X

À La Une

Règlement de comptes entre Macron et Hollande

France

C'est sur le terrain fiscal que la brouille s'envenime, au moment où s'engage au Parlement français l'examen du premier budget du quinquennat.

OLJ/AFP/Baptiste PACE
17/10/2017

Budget "insincère" contre politique "brutale" : les couteaux sont tirés entre le président français Emmanuel Macron et son prédécesseur socialiste François Hollande qui, comme ses anciens ministres, n'hésite plus à répliquer aux mises en cause du chef de l’État. C'est sur le terrain fiscal que la brouille s'envenime, au moment où s'engage au Parlement français l'examen du premier budget du quinquennat Macron.

Dimanche sur la chaîne de télévision privée TF1, le chef de l'État a âprement défendu sa réforme visant à alléger l'ISF, qui impose les plus fortunés, tentant de décoller cette étiquette de "président des riches" que lui attribue la gauche. M. Macron a depuis son élection en mai convié à dîner l'ancien président de droite Nicolas Sarkozy mais pas François Hollande, dont il avait pourtant été le ministre de l'Économie.

L'actuel président a critiqué à plusieurs reprises, sans jamais le nommer, la "présidence bavarde" et la politique fiscale de son "prédécesseur", en particulier la très controversée "taxe à 75%" qui n'avait survécu que deux ans, en 2013 et 2014, et qui frappait via les employeurs les salaires supérieurs au million d'euros.

La réplique ne s'est pas fait attendre. "Si dans un pays l'idée s'installe qu'il y a une fiscalité allégée pour les riches et alourdie pour les plus modestes ou les classes moyennes, alors c'est la capacité qu'il a à se mobiliser pour son avenir qui se trouve mise en cause", a lancé lundi François Hollande depuis Séoul où il donnait une conférence.

Autre pique, cette fois devant les caméras de TF1, contre la suppression décrétée par le gouvernement au cours de l'été de nombreux emplois aidés, des postes subventionnés par l'État: c'est "une politique brutale", un "coup porté aux associations" et "à des personnes qui étaient dans la perspective" d'un emploi, a asséné l'ancien locataire de l'Élysée.

 

(Lire aussi : « Je fais ce que j’ai dit » : Macron assume son style et défend ses réformes)

 

"Mépris hautain"
Désormais collaborateur de François Hollande, l'ex-ministre des Finances Michel Sapin a pris le relais, dénonçant un budget "à rebours de notre histoire", une "faute morale" qui "contredit les grands principes républicains de progressivité de l'impôt". Et l'ancien collègue de M. Macron de dénoncer le "dédain vulgaire" et le "mépris hautain" de l'actuelle majorité et de son premier représentant à l'Élysée.

Piquée au vif, la députée du parti présidentiel Aurore Bergé a dénoncé en François Hollande un "président qui s'exprime pour critiquer son pays depuis l'étranger".

L'ancien ministre socialiste de l'Agriculture et proche de M. Hollande, Stéphane Le Foll, a rappelé que M. Macron avait récemment fustigé les "fainéants", un propos qui avait fait polémique et que beaucoup de manifestants contre la réforme Macron visant à alléger le droit du travail avaient pris pour eux.
"Le problème du président de la République c'est qu'il ne considère la réussite que comme une réussite économique et une accumulation de richesses", a-t-il dénoncé, reprochant aussi au chef de l'État de ne jamais nommer M. Hollande.

Au milieu du mois d'août déjà, l'ex-président sortait de sa réserve pour critiquer la réforme du droit du travail et exhorter M. Macron à ne "pas demander aux Français des sacrifices qui ne sont pas utiles". Réplique cinglante du président à son prédécesseur: "Il serait étrange que l'impossibilité qui a été la sienne de défendre son bilan devant les Français puisse motiver une tentation, durant les années qui viennent, de le justifier devant les journalistes".

Les hostilités avaient débuté fin juin avec la charge du Premier ministre Édouard Philippe contre le budget "insincère" laissé par l'équipe précédente, selon lui. Une attaque qui avait suscité de nombreuses réactions des ex-responsables des Finances de l'État et de proches de M. Hollande.

 

Pour mémoire

"Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux de chercher du travail" : nouvelle saillie de Macron

Offensive sociale de Macron, accusé d'être le "président des riches"

Piqué par les critiques, Macron répond vivement à Hollande

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL EST DIFFICILE DANS UN THEATRE DE CHOISIR SUR LA SCENE MEME QUEL POLICHINELLE EST MEILLEUR BOUFFON !

Assad Fakhouri

aucun comportement de dignité du au poste occupé. C'est du niveau de la rue , il manque encore les injures. On n'en est pas loin
Les français ont, dans leur vote, perdu le sens des qualités requis à un Président de la République. Macron est un opportuniste, bavard, et n'a rien démontré des qualités d'un réalisateur
Il a seulement établi le statut de sa femme !
Toutes ls décisions sont reportées en 2018, après , ça sera 2019, etc
Avec une dette2332 milliards, qui augmente chaque mois de 10 milliards, les caisses vides, il n'ira pas loin
Ce n'est pas en se querellant avec Hollande qui a tout fait pour le faire élire, bluffant les Français
Il faut se comporter dignement par respect pour les électeurs, mettre ses mains dans le cambouis. Or ce Monsieur Macron voyage beaucoup comme son prédécesseurs et passe son temps à commenter les événements dans le monde. Il se comporte comme Hollande

Yves Prevost

Macron a quasiment été "nommé" président par Hollande. Mais étant donnée l'impopularité de son prédécesseur, il veut gonfler la sienne en le critiquant.
Le plus drôle est que leur désaccord affiché porte essentiellement sur le volet finances-économie. Or, qui était le ministre des finances de Hollande et responsable de son bilan catastrophique?...Emmanuel Macron!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.