X

À La Une

Les Kurdes favorables au dialogue avec Bagdad après l'opération militaire

Irak

Le vice-président du Kurdistan irakien et haut dirigeant de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), affirme pourtant que "l'armée irakienne et la police fédérale dans la province de Kirkouk sont des forces d'occupation".

OLJ/AFP
19/10/2017

Le gouvernement du Kurdistan irakien s'est déclaré jeudi favorable à un dialogue avec le pouvoir central à Bagdad dont les forces viennent de chasser les combattants kurdes de zones disputées.

"Le cabinet du Kurdistan accueille favorablement l'initiative du Premier ministre Haider al-Abadi d'entamer des négociations pour régler les problèmes en suspens selon la Constitution et les principes de partenariat", selon un communiqué officiel publié à Erbil, la capitale du Kurdistan.
Le communiqué a été publié après une réunion du cabinet tenue sous la présidence du Premier ministre kurde Nechervan Barzani et du vice-Premier ministre Qubad Talabani.
"Le Kurdistan demande l'aide et la contribution de la communauté internationale en parrainant ce dialogue", selon le gouvernement de cette région autonome.

Lundi et mardi, les troupes fédérales irakiennes et des milices alliées ont évincé les forces kurdes de la riche province pétrolière de Kirkouk (nord-est), ainsi que des provinces de Ninive (nord) et de Diyala (est).
Cette opération visait à rétablir l'autorité du pouvoir central dans les zones disputées du pays. Elle intervenait après un référendum d'indépendance kurde organisé le 25 septembre lors duquel le "oui" l'avait massivement emporté, provoquant la colère de Bagdad.

Mardi, M. Abadi a fait une offre de dialogue tout en affirmant que ce référendum était "terminé et faisait désormais partie du passé", de même que "son résultat".
Il avait fait de l'abandon du résultat de cette consultation une condition préalable à l'ouverture d'un dialogue avec la région autonome.

 

(Lire aussi : Le problème kurde de Washington)



Mandat d'arrêt
L'opération de Bagdad a permis --presque sans combats-- au pouvoir central de reprendre le contrôle des zones tenues par les Kurdes depuis 2013. Ces derniers sont désormais largement cantonnés à leurs trois provinces autonomes du nord du pays.

Les Kurdes avaient progressivement gagné du terrain à la suite de l'invasion américaine de 2003 et de la percée fulgurante du groupe Etat islamique (EI) en 2014.
Malgré la volonté de dialogue affichée, des tensions subsistent entre Bagdad et le Kurdistan.
Kosrat Rassoul, vice-président du Kurdistan irakien et haut dirigeant de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), a affirmé que "l'armée irakienne et la police fédérale dans la province de Kirkouk étaient des forces d'occupation".

Jeudi, un tribunal de Bagdad a émis un mandat d'arrêt contre lui pour "propos provocateurs envers l'armée irakienne".
"Le tribunal considère ces propos comme une provocation contre les forces armées conformément à l'article 226 du code pénal", a précisé Abdel Sattar al-Bireqdar, porte-parole du Conseil suprême de la magistrature. Il risque au maximum sept ans de prison ou une amende.
Dans un communiqué, le président kurde Massoud Barzani a dénoncé "une décision politique qui montre clairement la réalité de l'autoritarisme de Bagdad".

 

(Lire aussi : Bagdad se déploie dans toutes les zones disputées aux dépens des Kurdes)


Très proche de Massoud Barzani dont il a soutenu le référendum d'indépendance du 25 septembre, Kosrat Rassoul était arrivé à Kirkouk dimanche avec ses peshmergas avant de se retirer sans combat.
Comme il habite au Kurdistan où seule les forces kurdes exercent leur autorité, il y a peu de chance qu'il soit arrêté. Mais selon une source judiciaire, les autorités irakiennes vont transmettre le mandat d'arrêt à Interpol ce qui pourrait l'empêcher de voyager hors de la région autonome.
Par ailleurs, le gouvernement irakien s'en est pris vivement jeudi, sans le nommer, à l'accord signé la veille par le géant semi-public russe du pétrole Rosneft avec Erbil.

Le ministère irakien du Pétrole a souligné que "ce département et le gouvernement fédéral irakien sont les deux seules parties avec lesquelles il faut traiter pour conclure des accords concernant le développement et les investissements dans le secteur de l'énergie".
Rosneft avait annoncé mercredi un accord avec les autorités du Kurdistan irakien, à qui il compte payer jusqu'à 400 millions de dollars (338 millions d'euros) pour exploiter ses vastes ressources en hydrocarbures, disputées avec le pouvoir central de Bagdad.

 

Lire aussi

Les deux grands partis kurdes en guerre ouverte

 

Pour mémoire

Les Etats-Unis "fortement opposés" au référendum kurde en Irak

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUX ! LES KURDES SE SONT RETIRES ET N,ONT PAS ETE EVINCES... LES KURDES ONT TOUJOURS SOLLICITE LE DIALOGUE AVEC BAGHDAD AVANT ET APRES LE REFERUNDUM ET N,ONT POINT CHERCHE LA CONFRONTATION MILITAIRE...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants