X

Économie

Jarrah réoriente la modernisation du réseau Internet

Télécoms

Le ministre des Télécoms n'envisage plus, pour des raisons de coût, un déploiement à terme de la fibre optique jusqu'au domicile de tous les Libanais.

13/05/2017

Pour la première fois depuis le début de son mandat, en décembre 2016, le ministre des Télécoms, Jamal Jarrah, a donné hier davantage de détails sur les orientations qu'il entendait donner à la poursuite de la modernisation du réseau de téléphonie fixe et Internet initiée par ses prédécesseurs.

« Le ministère veut permettre à tous les Libanais d'avoir accès à une connexion Internet optimale », a d'abord résumé M. Jarrah lors d'une conférence de presse organisée hier pendant le Salon Smartex, organisé par la Chambre de commerce de Beyrouth (CCIAB) en partenariat avec l'Autorité de développement des investissements au Liban (IDAL).

Contrairement à ses prédécesseurs, M. Jarrah a toutefois choisi de ne pas dévoiler l'ensemble de sa stratégie – pas plus que le chiffrage de son coût total ni son calendrier détaillé – mais simplement les « premières étapes », indiquant qu'il prévoyait de communiquer sur les chantiers à venir « au fur et à mesure des progrès réalisés. »

 

(Pour mémoire : Jarrah annonce l’ouverture prochaine de 500 000 lignes de téléphonie fixe supplémentaires)

 

Ambitions à la baisse
Le premier chantier lancé par le ministère vise à moderniser les 301 centraux téléphoniques fixes répartis sur tout le territoire. « Ces derniers ont été installés en 1994 et leurs capacités sont insuffisantes », a expliqué M. Jarrah, ajoutant que le ministère avait enregistré « 85 000 nouvelles demandes d'ouverture de lignes » qu'il n'était pas actuellement en mesure de satisfaire. « Le ministère a donc lancé un appel d'offres fin avril afin de remplacer ces centraux par des nouveaux qui vont fournir une capacité de 200 000 lignes supplémentaires », a-t-il encore noté.
« Le ministère prévoit de remplacer le réseau de téléphonie fixe classique par un réseau de nouvelle génération basé sur l'architecture IP Multimedia Subsystem (IMS) qui va notamment permettre de proposer aux usagers des services Triple Play (NDLR : Internet, téléphonie et télévision sur le même réseau) », a déclaré à L'Orient-Le Jour le directeur général d'Ogero, Imad Kreidieh. Selon lui, Ogero et le ministère sont en train d'étudier les offres présentées, et ce marché – dont le coût « entre 40 et 50 millions de dollars » – devrait être attribué d'ici à quelques semaines, tandis que les travaux devraient s'étendre sur 18 mois.

Le ministre a ensuite livré ses objectifs en termes de déploiement du réseau de fibre optique jusqu'aux utilisateurs finaux, revoyant nettement à la baisse les ambitions annoncées par son prédécesseur Boutros Harb. Pour rappel, la construction d'un nouveau réseau de 4 700 km de fibre optique reliant les centraux téléphoniques, initiée en 2010 sous le ministère de Charbel Nahas, a été achevée en 2014 « mais n'est toujours pas totalement opérationnel », selon M. Jarrah qui a affirmé que les services du ministère avaient entrepris de mettre ses équipements à jour.

Mais le véritable enjeu concerne la suite de ce déploiement : à savoir le choix de poursuivre la substitution du réseau en cuivre par la fibre optique jusqu'à certaines zones géographiques où catégories d'utilisateurs. Alors que M. Harb avait annoncé, en juillet 2015, que sa stratégie prévoyait un déploiement par étape, et à terme intégral, de la fibre optique jusqu'au domicile (FTTH pour Fiber to the Home) de tous les ménages à l'horizon 2022 – pour une enveloppe totale affichée de plus de de 600 millions de dollars - ; cette stratégie est désormais jugée « trop coûteuse et inutile » par le ministre actuel. Il renonce par conséquent à substituer l'ensemble du réseau en cuivre par de la fibre.

 

(Pour mémoire : Jarrah : La 4G va couvrir 85 % du territoire d’ici à fin mars)

 

« Vitesse largement suffisante »
« Les tests effectués en avril ont démontré que notre réseau était en bon état mais qu'il devrait être partiellement réhabilité », a déclaré le ministre. Pour rappel, Ogero avait expérimenté début avril l'ouverture de l'Internet rapide dans différentes zones du Grand Beyrouth et dans d'autres régions du pays. Une fois modernisé, « le réseau actuel pourra permettre aux usagers d'obtenir une vitesse de téléchargement allant de 25 à 100 mégabits. C'est une vitesse qui est largement suffisante pour l'utilisation domestique », a plaidé M. Jarrah, précisant que « 350 gros utilisateurs » étaient déjà directement reliés à la fibre.
Pour le reste, « le ministère est actuellement en train de plancher sur le cahier des charges pour le déploiement de la fibre jusqu'aux 7 000 sous-répartiteurs, un chantier qui ne sera pas lancé avant septembre », a confié de son côté à L'Orient-Le Jour M. Kreidieh, qui table sur une enveloppe d'environ 140 millions de dollars et quatre ans de travaux.

M. Jarrah a par ailleurs rapidement évoqué certaines mesures déjà annoncées par le ministère en commençant par la « baisse des tarifs des forfaits Internet entre 20 et 50 % en fonction du type d'abonnement », qui doit cependant encore être approuvée par le Conseil des ministres. M. Jarrah a également précisé que l'État avait « subventionné » les nouveaux forfaits mobiles à prix réduits destinés aux étudiants sans communiquer le montant de cette aide. Pour rappel, le lancement de ces offres par les opérateurs Alfa – géré par l'opérateur égyptien Orascom depuis 2009 – et Touch – géré par le koweïtien Zain depuis 2004 – avait été annoncé par le Premier ministre, Saad Hariri, le 5 mai au Grand Sérail.

M. Jarrah a ensuite confirmé qu'il attendait toujours que le Conseil des ministres examine le cahier des charges préparé par le ministère afin de relancer l'appel d'offres pour confier la gestion des réseaux de téléphonie mobile au Liban – Mic 1 (Alfa) et Mic 2 (Touch). Le ministre avait indiqué avoir transmis le cahier des charges lors d'une réunion de la commission parlementaire des Télécoms le 2 mai. Pour rappel, les contrats de ces deux sociétés sont prolongés chaque mois par le ministère des Télécoms depuis plus d'un an, suite à l'annulation le 8 décembre 2015 par la Direction des adjudications (DDA) de l'appel d'offres international lancé en juin de la même année.

 

Pour mémoire
Une connexion rapide pour bientôt, par fibre optique, promet la commission parlementaire des Télécoms

Lire aussi

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

j'avais attendu avec beaucoup d'espoir ces fameuses journees de "test" dont parle mr.Jarrah.
espoir qui a vite tourne court : NIET rien , pas un souffle de vitesse additionnelle.
mais bien sur le Liban et son peuple sont hors normes, compares au reste du monde -meme evolue-
ce monde qui decide que la fibre optique est essentielle-et ce depuis TRES longtemps,
nous autres au Liban decidons du contraire: fibre optique? pas besoin.
Ah si on devoilait une etude-serieuse-justifiant cette decision superieure .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.