X

À La Une

Hariri : Nous préserverons nos relations avec le Koweït par tous les moyens

Liban

"Il y a un ressentiment au Koweït suite à l'affaire de la cellule Abdelli, et nous allons coopérer afin de mettre un terme à cette situation", a assuré le Premier ministre libanais.

OLJ
13/08/2017

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a assuré dimanche, lors d'une visite au Koweït, que son pays allait préserver ses relations avec l'émirat "par tous les moyens", alors que des tensions diplomatiques sont apparues récemment entre les deux pays après le démantèlement en 2015 de la cellule terroriste dite "Abdelli".

Le Koweït accuse le Hezbollah et l'Iran d'être liés à cette cellule composée notamment de 21 Koweïtiens chiites, condamnés en juillet dernier à des peines de prison pour avoir projeté de commettre des attentats dans l'émirat.

"Il y a un ressentiment au Koweït suite à l'affaire de la cellule Abdelli, et nous allons coopérer afin de mettre un terme à cette situation. La sécurité du Koweït est un corollaire à la sécurité du Liban. Le gouvernement libanais est contre toute action qui nuirait à la sécurité de ce pays, et nous préserverons les relations avec le Koweït par tous les moyens possibles", a affirmé M. Hariri, à l'issue de son entretien avec l'émir cheikh Sabah al-Ahmad al-Jaber al-Sabah.

L'émir cheikh Sabah al-Ahmad al-Jaber al-Sabah a de son côté affirmé, selon des propos rapportés par la presse libanaise, que son pays possède des "aveux selon lesquels le Hezbollah est lié à la cellule Abdelli". "L'aveu est la reine des preuves et nous présenterons les preuves que nous avons", a-t-il ajouté.

 

Le Premier ministre libanais s'est également entretenu avec son homologue koweïtien, cheikh Jaber Moubarak al-Hamad al-Sabah.

Selon des sources du Grand Sérail citées par notre correspondant Khalil Fleyhane, Saad Hariri a décidé de mener cette visite dans un souci de préserver les relations bilatérales, mais aussi pour résoudre le dossier par la voie judiciaire après l'obtention de la liste des noms des membres de la cellule.

Dans son dernier discours, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait démenti la participation de combattants du parti à la cellule Abdelli, déclarant "être disposé à discuter de tout malentendu par les voies diplomatiques".

 

Pour mémoire

« Le problème a été réglé », affirme Berry

Sleiman appelle à envoyer une délégation au Koweït « pour écouter ses reproches » au Hezbollah

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Tout le monde sait qu'il n'y a pas de fumée sans feu...
et si Hassan Nasrallah se dit "être disposé à discuter de tout malentendu par les voies diplomatiques " c'est qu'il y a donc du feu quelque part...et aussi parce qu'il veut à tout prix être reconnu "diplomatiquement" comme les grands de ce monde, il en rêve jour et nuit...
Irène Saïd

Ma Fi Metlo

Encore des accusations qui resteront sans lendemain.

Ça manque de sérieux quand ces accusations ressortent d'une " commande " qui est faite par l'étranger.

PASSE SANS VOIR.

Le Faucon Pèlerin

Saad Hariri est un homme politique modéré comme l'a été son père Rafic Hariri et comme devraient l'être tous les hommes politiques libanais. Le Liban est un pays indépendant, neutre qui ne doit rien à personne et qui ne se mêle pas des affaires des autres et demande la réciprocité tout. Le Liban n'a pas vocation à assassiner qui que soit et demande la réciprocité. Le Liban n'a pas vocation de s'emparer des terres des autres et demande la réciprocité. Le Liban respecte tous les pays du monde mêle les dictatures et demande la réciprocité.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

L’affaire Khazaali, une polémique électorale, selon le Hezbollah

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Misogynie, quand tu nous tiens !

Un peu plus de Médéa AZOURI

Akid, walaw !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.