Rechercher
Rechercher

Liban - La carte du tendre

La place des Martyrs des années 50

place des Martyrs des années 50. Photo transmise par Georges Boustany

Cette nouvelle rubrique vise à redécouvrir, par photos interposées, des lieux emblématiques du vieux Beyrouth, aujourd'hui disparus ou radicalement transformés. Il ne s'agit donc pas tout à fait d'un pays imaginaire, certes, mais presque, tellement la ville, par mépris du patrimoine, ne se ressemble plus.

Autrefois, un usage voulait que des photographes ambulants prennent des photos parfois à l'insu des sujets puis, après coup, remettent à leurs « victimes » une petite carte de visite pour leur indiquer où et comment retirer leur photo le lendemain... Ces photographes se baladaient dans les rues les plus populaires du centre-ville. Ce cliché a été pris au début des années 1950 à la place des Martyrs. Surtout, il est possible d'apercevoir, à l'arrière-plan, la fameuse statue des Pleureuses du sculpteur Youssef Howayek, représentant deux mères de martyrs, chrétienne et musulmane, se tenant par les mains en signe d'unité. Démontée quelques mois après cette photo, elle est aujourd'hui exposée dans la cour du musée Sursock.


Cette nouvelle rubrique vise à redécouvrir, par photos interposées, des lieux emblématiques du vieux Beyrouth, aujourd'hui disparus ou radicalement transformés. Il ne s'agit donc pas tout à fait d'un pays imaginaire, certes, mais presque, tellement la ville, par mépris du patrimoine, ne se ressemble plus.
Autrefois, un usage voulait que des photographes ambulants prennent des photos...

commentaires (4)

on dirait deux abadayates qui protègent un aventurier de chez nous ou d'ailleurs. Belle photo

Shou fi

18 h 21, le 20 janvier 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • on dirait deux abadayates qui protègent un aventurier de chez nous ou d'ailleurs. Belle photo

    Shou fi

    18 h 21, le 20 janvier 2018

  • Rézzäâllâhhh ! Yâ harâââm yâ Bâïyroût....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    19 h 40, le 08 avril 2017

  • C,ETAIENT LES BEAUX JOURS D,AVANT LA MAUDITE GUERRE CIVILE...

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    17 h 55, le 08 avril 2017

  • Je n'ai plus vu "Sahat el-Borj" depuis 1973. Je me garde intact en mémoire le souvenir de cette place centrale de Beyrouth. Le Petit-Sérail et les fiacres stationnés sous les immenses sycomores, démoli en 1950 sous prétexte d'avoir une vue sur la mer mais réellement pour dégager la vue sur le Cinéma Rivoli en prévision de sa construction la même année...Je vois encore L'hôtel Astoria, La Direction de la Police, la pharmacie Gemayel, le cinéma Hollywood, le café el-Qazaz, le cinéma Odéon, le baklawa Arayssi, l'hôtel Savoy, les cinémas Opéra et Rio, l'hôtel Régent, les cinémas Rivoli et Byblos...

    Honneur et Patrie

    12 h 10, le 08 avril 2017

Retour en haut