Rechercher
Rechercher

Liban - Présidence

À New York, Aoun évoquera les réfugiés, le dialogue des religions et la lutte contre le terrorisme

Michel Aoun en compagnie d’Ahmad Aboul Gheït, hier, à New York. Photo Dalati et Nohra

Le président de la République, Michel Aoun, participe aujourd'hui à l'ouverture de la 72e session de l'Assemblée générale des Nations unies, qui se tient au siège de l'organisation, à New York.

M. Aoun devrait prononcer son allocution jeudi. Celle-ci devrait porter sur l'accomplissement enregistré récemment et qui a abouti à libérer le territoire libanais des jihadistes. Le chef de l'État insistera sur cet exploit et soulignera le fait que le Liban est le seul pays (ou presque) à pouvoir vaincre ce fléau.

Par ailleurs, le président Aoun évoquera la composition atypique du Liban afin de plaider pour la désignation du pays comme centre international pour le dialogue des religions et des civilisations.
Sur un plan plus régional, Michel Aoun soulèvera le dossier de la cause palestinienne, ainsi que la question de la guerre en Syrie et la crise des réfugiés. L'occasion pour le chef de l'État de proposer des solutions pratiques pour aider le Liban à survivre à ce fléau.

Le président de la République profitera de son voyage à New York pour discuter de tous ces dossiers épineux avec ses homologues, qu'il rencontrera en marge de l'Assemblée générale, mais aussi lors de la réception prévue par le président américain Donald Trump en l'honneur des chefs d'État et des délégations prenant part à la réunion onusienne.

Pour ce qui est de sa première journée à New York, le président de la République s'est entretenu avec le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer. La discussion a porté sur les missions de la Croix-Rouge dans le monde, en particulièrement au Liban. M. Maurer s'est félicité de l'aide que le Liban offre aux réfugiés syriens, soulignant que la Croix-Rouge est prête à aider le Liban, dans le cadre de la coordination bilatérale.

De son côté, le chef de l'État a remercié la Croix-Rouge, insistant sur l'importance d'œuvrer pour le retour des réfugié syriens, « d'autant que plusieurs régions de la Syrie sont désormais calmes ». Michel Aoun a, en outre, fait valoir que, « contrairement aux réfugiés, le gouvernement libanais ne reçoit pas d'aides, sachant qu'il supporte un grand fléau, ce qui pourrait menacer sa situation économique et financière », exhortant par la même occasion M. Maurer à déployer plus d'efforts pour déterminer le sort des évêques Youhanna Ibrahim et Boulos Yazigi, ainsi que du photographe Samir Kassab (enlevés en Syrie en 2013).

M. Aoun a par ailleurs rencontré le secrétaire général de la Ligue des États arabes, Ahmad Aboul Gheit, en présence de la délégation libanaise. L'occasion pour le diplomate d'exprimer l'appui de la Ligue au Liban pour devenir un centre de dialogue entre les civilisations. « Nous appuierons le candidat libanais à la Cour pénale internationale », a encore dit Ahmad Aboul Gheit.

Notons que le chef de la diplomatie, Gebran Bassil, qui s'était rendu au Canada jeudi dernier, est arrivé aux États-Unis durant le week-end. Il s'est réuni avec des Libanais de la diaspora dans la capitale de la Géorgie, Atlanta, ainsi qu'à Phoenix, la capitale de l'Arizona.

Dans ses allocutions, le ministre des Affaires étrangères a appelé les émigrés à œuvrer pour recouvrer leur nationalité libanaise et à prendre part aux futures élections législatives.
« Nous tenons à ce que vous récupériez votre nationalité libanaise parce qu'elle constitue le symbole de votre appartenance. Cette nationalité vous permettra de voter l'année prochaine car le Conseil des ministres a autorisé le vote électronique des émigrés », a-t-il dit aux représentants de la diaspora libanaise d'Arizona.
À Atlanta, le chef de la diplomatie libanaise a pris part à la messe célébrée dans l'église maronite de la ville. Prenant la parole lors d'un déjeuner, à l'issue de l'office religieux, il a noté que « le Liban ne serait pas le même sans sa diaspora ». Il a également souligné l'importance des « liens tissés entre le Liban et ses émigrés ».

De son côté, l'ancien ministre Élias Bou Saab, conseiller présidentiel pour les affaires internationales, s'est entretenu avec le secrétaire d'État adjoint pour les Affaires des réfugiés, de l'Émigration et des Habitants, Simon Henshaw.

 

Lire aussi

Que donnera cette année le rassemblement diplomatique le plus couru de la planète ?

Le président de la République, Michel Aoun, participe aujourd'hui à l'ouverture de la 72e session de l'Assemblée générale des Nations unies, qui se tient au siège de l'organisation, à New York.
M. Aoun devrait prononcer son allocution jeudi. Celle-ci devrait porter sur l'accomplissement enregistré récemment et qui a abouti à libérer le territoire libanais des jihadistes. Le chef de...
commentaires (4)

SOUHAITONS-LUI BONNE CHANCE DANS CETTE ARENE !

LA LIBRE EXPRESSION

10 h 14, le 20 septembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • SOUHAITONS-LUI BONNE CHANCE DANS CETTE ARENE !

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 14, le 20 septembre 2017

  • Comment va-t-il convaincre et être crédible pour montrer son autonomie de HN et du Hezbollah ?Quelles sont ses convictions ? Aller à Damas, au Sud Liban ou a Canossa ?

    FAKHOURI

    00 h 21, le 20 septembre 2017

  • WE TRUST YOU Phare Aoun , COMMANDANTE KHENERAL , the right man at the right place . Joli discours dans la droite ligne de ses convictions. RIEN N'A CHANGÉ.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 56, le 19 septembre 2017

  • Nous souhaitons au président de la république le plein de succès dans sa mission. Il a besoin du soutien de tous pour défendre les dossiers difficiles du moment, devant les représentants des nations unis.

    Sarkis Serge Tateossian

    11 h 34, le 19 septembre 2017

Retour en haut