X

Économie

Lancement du 1er fonds réservé aux femmes entrepreneuses

Investissement

Le Lebanese Women Angel Fund sera financé par des femmes, dont les investissements seront garantis à 50 % par IM Capital.

08/07/2017

Permettre à des femmes d'investir dans des start-up fondées par des femmes : c'est ce que propose le Lebanese Women Angel Fund (LWAF), un fonds d'investissement lancé hier à la villa Linda Sursock, à Beyrouth, par IM Capital – une filiale de la fondation Berytech financée par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USaid). Cette initiative a été lancée en collaboration avec la Ligue libanaise des femmes d'affaires (LLFA) et la plateforme d'investissement Go Beyond.
Le capital de ce nouveau fonds sera exclusivement ouvert aux femmes, pour un ticket moyen par investisseuse de 10 000 dollars. « Quelque 250 000 dollars ont été récoltés jusqu'à maintenant, et ce montant est susceptible d'augmenter en fonction du nombre d'investisseuses qui vont décider de rejoindre l'initiative », indique à L'Orient-Le Jour le directeur général d'IM Capital, Nicolas Rouhana.

 

(Pour mémoire : Liban : Coup d’envoi de l’édition 2017 du prix Femme francophone entrepreneuse)

 

« Impact social »
« Seules 22 % des femmes entrepreneuses utilisent un financement bancaire pour leurs affaires », a souligné la présidente du LLFA, Asmahan Zein, sans toutefois citer ses sources. « Les femmes entrepreneuses, au Liban comme ailleurs, ont du mal à trouver des financements adéquats. Leurs projets ont souvent un caractère social ou éducatif (...), ce qui convainc difficilement les investisseurs. Leurs besoins en financements sont aussi plus modestes », admet la présidente de Go Beyond, Brigitte Baumann. « Un des objectifs du LWAF est d'encourager les femmes entrepreneuses à lancer leurs propres start-up. Le fait que ce soit également des femmes investisseuses qui constituent le jury du LWAF (...) favorisera sans doute les projets à fort impact social », confie M. Rouhana.

 

(Pour mémoire : Au Liban, les femmes d’affaires à l’assaut des conseils d’administration)

 

L'initiative a également pour mission de convaincre un maximum de femmes d'investir, en leur offrant notamment des séances de coaching pendant plusieurs mois, animées par Go Beyond. « Beaucoup de femmes hésitent, car elles pensent qu'elles ne maîtrisent pas assez les rouages des affaires. L'idée est de les encourager à sauter le pas », explique Mme Baumann. « L'initiative MENA II d'USaid, à travers IM Capital, garantira à hauteur de 50 % les investissements réalisés dans le cadre du LWAF », a en outre précisé un communiqué. « Les start-up éligibles pour recevoir un financement du LWAF doivent obligatoirement être fondées ou cofondées par des femmes. Entre septembre 2017 et juillet 2018, les investisseuses du LWAF auditionneront près d'une vingtaine de start-up pour désigner celles qui pourront bénéficier d'un financement », explique M. Rouhana.

Pour rappel, Berytech avait déjà lancé en 2011 le prix Femme francophone entrepreneuse, une autre initiative visant à promouvoir l'entrepreneuriat féminin. Financé par l'Agence universitaire de la francophonie (AUF) et organisé par Berytech, L'Orient-Le Jour et Le Commerce du Levant et également l'AUF, ce concours annuel permet à une vingtaine d'entrepreneuses de bénéficier d'un accompagnement de Berytech dans l'élaboration de leur business plan et offre chaque année des prix d'environ 10 000 dollars à deux lauréates.

 

Pour mémoire

Les femmes francophones à l’assaut de l’entrepreneuriat

Saria Hanna et Maria Lati conjuguent innovation et francophonie

Onze Libanaises dans le top 100 des femmes d'affaires arabes de 2016

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les Saoudiens et le courant du Futur, des relations tendues

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.