pour régler les frais des études d'un connard surexité toujours prêt en découdre avec à un autre abruti qui ne pense pas comme lui .

Soeur Yvette

Article cible...merci...

Tabet Karim

Gaby, fallait ajouter cretin au titre. Ca rime et c vrai !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES BIEN MAIS FALLAIT Y ALLER BEAUCOUP PLUS FORT !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué