X

Campus

L’atelier SUNY COIL, pour créer des ponts entre les étudiants et les enseignants

Programme interuniversitaire

L'Université américaine de technologie a accueilli, sur son campus principal, des enseignants en provenance des États-Unis, du Maroc et d'Égypte dans le cadre du programme SUNY COIL.

Carole AWIT | OLJ
05/08/2017

Non moins de 28 universitaires de la State University de New York, de l'Université américaine du Caire et de l'Université Mohamed Premier de Oujda–Maroc ont fait le déplacement pour participer, durant quatre jours et auprès de huit enseignants de l'American University of Technology (AUT), à un atelier dédié aux échanges académiques internationaux. Ces universités ont toutes été retenues pour faire partie du projet initié par le centre SUNY Collaborative Online International Learning (COIL) et l'initiative Stevens dont le but est de permettre aux étudiants et enseignants issus de régions différentes de faire des échanges par le biais de cours en commun. Pour assurer ce dialogue des cultures et le partage des connaissances académiques, les enseignants ont suivi, en juillet dernier à l'AUT, une formation intensive afin de pouvoir élaborer des cours d'enseignement supérieur en ligne et de superviser les échanges virtuels entre les étudiants de leur université et leurs homologues américains. Au programme, de nombreuses interventions et des heures de formation pour permettre aux enseignants de développer des cours en ligne, qui seront dispensés à la rentrée, et choisir des projets de recherche communs pour leurs étudiants. Les enseignants, à l'unanimité curieux d'échanger ensemble et motivés pour suivre leur formation, ont pu tisser des liens d'amitié et certains ont même choisi de prolonger leur séjour au Liban.

« Grâce à cette initiative très intéressante du point de vue culturel et académique, les étudiants libanais, marocains et égyptiens vont pouvoir, à partir de la rentrée 2017-2018, être en contact direct avec les étudiants de la State University de New York. Par le biais des cours qu'ils prennent en commun, ils vont pouvoir échanger autour de leurs connaissances, partager leurs expériences et mener ensemble des travaux de recherche. De plus, ce qui est très important, c'est qu'un véritable dialogue va s'installer entre ces jeunes qui vont pouvoir s'ouvrir à d'autres cultures, et cela est l'objectif premier de l'initiative Stevens », note M. Marcel Hinain, vice-président pour les relations extérieures de l'AUT.

Depuis 2016, les étudiants de l'AUT bénéficient de cours en commun dispensés dans le cadre de ces échanges interuniversitaires. Satisfaite du succès des premiers cours suivis à distance et de l'enthousiasme de ses étudiants vis-à-vis d'une telle initiative, l'équipe pédagogique de l'AUT a mis en place différents dispositifs pour permettre à ces échanges de se dérouler de la meilleure façon possible. À la rentrée, les étudiants de l'Université américaine de technologie auront 8 cours en commun avec leurs homologues de la State University de New York. « Ces cours sont variés et concernent aussi bien les arts, les sciences, les médias que la gestion et le marketing. Huit de nos professeurs ont suivi l'atelier SUNY COIL et ils se sont montrés très heureux à l'idée de collaborer avec les autres enseignants et de favoriser les échanges entre les jeunes », explique M. Hinain. Les étudiants libanais auront donc l'occasion, dans quelques semaines, de découvrir que les échanges virtuels peuvent leur ouvrir bien des horizons et que le dialogue entre les peuples est, plus que jamais, une nécessité.

 

 

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué