X

À La Une

Doha rejette les accusations de Riyad, Washington joue le médiateur

diplomatie

"La porte de sortie c'est une sorte de médiation américaine qui permet à chacun de sauver la face", affirme un expert.

OLJ/AFP
28/06/2017

Le Qatar a réclamé des preuves sur les accusations de soutien au "terrorisme" lancées par l'Arabie saoudite, au moment où les Etats-Unis tentent de jouer les bons offices pour résoudre la crise sans précédent entre les pays arabes du Golfe.

Le 5 juin, l'Arabie saoudite ainsi que les Emirats arabes unis et Bahreïn, deux autres voisins du Qatar, et l'Egypte ont rompu les liens diplomatiques et imposé des sanctions économiques au Qatar accusé de soutenir des groupes "terroristes" et de se rapprocher de l'Iran chiite, rival du royaume saoudien sunnite.

Mardi, les chefs de la diplomatie saoudienne, qatarie, émiratie et un ministre koweïtien se trouvaient aux Etats-Unis, dont le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a multiplié les rencontres pour trouver une solution à la crise.
Les quatre adversaires du Qatar ont fixé un ultimatum de 10 jours à Doha pour satisfaire à leur liste de 13 demandes, qui lui a été remise le 22 juin par le Koweït.

Ils exigent du Qatar notamment de fermer la chaîne de télévision Al-Jazira, réduire ses relations avec l'Iran et fermer la base militaire turque sur son territoire. Le Qatar n'a pas encore répondu mais a jugé ces demandes déraisonnables.

 

(Pour mémoire : Washington exhorte Riyad et Doha à adoucir leurs propos)


"Le Qatar s'engagera dans un dialogue constructif" avec ses adversaires "si leurs allégations (sur le soutien au "terrorisme") sont soutenues par des preuves claires", a dit son ministre des Affaires étrangères Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, cité par les médias à Doha.

Il s'est exprimé après un entretien mardi à Washington avec M. Tillerson et après une déclaration du ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir qui a affirmé sur Twitter que les 13 demandes n'étaient "pas négociables. C'est maintenant au Qatar de cesser de soutenir l'extrémisme et le terrorisme".
"Cela est contraire aux bases qui régissent les relations internationales car on ne peut pas présenter des listes et refuser de les négocier", a répliqué le ministre qatari.

Après que l'Arabie saoudite s'est montrée inflexible, M. Tillerson, dont le pays est un allié de Ryad et de Doha, a affirmé "espérer que toutes les parties continueraient à se parler de bonne foi".
Il a exhorté "les parties à rester ouvertes à la négociation, qui est le meilleur moyen de résoudre le différend".

Les Etats-Unis ont plus tôt mis en garde sur le fait que le Qatar aurait du mal à satisfaire certaines demandes et réclamé à Ryad de réduire sa liste aux requêtes "raisonnables et recevables".
Mais le ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, porte-voix des adversaires du Qatar, a rappelé mercredi à Doha que "l'heure de vérité approche".
"Nous invitons le (Qatar) frère à choisir la sincérité et la transparence dans ses relations", a-t-il écrit sur son compte Twitter. "Nous avons tant souffert de ses complots contre notre stabilité et assisté à son soutien à des agendas politiques semant le chaos dans notre monde arabe".

Les discussions sur un règlement de la crise vont se poursuivre cette semaine, a précisé le département d'Etat américain.

Les Etats-Unis ont des liens étroits avec les pays en conflit.
Le Qatar abrite la plus grande base aérienne américaine de la région, au centre de la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique. Bahreïn abrite une base navale de la Cinquième flotte américaine. Et les armées américaines et saoudiennes travaillent étroitement ensemble.

Le rôle des Etats-Unis sera crucial dans ces "discussions de proximité", estime Hussein Ibish, un chercheur à l'Arab Gulf States Institute à Washington. "La porte de sortie c'est une sorte de médiation américaine qui permet à chacun de sauver la face".

 

Lire aussi

Quel rapprochement possible entre Israël, l'Arabie saoudite et Abou Dhabi ?

 

Pour mémoire

Le Qatar juge déraisonnable la liste des demandes de ses adversaires

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ma Fi Metlo

IL Y A UNE GROSSE ERREUR A NE PAS COMMETTRE , EN PLUS DE FAIRE CONFIANCE AUX usa , C'EST DE LES APPELER A ARBITRER CETTE QUERELLE !!!!!

ILS VONT PROVOQUER UNE GUERRE A COUP SÛR ENTRE FRERES WAHABITES .

ET LA PUISSANCE REGIONALE QUI RIENT DE BON COEUR C'EST UNIQUEMENT L'IRAN , PARCE QUE ISRAEL EST PARTIE PRENANTE ET SE RANGE DERRIERE LE GRAND FRERE WAHABITE , SANS SE CACHER .

PUBLIEZ SVP ! JE NE VOIS RIEN DE DESOBLIGEANT A DIRE CA ! SAUF SI CA DERANGE DE LE LIRE .

Gebran Eid

DEUX GROSSE VACHES À LAIT EXPLOITÉES PAR TRUMP.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LAMENTABLE OU EN SONT LES PAYS ARABES... ET L,IRAN ET ISRAEL EN GAGNENT !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Parce qu’il y a hommes et hommes...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.