Rechercher
Rechercher

crise

Macron répond indirectement à Aoun : La France ne soutiendra aucun "retour subi" de réfugiés syriens

"Au Proche et Moyen Orient, le sujet des réfugiés reste extrêmement critique, qu'il s'agisse des réfugiés à l'intérieur de la Syrie mais également ceux qui se trouvent au Liban, en Jordanie ou en Turquie", a déclaré le président français.

La France ne soutiendra aucun "retour subi" de réfugiés syriens dans leur pays tant que la stabilité politique ne sera pas assurée, a déclaré lundi Emmanuel Macron à l'issue 9 octobre 2017 d'un entretien avec le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi. REUTERS/Ludovic Marin/Pool

La France ne soutiendra aucun "retour subi" de réfugiés syriens dans leur pays tant que la stabilité politique ne sera pas assurée, a déclaré lundi Emmanuel Macron à l'issue d'un entretien avec le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

Lors d'une visite à Paris fin septembre, le président libanais Michel Aoun avait estimé que l'aide de l'ONU devait désormais servir à organiser le retour des réfugiés syriens et non à les "maintenir dans des camps de misère" au Liban où 1,5 million de Syriens ont trouvé refuge depuis le début du conflit.

"Au Proche et Moyen Orient, le sujet des réfugiés reste extrêmement critique, qu'il s'agisse des réfugiés à l'intérieur de la Syrie mais également ceux qui se trouvent au Liban, en Jordanie ou en Turquie", a dit Emmanuel Macron, lors d'une déclaration à la presse, à l'Elysée.

"A cet égard, notre souhait est de rester sur la ligne qui a toujours été la nôtre : nous apporterons au sein des organisations internationales toute notre aide aux pays qui ont cette charge", a-t-il ajouté.

"Mais notre volonté est que les réfugiés soient pleinement protégés et nous ne soutiendrons pas des actions qui conduisent à raccompagner de manière subie les réfugiés sans que toutes les garanties soient apportées et que la stabilité politique soit assurée".

La France s'inscrit dans la ligne adoptée par l'ONU, le HCR et également le Premier ministre libanais Saad Hariri qui s'était dit opposé début septembre à tout retour des réfugiés tant qu'il n'y aurait pas de "feu vert de l'ONU pour un retour sécurisé".

En matière d'accueil de réfugiés, les engagements pris par la France par le passé n'ont pas toujours été tenus, a souligné Emmanuel Macron, qui a souhaité que Paris puisse désormais "être au rendez-vous de manière réaliste" sur cette question.

"Dans les deux prochaines années, la France offrira 10.000 places de réinstallation avec le HCR pour des réfugiés depuis la Turquie, le Liban, la Jordanie, le Niger et le Tchad", a dit le chef de l'Etat, "et en parallèle nous accélérerons les relocalisations de réfugiés depuis l'Italie".

 

Pour mémoire
Macron, recevant Aoun: L'absence de solution politique en Syrie empêche le retour des réfugiés

Lorsque « resettlement » devient implantation...

Aoun à l'ONU : Non à la naturalisation des réfugiés et des déplacés au Liban


La France ne soutiendra aucun "retour subi" de réfugiés syriens dans leur pays tant que la stabilité politique ne sera pas assurée, a déclaré lundi Emmanuel Macron à l'issue d'un entretien avec le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.
Lors d'une visite à Paris fin septembre, le président libanais Michel Aoun avait estimé que l'aide de l'ONU devait...

commentaires (12)

libre a lui le petit macron de dire ce qu'il veut. mais qu'il n'en fasse qu'un reve car NOUS LIBANAIS n'en avons cure . pire, il doit s'attendre a voir chez lui des milliers de ces deplaces echoir sur ses cotes ........ certaines parties s'y preparent ferme.

gaby sioufi

10 h 07, le 22 octobre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • libre a lui le petit macron de dire ce qu'il veut. mais qu'il n'en fasse qu'un reve car NOUS LIBANAIS n'en avons cure . pire, il doit s'attendre a voir chez lui des milliers de ces deplaces echoir sur ses cotes ........ certaines parties s'y preparent ferme.

    gaby sioufi

    10 h 07, le 22 octobre 2017

  • "La France ne soutiendra aucun "retour subi" de réfugiés syriens dans leur pays tant que la stabilité politique ne sera pas assurée," haha! parce que au Liban il y a la stabilité avec tout ce beau monde qui nous occupe? A-t-il en vue de nous faire en arriver a l’instabilité au Liban pour soutenir le retour chez eux des déplacés syriens? Cette affaire ne concerne pas le president français. C'est a nous de nous remuer et d'agir promptement rapidement et sans grand bruit. Couper l'eau, l’électricité, et tout le confort a ces braves gens et ils regagneront vite leur terre! Ne faut-il pas s'inspirer de Mizyara?

