X

Liban

La France politique défile pour Michel Aoun

Visite d’État

Le chef de l'État s'est notamment entretenu avec Gérard Larcher, Édouard Philippe, Bruno Le Maire, Jean-Yves Le Drian et Anne Hidalgo.

27/09/2017

Au deuxième jour de sa visite d'État en France, le président Michel Aoun a eu hier une série d'entretiens avec des responsables français, en présence notamment du chef de la diplomatie, Gebran Bassil, de l'ambassadeur du Liban à Paris, Rami Adwan, et de l'ambassadeur de France à Beyrouth, Bruno Foucher.

La journée a commencé par une rencontre avec le ministre français de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, qui a affirmé au président Aoun que la France allait assurer « l'environnement nécessaire pour le succès des conférences de soutien au Liban, notamment au niveau de l'aide à l'armée, de la crise des réfugiés syriens au Liban et des investissements ». M. Aoun a de son côté exposé à son interlocuteur les projets qui peuvent être exécutés, principalement ceux relatifs à l'amélioration des infrastructures, des routes, de l'eau et du secteur de l'électricité. Les discussions ont également porté sur le partenariat européen, le rôle de l'Union européenne dans l'aide au Liban, ainsi que le dossier des déplacés syriens.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a lui aussi assuré à M. Aoun que le président français lui avait demandé d'œuvrer avec le gouvernement libanais à assurer les conditions du succès des trois conférences qui se tiendront prochainement pour le Liban. M. Le Drian a expliqué que Paris discutera avec ses partenaires européens et ses amis pour assurer le succès de ces conférences qui constituent un important soutien pour le Liban. Il a en outre souligné qu'il allait se rendre à Beyrouth avant la fin de l'année pour préparer la visite de M. Macron, prévue au printemps 2018. M. Aoun a pour sa part salué « le rôle primordial de la France » dans le succès de ces conférences.

 

(Lire aussi : Macron plaide pour « un État fort au Liban »)

 

« Un même combat pour la paix, la liberté et la démocratie »
La réception donnée à l'hôtel de ville par la maire de Paris, Anne Hidalgo, en l'honneur de M. Aoun et de son épouse, Nadia, en présence de quelque 200 invités était l'un des moments forts de la journée.

« Paris et Beyrouth sont un lieu de brassage de civilisations », a déclaré M. Aoun dans une allocution prononcée à l'issue de son entretien avec Mme Hidalgo. « Ces deux villes mènent le même combat pour protéger les valeurs de paix, de liberté et de démocratie », a-t-il ajouté, insistant sur la nécessité de « préserver la stabilité du Liban qui a réussi à récupérer les régions qu'avaient occupées les jihadistes du groupe État islamique ». « Au nom de nos soldats martyrs, nous offrons cette victoire à toutes les victimes du terrorisme », a déclaré M. Aoun. Évoquant la crise des déplacés syriens, il a déclaré : « Cela fait six ans que nous partageons nos écoles, nos hôpitaux, nos emplois et nos terres avec les déplacés syriens, et il est temps aujourd'hui qu'ils rentrent dans les régions sûres de leur pays. Les nations doivent aider ces déplacés à rentrer chez eux au lieu de les aider à s'installer dans les pays hôtes dans des camps inhumains, les poussant à se réfugier en Europe de manière illégale. »

Le président Aoun a en outre estimé que la déstabilisation du Liban était un « suicide pour les sociétés pluralistes et démocratiques », appelant ainsi à préserver la stabilité du pays du Cèdre. Il a ensuite affirmé que « soutenir le Liban au niveau de l'économie, de l'éducation et de la culture est la base d'une paix durable au Moyen-Orient et dans le monde ».

De son côté, Mme Hidalgo a souligné la vitalité du peuple libanais et de la ville de Beyrouth en particulier. Elle a noté que « le Liban a su, par sa victoire sur les terroristes » de l'EI, « adresser un message clair à l'ensemble du monde, chargé de l'espoir de vaincre le terrorisme ».

S'adressant à M. Aoun, elle a déclaré : « Monsieur le Président, vous incarnez le Liban d'aujourd'hui, un Liban qui ne renie rien de son histoire et qui sait où il va. » Rappelant l'attachement des Libanais à la francophonie, elle a affirmé que Paris ne serait pas ce qu'elle est « sans les 80 000 Franco-Libanais qui vivent dans notre métropole ».

