X

À La Une

Qui succédera à Irina Bokova à la tête de l'Unesco ?

repère

Huit candidats présentés par leurs pays respectifs, pour moitié des pays arabes, sont en lice. Les voici par ordre alphabétique des pays.

OLJ/AFP
04/10/2017

L'Unesco s'apprête à désigner un nouveau directeur général ou directrice générale qui devrait s'atteler notamment à ramener du consensus dans une organisation fragilisée par ses dissensions politiques. Le conseil exécutif qui se réunit à partir de mercredi (jusqu'au 18 octobre) élira la semaine prochaine le successeur de la Bulgare Irina Bokova qui achève son second mandat à la tête de l'organisation de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture. Le vote se déroulera en une ou plusieurs étapes à partir de lundi, à l'issue de la journée de travaux du conseil. Jusqu'à quatre tours de scrutin peuvent être organisés si aucun candidat n'atteint la majorité absolue. Si un cinquième vote devait être organisé, il porterait alors sur les deux arrivés en tête au 4e tour.

Huit candidats présentés par leurs pays respectifs, pour moitié des pays arabes, sont en lice. Les voici par ordre alphabétique des pays.

 

 

AZERBAÏDJAN
Né en 1945 à Bakou, Polad Bülbüloglu mêle une carrière de musicien, fonctionnaire et homme politique.
Chanteur et compositeur populaire à l'époque soviétique, acteur dans plusieurs films, il est ministre de la Culture entre 1988 et 2005 et ambassadeur d'Azerbaïdjan en Russie depuis janvier 2006.
Il se prévaut d'une expérience solide dans la gestion de crise, ayant dû faire face à la chute de financement après la chute de l'URSS en 1991. "C'est une personnalité créative qui va apporter une contribution particulière" à l'Unesco s'il est élu, assure l'actuel ministre de la Culture Abulfaz Garayev.

CHINE
Qian Tang (Tang Qian en chinois), 66 ans, est un spécialiste de l'éducation qui a déjà passé près d'un quart de siècle à l'Unesco. M. Tang a débuté sa carrière dans l'enseignement dans les années 70, avant différents postes dans l'administration chinoise. Employé de l'ambassade de Chine au Canada, il choisit fin 1989 de rentrer à Pékin pour rejoindre le ministère de l'Éducation, quelques mois après la répression sanglante du mouvement de Tiananmen pour la démocratie. Il est notamment titulaire d'un doctorat en biologie et d'un master en physiologie du sport obtenus au Canada.

ÉGYPTE
Moushira Khattab, née en 1944, ancienne ministre et ambassadrice, est docteure en droit international des droits de l'homme, engagée pour l'éducation, notamment des filles, la protection des femmes, des enfants, contre les mutilations génitales féminines. Son image est celle d'une activiste des droits de l'homme et d'un exemple d'émancipation de la femme arabe. Sa candidature est perçue par certains comme une volonté de l'Egypte de redorer son blason sur la scène internationale. Ancienne ambassadrice, elle a aussi été ministre adjointe des Affaires étrangères chargée des affaires culturelles internationales.

FRANCE
Audrey Azoulay, 45 ans, a été la dernière ministre de la Culture sous l'ex-président François Hollande.
Elle est passée par le Centre national du cinéma (directrice financière, puis numéro deux) et le ministère de la Culture. Fille d'André Azoulay, conseiller du roi du Maroc, elle est notamment diplômée de l'ENA, qui forme les élites de l'administration française.

IRAK
Ancien ministre de la Santé, Saleh Mahdi Al-Hasnawi, né en 1960, est professeur, consultant en psychiatrie, expert en santé publique et député depuis 2010. Il s'intéresse notamment de très près à la santé mentale des enfants. Dans ce registre, il dit avoir lancé une initiative pour la réadaptation psychologique des enfants victimes du groupe État islamique d'Irak et du Levant, en collaboration avec le Ministère irakien de la santé et l'Organisation mondiale de la Santé.

LIBAN
Vera el-Khoury Lacoeuilhe, conseillère auprès du ministère de la Culture du Liban depuis 2016, a plus de 20 ans d'expérience au sein de l'Unesco et de plusieurs organisations internationales. Diplômée de l'université américaine de Beyrouth et de l'université de New York, elle enseigne actuellement le droit international à l'Université de Paris Panthéon-Sorbonne. La candidature de Mme el-Khoury, peu connue du grand public, a surpris au Liban, alors que l'ancien ministre libanais de la Culture Ghassan Salamé, s'était mis sur les rangs.

 

(Lire aussi : Le Liban en bonne place dans la course à la tête de l'Unesco)

 

QATAR
Hamad Bin Abdulaziz Al-Kawari, 69 ans, a une longue carrière diplomatique qui l'a conduit notamment en tant qu'ambassadeur en Syrie, en France, aux États-Unis, à l'Unesco. Il a également été l'envoyé de l'émirat auprès des Nations unies de 1984 à 1990. Ancien Ministre de la Culture, des Arts et du Patrimoine, il est depuis 2016 conseiller au palais royal. Ce francophile a notamment étudié à l'université parisienne de La Sorbonne d'où il est sorti diplômé de philosophie politique.

VIETNAM
Pham Sanh Chau, né en 1961, a grandi au Moyen-Orient, cumule les diplômes d'universités étrangères, les fonctions au sein du ministère vietnamien des Affaires étrangères et les postes diplomatiques.
Ministre adjoint des Affaires étrangères, il est également ambassadeur et Représentant spécial du Premier Ministre du Viet Nam auprès de l'Unesco, depuis 2016. Dès 1999, il a exercé ses premières fonctions auprès de l'organisation de l'ONU en tant qu'ambassadeur et délégué permanent du Viet Nam.

 

Pour mémoire
Unesco : la candidature qui embarrasse les autorités libanaises

Vera el-Khoury Lacoeuilhe : Je ne reviendrai pas sur ma candidature

Première étape réussie pour la candidate du Liban à la direction générale de l'Unesco !

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Le CV de la candidate Libanaise au poste de directrice de l'UNESCO est incontestablement le mieux placé parmi les huit.

Elle a le charisme, la culture, le bagage, l'expérience, l'ouverture sur le monde...
En plus elle est de la maison, et multiculturelle ..

Des atouts que personne hormis Madame Vera el-Khoury Lacoeuilhe ne possède!
Allez Madame on est de tout cœur avec vous.
----------------------
HUMOUR :
Le plus anecdotique des candidats est surement le candidat de l'Azerbaidjan, un pays qui est visé par de nombreuses enquêtes internationales au plus haut niveau de l'état, pour corruption ....
Qu'est ce qu'il compte apporter ce type à l'UNESCO ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.