Rechercher
Rechercher

À La Une - Transports

Le Liban, l’Égypte et la Turquie vont suspendre les vols vers le Kurdistan irakien

Pour quitter le Kurdistan, "les Libanais pourront transiter par les aéroports de Bagdad, Bassora (sud) ou Najaf (centre)", a précisé Mohamad el-Hout, PDG de la MEA.

Les compagnies nationales aériennes du Liban et d'Egypte ont annoncé mercredi la suspension à partir de vendredi de leurs vols à destination d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, à la demande des autorités de Bagdad. Photo AFP / KARIM JAAFAR

Les compagnies aériennes du Liban, de la Turquie et de l'Egypte vont suspendre à partir de vendredi leurs vols vers et en provenance du Kurdistan irakien, à la demande des autorités de Bagdad furieuses contre le référendum d'indépendance.

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a menacé d'interdire tous les vols internationaux vers le Kurdistan, si les autorités de cette région autonome refusaient de remettre le contrôle de leurs aéroports au gouvernement central à Bagdad.

Cette mise en garde est intervenue après un référendum d'indépendance controversé, organisé lundi au Kurdistan irakien et rejeté par le pouvoir central à Bagdad, un scrutin non contraignant qui s'est soldé par une très large victoire du oui avec plus de 92% des voix.

La compagnie libanaise Middle East Airlines (MEA) va ainsi "suspendre à partir de vendredi tous les vols de et vers Erbil, à la demande de l'aviation civile irakienne réclamant l'interruption des vols internationaux", a indiqué à l'AFP son PDG, Mohamad El-Hout. Pour quitter le Kurdistan, "les Libanais pourront transiter par les aéroports de Bagdad, Bassora (sud) ou Najaf (centre)", a-t-il précisé.

A partir de 15h00 GMT vendredi, "il ne sera plus possible" pour les compagnies aériennes turques Turkish Airlines, Pegasus et AtlasGlobal d'assurer les vols à destination et en provenance d'Erbil et de Souleimaniyeh, a de son côté indiqué dans un communiqué le consulat turc à Erbil, capitale du Kurdistan irakien. Les liaisons prévues avant cette date seront assurées, a indiqué la même source, ajoutant que les compagnies aériennes concernées allaient s'efforcer d'augmenter la capacité de leurs vols. Le consulat turc n'a pas précisé combien de temps durerait cette suspension.

En réaction au référendum d'indépendance, le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé à plusieurs reprises d'imposer des sanctions contre les autorités kurdes d'Irak, même si les relations entre Ankara et Erbil se sont fortement développées ces dernières années, notamment sur le plan commercial.

La compagnie nationale EgyptAir a également annoncé dans un communiqué la suspension de ses liaisons avec Erbil.

Deux aéroports fonctionnent au Kurdistan, l'un à Erbil et l'autre à Souleimaniyeh. Outre la compagnie nationale irakienne, plusieurs compagnies internationales, notamment iranienne, turque, jordanienne et allemande, assurent des liaisons régulières.

En réaction aux menaces de Bagdad, le ministre des Transports du Kurdistan, Mawloud Bawah Mourad, a souligné mercredi que les aéroports d'Erbil et de Souleimaniyeh avaient été construits avec l'argent de la région autonome.

 

Lire aussi

Le double message de Damas sur l'autonomie du Rojava

Référendum kurde et peurs turques

Après le référendum d'indépendance, Bagdad durcit un peu plus encore le ton contre le Kurdistan


Les compagnies aériennes du Liban, de la Turquie et de l'Egypte vont suspendre à partir de vendredi leurs vols vers et en provenance du Kurdistan irakien, à la demande des autorités de Bagdad furieuses contre le référendum d'indépendance.
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a menacé d'interdire tous les vols internationaux vers le Kurdistan, si les autorités de cette région...

commentaires (3)

POUR LES TURCS ON LE COMPREND... ILS ONT PLUS QU,UNE VINGTAINE DE MILLIONS DE KURDES DANS LEUR ANATOLIE ET CRAIGNENT LE VIRUS DE L,INDEPENDANCE ! L,EGYPTE ET LE LIBAN CRAIGNENT POUR LEURS INTERETS UNIQUEMENT...

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

10 h 27, le 28 septembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • POUR LES TURCS ON LE COMPREND... ILS ONT PLUS QU,UNE VINGTAINE DE MILLIONS DE KURDES DANS LEUR ANATOLIE ET CRAIGNENT LE VIRUS DE L,INDEPENDANCE ! L,EGYPTE ET LE LIBAN CRAIGNENT POUR LEURS INTERETS UNIQUEMENT...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    10 h 27, le 28 septembre 2017

  • Un peuple de 40 millions d'âmes va t il se résigner à vivre en esclavage sous les ordres de ses voisins ? L'histoire nous enseigne que l'aspiration des peuples opprimés à recouvrer leur liberté est la plus puissante ... Mais on sait aussi ...que le monde aime faire compliqué ! Alors pourquoi faire simple ? A suivre

    Sarkis Serge Tateossian

    17 h 37, le 27 septembre 2017

  • Les kurdes irakiens ne se rendront compte que quand ils seront dans la merde totale , et que leur sponsor usurpateur d'israel qui les a poussé a la bêtise les aura abandonné au milieu du guêt, comme il l'a déjà fait avec les Syriens et d'autres avant eux . J'ai déjà pitié de ce peuple qui ne méritait pas ça.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 16, le 27 septembre 2017

Retour en haut