 

(Devoir de cohérenceL'édito de Michel Touma)

 

 

Chez Larcher et Philippe
En fin de matinée, M. Aoun s'est rendu au palais du Luxembourg où il a été reçu par le président du Sénat, Gérard Larcher, grand ami du Liban, qui a donné un déjeuner en son honneur. Les entretiens entre le président libanais et les sénateurs ont porté sur diverses questions bilatérales et la situation au Liban et dans la région. M. Larcher, qui a dit connaître Michel Aoun depuis le milieu des années quatre-vingt, a salué l'action de son hôte pour avoir « rétabli les institutions après de longues batailles menées au nom de la souveraineté ».

Le président Aoun a ensuite été reçu par le Premier ministre français, Édouard Philippe. « Le gouvernement français œuvrera à la mise en place des décisions prises par les présidents Macron et Aoun », a déclaré M. Philippe, ajoutant que « la France se tient aux côtés du Liban afin de l'aider à améliorer sa situation économique ».

De son côté, M. Aoun a indiqué avoir exprimé la position du Liban sur la lutte contre le terrorisme et la question des réfugiés syriens. « Le Liban ne peut pas attendre longtemps la mise en œuvre d'une solution politique à la guerre en Syrie, car il ne peut supporter le fardeau des réfugiés », a-t-il affirmé. Dénonçant les violations israéliennes du territoire libanais, il a déclaré que « le Liban veut la paix et le respect des résolutions internationales ».

En soirée, l'ambassade du Liban a donné une grande réception au Pré Catelan au cours de laquelle M. Aoun a rencontré des membres de la communauté libanaise à Paris. Évoquant dans un discours le dossier des déplacés syriens, il a souligné que « ce fardeau met en péril la situation économique et sécuritaire du pays ». « Mais nous œuvrons pour trouver une solution avec les organisations internationales », a-t-il ajouté.
M. Aoun clôture aujourd'hui sa visite en France. Il devra rencontrer le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy.

 

 

Lire aussi

Rami Adwan, un ambassadeur qui croit au « supplément d’âme » dans les relations franco-libanaises

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Le titre de cet article est franchement malheureux, voire maladroit et d'ailleurs incorrect: selon le protocole en vigueur dans les visites officielles, c'est le président Aoun qui s'est déplacé auprès de chacun des officiels qu'il a rencontrés et pas eux qui ont "défilé". On peut écrire à juste titre:"La France a déroulé le tapis rouge pour Michel Aoun" ou "Michel Aoun reçu en grandes pompes à Paris" mais certainement pas "La France politique défile pour Michel Aoun".

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR LE LIBAN !

RAISINS SECS

Un PHARE VISIONNAIRE, son retour au Liban après les années d'exil forcé lui ont fait comprendre les subtilités de notre région AGRESSÉE de toute part .

LE LIBAN ne méritait rien de moins que ce président fiable, courageux et honnête.

JE doute fort que la France ne veuille se servir de ce "trou d'aiguille" que représente le PHARE Aoun , pour se placer vis à vis des contrats juteux que le heros syrien BASHAR va commencer à délivrer.

Ce pays a perdu trop de temps et d'influence dans la région. Le phare Aoun se chargera de rectifier le tir pour eux .

Marionet

Lors de la réception organisée par l'ambassade au Pré Catelan hier soir, le PR a trouvé le ton juste, s'exprimant comme à son habitude en Libanais plutôt qu'en arabe classique ce qui donnait à ses propos une résonance familière appropriée pour la circonstance. Dommage qu'il se soit abstenu de prendre un bain de foule "j'aurais voulu saluer chacun de vous mais vous êtes très nombreux ce soir" a-t-il dit. Il a eu aussi des mots très justes pour appeler les franco-libanais à "toujours être loyaux à la France" qui vous a accueillis "mais n'oubliez jamais que votre mère patrie c'est le Liban" a-t-il ajouté et, pour finir, "je vous attends tous au Libab l'année prochaine".

Sarkis Serge Tateossian

Un accueil Royal au président Michel Aoun.

1- Dans cet enthousiasme général, il faut voir deux raisons. La personnalité du président, son charisme naturel et ses choix des compromis sans tomber dans la faiblesse.

2- La joie contagieuse, des franco-libanais et les "attentes" des dirigeants français, d'un Liban fort, dynamique et debout.

l'Osmose, entre la France et le Liban est total

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Formation du gouvernement : tendance à l’optimisme...

Les matchs d’aujourd’hui

  • Brésil
    Costa Rica

    22/06

    15h00 (GMT+3)

  • Nigeria
    Islande

    22/06

    18h00 (GMT+3)

  • Serbie
    Suisse

    22/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué