X

Liban

À New York, Michel Aoun « esquive » Donald Trump

Liban-Onu

Le chef de l'État répondra indirectement aujourd'hui, dans son allocution, aux propos du président des États-Unis sur l'implantation des réfugiés.

21/09/2017

Dans l'allocution qu'il doit prononcer aujourd'hui à l'Assemblée générale de l'ONU au nom du Liban, le président de la République, Michel Aoun, devrait exprimer les constantes de la position libanaise concernant les différentes questions internationales et locales impliquant le pays du Cèdre, notamment celle des déplacés syriens. Le chef de l'État devrait souligner à l'occasion la nécessité d'œuvrer pour le retour de ces derniers dans des zones stables en Syrie.

Dans son discours, le président Aoun ne répondra pas aux propos du président des États-Unis, Donald Trump, concernant l'implantation des déplacés dans « les zones proches de leur pays » ou d'autres dossiers libanais. Il ne souhaite pas polémiquer avec Donald Trump. Mais les constantes qu'il réaffirmera dans son allocution, depuis la même tribune à partir de laquelle M. Trump s'était exprimé lundi, constitueront une réponse indirecte « à tout ce qui est dit ou ourdi en relation avec le Liban ». D'autant que ces constantes font l'unanimité parmi les Libanais.

Selon des sources proches de la délégation libanaise à l'ONU, les grandes lignes du discours de M. Aoun ne changeront donc pas au lendemain de l'allocution du président des États-Unis. Par exemple, sa position selon laquelle l'implantation est un crime est claire. Il n'a pas attendu le discours de M. Trump pour exprimer le refus ferme du Liban face à tout projet de ce genre. Qu'à cela ne tienne, l'allocution du chef de l'État comportera un passage sur la question des déplacés syriens et un autre sur les réfugiés palestiniens, sans que cela ne constitue une réponse au président des États-Unis. Il devrait également souligner l'unité interne et la préservation du pluralisme politique et confessionnel comme priorité puisqu'il a protégé le Liban face à toutes les crises des dernières années, qui plus est dans un environnement en folie. C'est sur base de cette formule libanaise unique et spéciale qu'il réclamera que le Liban devienne un centre international pour le dialogue des civilisations, des cultures et des religions.

 

(Lire aussi : Aoun s’entretient avec Abbas et Abdallah de Jordanie)

 

 

La diaspora plutôt que Trump
Il convient cependant de souligner que le président de la République n'a pas pris part à la cérémonie d'accueil organisée par le président Trump aux chefs d'État et aux délégations présentes à l'Assemblée générale. Il a ainsi évité, par ce geste, une première poignée de main avec Donald Trump. A-t-il voulu répondre ainsi à l'allocution du président des États-Unis ou bien s'agit-il d'un concours de circonstances ? Selon des sources proches de la délégation libanaise, Michel Aoun n'était déjà pas très enthousiaste à l'idée de participer à cet événement. La teneur du discours du président américain à la tribune de l'ONU n'aura été, dans ce sens, qu'un facteur supplémentaire pour le décourager d'assister à la cérémonie. Le chef de l'État aurait ainsi préféré aller à la rencontre de la communauté libanaise à New York, dans le cadre d'une cérémonie organisée par le représentant du Liban à l'ONU, l'ambassadeur Nawaf Salam, en présence notamment des ministres Gebran Bassil et Pierre Raffoul, de l'ancien ministre Élias Bou Saab, et des ambassadeurs Sahar Baassiri et Gaby Issa.

Devant les Libano-Américains présents à la réception, le président de la République a affirmé que le Liban avait « réussi à transcender ses difficultés et les crises de la région, qui sont les plus violentes depuis la Seconde Guerre mondiale, grâce à l'éveil des Libanais ». Selon lui, ces derniers « ont su comprendre que les divergences politiques, quelle que soit leur âpreté, ne doivent pas torpiller l'unité nationale ». Aussi, « les conflits se sont-ils réduits à l'échange politique seulement, sans dégénérer sur le plan sécuritaire », a-t-il ajouté, et les Libanais ont su « œuvrer ensemble dans l'intérêt du Liban et pour son développement ».
Michel Aoun a enfin appelé la communauté libanaise installée à New York à visiter le Liban à chaque occasion pour « célébrer le rétablissement progressif du pays ».

Dans son allocution, l'ambassadeur Salam a exprimé sa joie d'accueillir le président de la République à l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU, après trois ans de vacance à la tête de l'État. Il s'est également félicité que les Libanais de la diaspora puissent voter aux prochaines législatives, en souhaitant que des sièges parlementaires leur soient ultérieurement réservés.

 

(Pour mémoire : À New York, Aoun évoquera les réfugiés, le dialogue des religions et la lutte contre le terrorisme)

 

 

« L'armée capable de faire face aux terroristes »
Dans le cadre de ses audiences en marge de l'Assemblée générale, Michel Aoun a reçu à son lieu de résidence une délégation de la Task Force for Lebanon, présidée par Edward Gabriel, en présence de la chargée d'affaires à l'ambassade du Liban à Washington, Carla Jazzar. L'entretien s'est focalisé sur les relations bilatérales et les exploits accomplis par l'armée libanaise dans le cadre de l'offensive « Aube des jurds ».

