X

Liban

Dans la vallée sainte de Qannoubine, « deux heures de marche, pour quelques jours de bonheur »

Régions

Chaque été, quelques habitants de Qannoubine, seul hameau habité de la Vallée sainte, retournent chez eux. Témoignages...

10/06/2017

« Qannoubine, seul hameau habité de la Vallée sainte », indique une pancarte sur la route non asphaltée qui serpente entre vieilles églises et monastères. Et pourtant, à en juger par leur état, il paraît évident que les maisons de la vallée ont été abandonnées il y a longtemps. Dans le paysage verdoyant, des terrasses agricoles sont complètement desséchées et personne ne passe sur les chemins vicinaux envahis d'herbe reliant entre elles les vieilles maisons en pierre blanche.
Ah si, voilà un âne ou un mulet au fond de la vallée. Et à regarder de plus près, on aperçoit aussi des réservoirs d'eau en plastique sur le toit de quelques maisons et de rares vergers aux arbres chargés de fruits.

Un homme et son fils font du jogging sur le sentier reliant les monastères de la vallée. Joseph Melhem est ingénieur, il a 43 ans, il est né en Australie. « Mes parents, mon père et ma mère sont nés ici, dans cette vallée », dit-il, pointant le doigt vers l'une des maisons abandonnées.

Joseph Melhem s'exprime très bien en arabe, bien que ce soit son premier séjour au Liban. « J'ai rêvé de ce moment et j'ai voulu voir le Liban. Je suis là avec ma femme et mes trois enfants de onze, neuf et six ans », raconte-t-il, précisant que son épouse Mélanie Dagher est originaire de Jiyeh. Elle aussi est née en Australie. Mais c'est sa troisième visite au Liban. Le couple s'était rencontré la première fois dans une église maronite de Sydney.

« Le sentiment le plus fort, je l'ai ressenti à la vue de la maison paternelle. Mon père avait onze ans quand il a quitté le Liban. Ma mère en avait deux quand sa famille a émigré », dit-il.
« Il me faut bien deux heures de marche pour arriver chez moi, au fond de la vallée ; je m'y rendrai à la fin de la semaine », ajoute-t-il, notant que son père est revenu au Liban une seule fois, en 1996, et que trois de ses quatre sœurs ont également visité le pays.
« Quand on se rend à Qannoubine, on sent que le Liban est une terre sainte, une terre de paix, et que la Sainte Vierge veille vraiment sur le pays », poursuit-il.

 

(Pour mémoire : Un nouveau comité pour institutionnaliser la protection de la Qadicha)

 

Policier municipal
Charbel Younan (43 ans) est policier municipal à Hasroun. Il fait partie des rares personnes qui passent l'été à Qannoubine. Il n'y a pas de route qui mène à sa maison. Il s'y rend à pied et doit traverser le lit d'un fleuve pour y arriver. « Auparavant, il y avait un petit pont, mais les pluies et les inondations en ont eu raison. Pour franchir l'eau, j'ai placé un tronc d'arbre... Que voulez-vous ? On fait avec les moyens du bord ! » s'exclame-t-il.

Pour transporter ses affaires, Charbel Younan a mis en place un système de poulie dont la corde tire un grand panier. C'est ainsi qu'il ramène vers Hasroun les poires et autres fruits qu'il cultive à Qannoubine.
« Un système d'irrigation me permet de cultiver ces terrains hérités de mon père. Notez que je ne suis pas le seul dans cette vallée à revenir en été habiter nos vieilles maisons. D'autres le font aussi... Ils sont sept ou huit personnes. Ils s'occupent des vergers que vous voyez », dit-il.

 

(Lire aussi : Les travaux de construction d'une route arrêtés in extremis à Qozhaya)

 

Une trentaine de familles
« Jusqu'à la fin des années soixante-dix, la vallée comptait encore une trentaine de familles, soit environ 700 personnes. Mais avec la guerre et l'occupation syrienne du Liban-Nord, tout le monde est parti », raconte-t-il.
« Non loin de chez moi, il y a le monastère de Mar Assia, très difficile d'accès. Peut-être qu'un jour un chemin sera tracé qui le rendra plus accessible », espère-t-il.
La mère de Charbel Younan intervient. « Nous avons quitté la vallée en 1972. J'avais 17 ans. Auparavant, il y avait là une école qui comptait 300 élèves et il n'y avait pas de voitures à l'époque. On remontait la vallée à pied ou à dos d'âne », se souvient-elle.

Ces temps lointains ne sont plus. Aujourd'hui, elle se rend dans sa maison en été, pour y passer quelques jours avec son fils. Elle aime le calme et la tranquillité que procurent les lieux. « Pourquoi voulez-vous que je m'ennuie, j'ai grandi dans cette vallée, je suis toujours heureuse d'y retourner. C'est là que j'ai mes plus beaux souvenirs », dit-elle.

 

Pour mémoire

Sethrida Geagea : Les sites de Qadicha prochainement répertoriés

Placer la vallée de la Qadicha sur la carte touristique mondiale

Lire aussi

Sur les traces des premiers chrétiens d'Orient à Qannoubine

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

J,Y SOUSCRIS !

Yves Prevost

Petite précision: la véritable raison de la désertion du village n'est pas "la guerre et l'occupation syrienne du Liban-Nord", mais une "guerre" interne, une "vendetta" qui a fait plusieurs morts.A la suite de quoi, ne sont restés que quelques vieux dont le dernier est mort il y a 7 ans.

Yves Prevost

"La Vallée de Qannoubine, l'unique village peuplé de la Vallée Sainte". C'est effectivement ce qu'indique le panneau, mais comme la plupart, il fourmille d'erreurs. D'une part, le village en question n'est plus peuplé depuis longtemps, d'autre part, le rédacteur dudit panneau semble ignorer l'existence du village de Fradis (transformé en un bloc informe de béton depuis que l'on a asphalté la route!) qui lui, est effectivement "peuplé".
Une récente émission à la LBC a fait croire à certains que 8 familles vivaient dans le village. Rien n'est plus faux! Tous ceux qui fréquentent la Vallée savent parfaitement qu'il y a de nombreuses décennies que l'on n'y a vu huit maisons habitées! Ce que l'on a sans doute voulu dire est qu'il y aurait huit familles de métayers censés cultiver les terrains dépendant du village et en partager les revenus avec le patriarcat propriétaire, mais aucune ne réside dans le village.
En réalité, sur ce versant de la Vallée, en face du couvent de Qannoubine, une seule maison est habitée. Deux ou trois autres sont utilisées quelques jours ou quelques semaines en été.
La mise au point est importante car la présence en permanence de huit familles avec enfants vivant dans le village et cultivant les terres pourrait justifier le percement d'une route d'accès. Il n'en va évidemment pas de même pour quelques résidences d'été.
Tous les amoureux de la Vallée Sainte ne peuvent qu'espérer qu'une telle route (ni aucune autre d'ailleurs) ne sera jamais percée.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué