Dernières Infos

Israël libère un clown palestinien après 20 mois de prison sans procès

AFP
31/08/2017

Israël a libéré mercredi le clown palestinien Mohammed Abou Sakha, détenu sans procès pendant plus de 20 mois, a indiqué ce dernier jeudi à l'AFP.

Mohammed Abou Sakha, 26 ans, qui travaillait et enseignait à l'école du cirque pour enfants de Bir Zeit, en Cisjordanie occupée, avait été arrêté en décembre 2015, puis placé en détention administrative. Ce régime de détention très critiqué par les défenseurs des droits de l'Homme permet à Israël de détenir des personnes pendant plusieurs mois renouvelables indéfiniment sans leur en notifier les raisons.

Les autorités israéliennes n'ont jamais dit clairement quel danger posait selon elles Mohammed Abou Sakha. Publiquement, la sécurité intérieure l'accusait d'appartenir au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), mouvement d'inspiration marxiste. Le FPLP, qui s'est signalé par ses détournements d'avion dans les années 1960 et 1970, est considéré comme une organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Mohammed Abou Sakha est rentré mercredi après-midi à Jénine (nord de la Cisjordanie) où l'attendaient proches et amis. "C'était la fête", a-t-il déclaré par téléphone à l'AFP. Les Israéliens ne lui ont jamais dit exactement pourquoi il avait été arrêté, ni combien de temps il resterait derrière les barreaux, a-t-il raconté.
Il a la ferme intention de reprendre ses activités de cirque, ne serait-ce que pour délivrer "un message". "Israël procède à des arrestations tous les jours, il coupe les gens de leur environnement économique. Le cirque leur apporte l'espoir", a-t-il dit.
L'armée israélienne n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Environ 6.200 Palestiniens sont actuellement détenus par Israël, dont environ 450 sous le régime de la détention administrative, disent les organisations de défense des droits.

Israël défend la détention administrative comme un outil essentiel pour empêcher des individus présumés dangereux de nuire et de commettre des attentats, tout en gardant secrètes, pour des raisons supérieures de sécurité, des informations sensibles retenues contre eux. Les détracteurs de cette mesure dénoncent la détention administrative comme attentatoire aux droits fondamentaux. Elle est l'un des grands motifs de protestation des Palestiniens contre les agissements israéliens.

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.