L'occasion pour M. Aoun de souligner « la capacité de l'armée libanaise à faire face au terrorisme et aux terroristes », précisant que « les aides qu'elle reçoit sont essentielles pour qu'elle puisse remplir sa mission intégralement face à un ennemi difficile, qui a réussi à semer la peur et la mort dans tous les recoins du monde ». Le président de la République a également souligné sa détermination à « poursuivre sur la voie des réformes et de la lutte contre la corruption ». « Nous avons réussi à terrasser la corruption en neuf mois seulement. Nous pouvons refaire du Liban ce qu'il était autrefois. Beaucoup de choses ont été réalisées, et il ne faut pas les négliger, même s'il reste encore beaucoup à faire », a-t-il ajouté. Il a enfin mis en garde contre « le danger constitué par Israël, qui continue à violer au quotidien la souveraineté libanaise et les résolutions internationales ».

Signalons que le chef de l'État a également rencontré hier le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), Youssef al-Othaïmine.

 

 

 

Lire aussi

Que donnera cette année le rassemblement diplomatique le plus couru de la planète ?

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ESQUIVER LE PLUS GRAND CHEF DE LA PLANETE FAISEUR DE DECISIONS EST UNE ERREUR IMPARDONNABLE !

Bibette

Est-ce pour faire le poids face a la famille Trump que notre cher President s'est entoure a NY uniquement de sa propre famille ?
« Nous avons réussi à terrasser la corruption en neuf mois seulement." Tout depend de ce qu'il comprends par corruption ou de sa definition personnelle de celle-ci!!

Sarkis Serge Tateossian

La prudence, une vertu qui manque aux libanais ?

Oui attendons voir ce qu'il dira Michel Aoun à l'ONU

Fin octobre prochain, le président de la république fêtera l’anniversaire de sa première année à la tête de l'état. Un an c'est trop court pour concrétiser l'essentiel des réformes et du projet présidentiel...et les conditions politiques ne sont pas au plus faciles.

Critiquer oui, mais dans la prudence. Ceci est valable, Quelque soit le président de la république ou le parti au pouvoir.

Ahhh si seulement la prudence aurait été la devise de notre pays ... ?!
Bien des catastrophes auraient été évités!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ATTENDONS VOIR AVANT DE JUGER...

Bouez Chahine

Le Président de la République, Michel Aoun, a donné un interview à la revue "Valeurs actuelles" parue aujourd'hui 21 septembre. A une question : Reste le problème des 2 millions de déplacés syriens au Liban. Il y a également 1 million de Palestiniens. Comment régler ce problème ?
Michel Aoun : Par le retour. Ces gens sont venus en masse, illégalement. C'est une invasion. Ils représentent 50% de notre population.
Mon commentaire : "Quand vous laissez la porte du poulailler grande ouverte, ne venez pas vous plaindre si le renard a mangé les poules."

Nader Marc

Oh la la ! Erreur pour le moins monumentale !

carlos achkar

C'est normal car il n'a pas eu l'autorisation de le faire.
Comme prévu, GMA ne fait que décevoir le peuple libanais, même devenu président.
ARMEE PEUPLE ETAT

Irene Said

"...nous avons réussi à terrasser la corruption en neuf mois..."
on se frotte les yeux en lisant ces paroles prononcées par notre "président"...on se demande si on est en train de rêver !

Ce n'est pas Israël qui nous empêche d'avoir le courant électrique normalement 24h24h, ni d'avoir l'eau courante dans nos robinets...qui nous fait vivre dans un pays qui croule sous la saleté et les déchets partout, et qui augmente la misère et le désespoir d'une partie de la population sans travail et sans avenir décent pour ses enfants.

Ce n'est pas Israël qui nous oblige à garder des ministres, présidents, directeurs et autres députés incapables et irresponsables.

Israël est notre ennemi, mais n'est pas la cause des innombrables problèmes du Liban, toujours les mêmes depuis des années et jamais résolus depuis, justement à cause de la corruption qui augmente chaque jour !

Alors, Monsieur Michel Aoun, de grâce, des actes et non des paroles, nous en sommes saturés !

Irène Saïd

Chammas frederico

Eviter que le Liban ne devienne le dépotoir" ou l'on accumule "tous les objets ( personnes ) dont on ne sait que faire (palestiniens,syriens en rupture avec leur état, reste de djihadiste étrangers"
Le "petit" Liban ne saurait gère cela et risquerait "la syrianisation"

Aref Abdallah El Yafi

Une erreur! Une erreur d'avoir choisi la diaspora plutôt que Trump. La diaspora est là à rencontrer notre président quand et où il le souhaite. Ce n'est peut-être pas le cas d'un président des États Unis surtout quand on sait à quel point on aura besoin de ce pays et de son président en cas d'une nouvelle agression israélienne très probable contre notre pays.

Ma Fi Metlo

Belle attitude , répondre à la bouffonnerie par le silence.

Éviter de serrer une main qui sent le souffre .
Droit dans ses bottes , notre PHARE Aoun Commandante Kheneral.

Assad Fakhouri

Qu'a t il été faire aux USA ?
Une simple balade alors que tout va mal dans la région.
N'est ce pas une occasion pour rechercher le dialogue et présenter la position du LIban et proposer des solutions
Je pense que ses parrains ne lui pas donné l'autorisation

ayda ka

"Il a reussi a terrasser la corruption en 9 mois seulement"
Je rêve..on parle bien du Liban ici?

gaby sioufi

bientot j'en ai bien peur, ne restera plus des mains a serrer que celles des syriens, iraniens ,houthis et russes.
pauvre petit liban(pardon grand liban) qui ne trouve plus de vrais amis....

Antoine Sabbagha

Le chef de l'État a bien fait de ne pas serrer la main de Trump dans ces circonstances difficiles ou il faudra refuser l'implantation des syriens qui forment la moitié du peuple libanais .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.