Le billet de Gaby NASR

Guignols et bouillabaisse

Billet
Gaby NASR | OLJ
25/08/2017

À force de parler des nôtres, on a fini par oublier les guignols de Aïn el-Héloué. Ça tombe bien, voilà que la nouvelle bouillabaisse palestinienne nous ramène le bon souvenir des jours heureux, où, de Amman à Beyrouth, les agités du keffieh fabriquaient des ruines en série, envoyant au casse-pipe plus de Jordaniens, de Libanais et de Palestiniens qu'ils n'ont dézingué d'Israéliens.

Il est quand même fascinant de constater la propension de ces turlupins de la gâchette à transformer en deux tours de cuiller à pot leur biotope en poubelle à ciel ouvert, mettant aux prises les modérés et les barbus, les colombes et les faucons, et ces derniers avec les vrais. C'est ce qu'on appelle en langage journalistique les « parties », ainsi désignées pudiquement sous ce label sexuel.

Surprise : la star de l'épisode du moment est une B.B. locale. En fait, c'est un mec qui se fait appeler Bilal Badr. Et Mister Bilal a fait un songe. Une vision divine lui aurait commandé de faire un carton sur tout ce qui bouge à Aïn el-Héloué. Dans un milieu où la religion tient lieu de fonds de commerce, ce genre de révélation vaut tous les diplômes. Et en plus, il a le sens du bizness, le raton laveur. Pour sauver les parts de marché de ses allumés, il n'a pas trouvé mieux que de prélever une taxe en échange d'un calme dispensé au compte-gouttes. C'est ce qui explique sans doute la flopée de cessez-le-feu sans cesse renouvelés et qui, s'ils étaient édités et reliés plein cuir, feraient s'écrouler les étagères de la Bibliothèque nationale. Bref, c'est un excité comme on les aime, un rigolo au dernier degré.

Mais pour jouer, faut avoir les coudées franches et le disjoncté se trouva fort dépourvu quand le Fateh fut revenu. Si fait qu'on ne pige plus rien à ce qui se trame dans la favela palestinienne. D'affirmations en mises au point et de mises au point en rectificatifs, les communiqués sont aussi fumeux que la rue palestinienne est fumante. Aux dernières nouvelles, le sieur Bilal dément avec la dernière énergie que le soleil d'été brille sur Saïda. Mais il a aussitôt avoué avoir menti en disant qu'il démentait et que, de ce fait, il n'avait ni menti ni démenti. Ça ne mange pas de pain, mais ça distraira pendant quelque temps les médias qui pourront diffuser le scoop dans les chaumières.

Décidément, Aïn el-Héloué est à classer dans le patrimoine mondial de l'art de vivre... ou de mourir.

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

A chaue re-lecture de ce merveilleux billet d'aujourd'hui, je découvre une nouvelle idée marrante.
Vous surpassez tous les autres que je connais en drôlerie,
merci Monsieur Gaby Nasr de réussir chaque vendredi à nous faire rire !
Irène Saïd

Lebinlon

trop drôle ! du grand Gaby

Le Faucon Pèlerin

Jadis on disait "Voir Naples et mourir". Aujourd'hui, nous disons "Lire Gaby Nasr et mourir de rire".

yves kerlidou

Et dire que certains maintiennent la guerre avec un voisin sous couvert de défendre la PALESTINE

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ART DE S,ENTRETUER POUR QUE VIVE L,ENNEMI...

Wlek Sanferlou

Perspicace et vrai... Allah yisseiid...

Dernières infos

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Le mufti et le pape

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement entre les interférences externes et l’épineux dossier des relations avec la Syrie

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué