X

Moyen Orient et Monde

À Mossoul, niqabs et motos prohibés par crainte des jihadistes

Reportage

La police de la province de Ninive prend plusieurs mesures qui privilégient la sécurité à la liberté de la population.

OLJ
17/06/2017

Des foulards colorés plutôt que des niqabs noirs : sur le marché de Nabi Younès à Mossoul, les femmes n'ont plus le droit de porter le voile intégral, imposé par le groupe État islamique, pour empêcher l'infiltration de jihadistes. Cette interdiction est désormais appliquée dans les secteurs est de Mossoul d'où l'EI a été chassée après près de trois ans de règne sur cette deuxième ville d'Irak. Elle a été décidée à la suite de plusieurs interpellations de jihadistes déguisés en femmes en niqab. La police a également banni l'utilisation de motos et de gros camions à partir de 18h00 pour tenter d'éviter des attentats-suicides, l'une des armes préférées des jihadistes.
Ces mesures semblent bien acceptées par la population. « Personne ne veut de niqabs », affirme Abou Messaab, 50 ans, qui tient une boutique de vêtements sur ce marché populaire. « On a arrêté de commander des voiles et des niqabs », ajoute-t-il en précisant que la majorité de ses clientes réclamaient des foulards « de couleurs attractives ». Le commerçant montre du doigt deux policiers à proximité de ses étals. « Ils sont là tout le temps. Quand ils voient des femmes le visage couvert, ils leur demandent gentiment de ne plus porter le voile (« khimar ») et de s'en débarrasser, car nous en avons beaucoup souffert ». « Les gens coopèrent », assure-t-il.
La tradition à Mossoul veut que la femme s'habille comme elle veut chez elle mais qu'elle doit porter, dans la rue, la longue robe traditionnelle et se couvrir les cheveux. Mais ces deux dernières années, le niqab et le khimar se sont imposés, sous la pression de l'EI. Depuis la reconquête du quartier par les forces irakiennes, l'ambiance a changé. Notamment en fin de journée, lorsque le marché de Nabi Younès grouille de monde avant le repas de rupture du jeûne de ramadan. Des policiers surveillent et se mêlent aux familles qui déambulent.

« Retour au temps d'avant-Daech »
Sous les jihadistes, « nous n'osions pas venir sans un voile, des gants et des chaussettes noires », raconte Oum Ali, une femme de 45 ans. « Je voyais le monde derrière un tissu noir. Le monde semblait sombre. Mais dès qu'ils sont sortis, je me suis débarrassé du niqab, Dieu merci. » « Nous sommes de retour au temps d'avant-Daech », se félicite Abou Messaab, qui va pouvoir « de nouveau exposer des mannequins » pour attirer les clients.
L'interdiction du niqab a été décidée dans le cadre d'une série de mesures prises par la police de la province de Ninive, explique le colonel Talal Abdalla. « On empêche les femmes de porter le niqab » parce que des gens de « Daech se déguisent comme des femmes (en niqab) pour se balader dans les marchés », dit-il en faisant état de plusieurs interpellations de jihadistes ainsi vêtus. Ces mesures incluent aussi un déploiement massif de la police, la vérification des papiers d'identité et la réactivation du rôle des « moukhtars » (« chefs de secteur »), qui doivent pouvoir renseigner sur tous les résidents de leur quartier.
« Nous avons pris ces dispositions pour minimiser ou empêcher toute infiltration ou action de la part des membres de Daech », assure le colonel. « Il est vrai qu'elles limitent la liberté mais la sécurité du citoyen est plus importante que sa liberté », ajoute-t-il, en assurant qu'elles seront levées « lorsque la ville sera totalement libérée ». Il cite ainsi l'interdiction de faire circuler motos et gros camions autour des marchés à partir de 18h00, une mesure prise après plusieurs attentats revendiqués par l'EI. Une attaque au camion piégé a ainsi fait plus de 320 morts pendant le ramadan l'an dernier à Kerrada (Bagdad). En garant sa moto à l'entrée du marché, Ali Mahmoud, 22 ans, a bien assimilé cette interdiction. « On a parfois besoin de sa moto, mais on ne peut pas l'utiliser le soir » car les autorités « craignent que quelqu'un ne se fasse exploser ». Pour renforcer la sécurité, la police a en outre interdit l'achat de cartes SIM de téléphone mobile sans la présentation de documents d'identité.

Layal ABOU RAHAL/AFP

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La reconstruction de la Syrie et les clivages politiques internes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.