    Bibette

    16 h 14, le 10 octobre 2017

  • Bien sure, parqués chez nous au Liban devenu cul de sac- les réfugiés syriens ont moins de chance de se déplacer vers l'Europe! sans compter qu'ils risquent de se faire tuer chez nous par une guerre Israélienne. Décidément entre les réfugiés syriens et le Hezbollah ennemi juré d'Israel, le Liban est vraiment entre le marteau et l’enclume! Le Liban doit s'en sortir par ses propres moyens. A chaque localité, village, ou ville libanaise revient le devoir de faire le menage et de montrer la porte aux syriens et de les conduire vers la frontière! ce n'est pas chose impossible. La veille de la guerre contre l'Iran, le regime Irakien a visité en pleine nuit les maisons de citoyens Irakiens chiites d'origine Iraniennes, a embarques ces familles en pyjamas sur des camions et les a déposés aux frontières Iraniennes! Alors que ces personnes n’étaient pas réfugiées mais de bons citoyens Irakiens! Nous sommes loin de ce cas de figure: Nous Libanais devrions forcer la main aux déplacés syriens en les conduisant vers la frontière d'ou ils trouveront leur chemin tout seuls comme des grands.

    Bibette

    15 h 58, le 10 octobre 2017

  • A ceux qui espèrent que la communauté internationale va aider le Liban à régler le problème des déplacés syriens, voilà de quoi les réveiller !

    Marie Claude Hélou Saadé

    12 h 07, le 10 octobre 2017

  • Non, Emmanuel Macron, les déplacés syriens au Liban, seront mieux chez eux que chez les autres. La France pourrait-elle supporter 26 millions de déplacés chez elle proportionnellement à sa population ? C'est cela le bordel* * Terme employé par Emmanuel Macron lui-même récemment.

    Honneur et Patrie

    10 h 52, le 10 octobre 2017

  • QUE LES INTERNATIONAUX ET REGIONAUX QUI ONT OURDI LES COMPLOTS ET LES REGIONAUX... IRAN ET SAOUDITE... QUI LES EXECUTENT ACCUEILLENT LES REFUGIES SYRIENS ET AUTRES... DEVENUS TELS A CAUSE DE LEURS INTERVENTIONS DANS LEURS PAYS... CHEZ EUX !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 01, le 10 octobre 2017

  • Monsieur Macron, de quoi vous mêlez-vous avec cette arrogance ? La France, associée à d'autres Pays a lâchement laissé s'installer "le bordel" au Moyen et Proche-Orient, et surtout en Syrie. Et maintenant vous, qui n'arrivez déjà pas à résoudre vos propres problèmes avec certaines communautés d'origine étrangères depuis des années, vous vous croyez permis de nous donner des leçons concernant les réfugiés syriens ? Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 29, le 10 octobre 2017

  • Les Assad n'avaient pas réussi à syrianiser le Liban. Macron et l'Onu achèveront le travail. Avec 1600000 réfugiés sur une population d'à peine 4 millions, un nouvel accent vient de s'insérer dans les accents libanais. En clair les réfugiés syriens sont une monnaie d'échange dans les négociations sur l'avenir de la Syrie. Ils sont combien sur le continent européen ces réfugiés 600000 en tout ? Et ça râle parmi la population au point que Mme Merkel a failli perdre les élections à cause de son ouverture. Il faut que le Liban reste ferme sur ce sujet.Nous n'avons pas à recevoir des leçons de qui que ce soit

    Alexandre Hage

    08 h 15, le 10 octobre 2017

  • Que m. Macron s'occupe de ses oignons, qu'il balaie devant sa porte et surtout qu'il ne s'immisce pas dans les affaires intérieures d' un état souverain, le Liban.

    Agopian Charles

    05 h 11, le 10 octobre 2017

  • C'est incroyable M Macron, il peut dire ce qu'il veut ce n'est pas lui qui subit toutes les charges et l'instabilité provoqués par l'immense quantité des réfugiés au Liban !!!

    Alex. K.L.

    20 h 38, le 09 octobre 2017

  • Je pense que Macron a raison, c'est le Hezbollah qui veut les envoyer , mais la guerre est toujours la .

    Eleni Caridopoulou

    20 h 35, le 09 octobre 2017

  • Ceux qui ont provoqué toutes ces guerres portent une lourde responsabilité ...(ils sont bien identifiés) Mais tout le monde s'en moque ! Il est plus dur d'éradiquer cette misère humaine, que de provoquer les guerres ...

    Sarkis Serge Tateossian

    20 h 29, le 09 octobre 2017