Le billet de Gaby NASR

Quarteron-de-cuir

Billet
Gaby NASR | OLJ
02/06/2017

Vive la transparence! Depuis le temps que les bouviers de la politique se fracassent le neurone orphelin contre la loi électorale, on entend régulièrement quelques flatulences enchantées, lâchées çà et là et donnant à renifler un parfum d'optimisme. La dernière de ces manifestations intimes nous est venue du déplumé de Meerab qui a juré que 95 % du schmilblick était déblayé et qu'il ne restait plus que du menu fretin à dégazer. Pitié pour la couche d'ozone !

Comme de coutume, les projets se font et se défont dans l'obscurité des alcôves par un quarteron de ronds-de-cuir communautaires aux allures de conspirateurs, qui se préparent à se faire réélire à la sueur de leur banquier. Alors ils s'échangent les coups tordus et manipulent leurs quotas d'électeurs, tel un maraîcher ses sacs de pommes de terre. Le tout « loin des feux de la rampe », comme on dit en langage ministériel. Des feux, du reste, éteints depuis plus de 40 ans pour cause d'EDL en capilotade. Tant et si bien qu'à quelques jours de la date théorique fixée pour ce scrutin médiocratique, on ne sait plus très bien où se positionnent certains partis par rapport à l'axe de la girouette. Faut dire que dans cette République génétiquement modifiée par les querelles de clochers et de minarets, il y a de quoi affoler la libido religieuse des plus fanatiques partisans de la laïcité.

Tous les jours, il y a une nouvelle idée qui fuse, aussitôt mâchée, remâchée puis balancée au rebus par des turlupins qui ont du temps à perdre. Proportionnelle à circonscription unique, puis à six, puis à 15. Un coup on prévoit 128 sièges, un autre 108. Un jour on propose de piquer un candidat d'ici pour le parachuter là, un autre on oublie et l'on passe à autre chose. Des projets à la pelle qui donnent le tournis, un peu comme si l'on hésitait entre une tarte aux crottes de nez et une glace aux miasmes de crevettes...

Du coup, c'est fou ce qui se dit comme niaiseries dans les médias et les salons. Des âneries grosses comme le trou du Budget qu'on se prépare à adopter ! Mais ça fait du bien, semble-t-il, et ça lubrifie les synapses. Ce qui n'empêche pas certains de continuer à draguer les Saoudiens et les Iraniens, tous deux gouvernés par des épaves exotiques quasiment de droit divin. C'est ce qui s'appelle prendre une posture, sans pour autant réussir à masquer l'imposture.

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Comme quoi... en "Ripoublique Banana " ,ce n'est pas la girouette qui tourne ....mais le vent ...lol

Fontaine Jacques

J'admire votre lucidité et votre courage, mais le peuple mérite son gouvernement.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.