X

Santé

Le vaccin, principale mesure pour se protéger de la grippe

Épidémie

Il est conseillé de se faire vacciner avant l'hiver, de préférence entre septembre et octobre, parce qu'il faut deux à trois semaines pour que le vaccin développe son efficacité.

Nada MERHI | OLJ
14/10/2017

Il suffit que les premières pluies tombent pour qu'émerge la crainte d'attraper une grippe. À juste titre, puisque l'épidémie de grippe est responsable annuellement de trois à cinq millions de cas dans le monde et provoque entre 250 000 à 500 000 décès par an parmi les populations à haut risque, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Commencent alors les précautions : port de vêtements plus chauds, prise de vitamines... Ces mesures peuvent aider, mais elles n'empêchent pas la survenue de la maladie. Le vaccin contre la grippe saisonnière reste en fait le moyen préventif de choix contre les souches les plus virulentes de la maladie, selon les autorités de santé dans le monde. Il doit être reçu chaque année, parce que les souches virales contre lesquelles il protège peuvent changer d'une saison froide à l'autre.

Chaque année, trois souches de virus de la grippe sont identifiées : deux de type A et une de type B. Depuis quelque temps, une quatrième souche de type B est également identifiée. Ainsi, pour la saison 2017-2018, les souches reconnues proviennent du Michigan/A (H1N1), de Hong Kong/A (H3N2), de Brisbane (B) et de Phuket (B). C'est contre ces souches que le vaccin protège. Celui-ci existe sous deux formes : spray nasal développé à partir du virus vivant atténué, et injectable, développé à partir du virus tué.

« Cette saison, et pour la deuxième année consécutive, les centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux États-Unis (Centers for Disease Control and Prevention-CDC) et l'Académie américaine de pédiatrie (AAP) déconseillent le recours au vaccin sous forme de spray nasal, explique le Dr Philippe Chédid, pédiatre et membre de l'AAP. Il s'est avéré que les vaccins antigrippaux développés à partir du virus tué assurent une meilleure protection que ceux contenant le virus vivant atténué, notamment chez les enfants. »

D'ailleurs, le vaccin sous forme de spray nasal a de nombreuses contre-indications. Ainsi, il ne peut pas être administré aux femmes enceintes, aux enfants âgés de moins de deux ans, aux personnes âgées de plus de 50 ans comme aux personnes souffrant d'une immunodéficience, d'un asthme ou encore d'une bronchite chronique.
« En Europe et en Angleterre, le vaccin antigrippal à partir du virus vivant atténué continue à être recommandé chez les enfants âgés entre 2 et 8 ans », note le Dr Chédid.

 

Vacciner toute la population
Qui faut-il vacciner ? « Aux États-Unis, les CDC recommandent de vacciner toute la population sans exception à partir de l'âge de six mois, et ce principalement pour protéger l'individu contre la grippe et diminuer la circulation du virus de la grippe dans la société », précise le Dr Chédid. Ce qui n'est pas le cas en Europe où les autorités de santé conseillent de suivre les recommandations de l'OMS. Il est ainsi conseillé de vacciner les femmes enceintes à n'importe quel stade de leur grossesse, les enfants âgés de 6 mois à 5 ans, les personnes âgées de plus de 65 ans, les agents de santé ainsi que toute personne à haut risque, c'est-à-dire si elle souffre de problèmes respiratoires chroniques (asthme, bronchite chronique...), de problèmes cardiaques, d'une insuffisance rénale, d'une immunodéficience, de diabète...

Le vaccin doit être reçu avant le début de la saison froide, de préférence en septembre et en octobre, « parce qu'il faut compter deux à trois semaines pour qu'il développe son efficacité ». « On peut toutefois continuer à le prendre jusqu'en décembre ou même janvier, parce qu'il protégera contre une des trois souches qui n'ont pas encore sévi », souligne le Dr Chédid. En ce qui concerne les doses, il explique qu'une dose annuelle de 0,5 ml est recommandée chez les personnes âgées de plus de 9 ans. « Chez les enfants âgés de 6 mois à 3 ans, deux doses de 0,25 ml chacune doivent être administrées à un mois d'intervalle, s'ils reçoivent ce vaccin pour la première fois, poursuit-il. Dans le cas contraire, une dose de 0,25 ml est administrée. Si l'enfant est âgé entre 3 et 9 ans et qu'il reçoit le vaccin pour la première fois, deux doses de 0,5 ml chacune lui seront administrées à un mois d'intervalle. Sinon, il recevra une seule dose de 0,5 ml. »

Quid des personnes allergiques aux œufs ? « Jusqu'à une période récente, ce vaccin était déconseillé aux personnes allergiques aux œufs, répond le Dr Chédid. Il y a deux ans, les CDC et l'AAP ont émis des recommandations selon lesquelles le vaccin de la grippe peut être donné même aux personnes souffrant d'une allergie sévère aux œufs, à condition de prendre les mêmes précautions que pour les autres vaccins. »
Il est à signaler enfin que le vaccin de la grippe ne protège que contre les souches du virus qu'il contient. Ainsi, une personne ayant reçu le vaccin pourra développer une grippe due à d'autres virus.

 

Lire aussi

Vacciner aussi les adolescents

À la une

Retour à la page "Santé"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!