X

Campus

Éli Salameh ou l’art de raconter en images

PORTRAIT

Par le biais du cinéma et de la photographie, l'étudiant de l'institut des beaux-arts de l'Université libanaise cherche à partager des émotions et des histoires universelles.

Carole AWIT | OLJ
06/05/2017

Depuis son plus jeune âge, Éli Salameh, étudiant en master 1 de réalisation à l'institut des beaux-arts de l'Université libanaise (section 2), est féru de théâtre. Enfant, il adore jouer dans des sketches et mettre en scène ses amis dans des pièces qu'il monte seul. À l'adolescence, il perfectionne ses talents de comédien en prenant des cours de théâtre et s'intéresse petit à petit au son et à l'image. Sa passion lui permet de participer, avec son école, à des échanges internationaux autour du théâtre et de recevoir, en 2016, un prix en Jordanie. Son amour des planches se déplacera peu à peu vers la réalisation et la photographie, deux autres médiums qui vont lui permettre de s'exprimer. « J'étais un adolescent réservé et assez solitaire alors, afin de me faire sortir de ma bulle, ma mère m'a suggéré de me rendre chaque semaine au cinéma pour regarder un film. Ma soif de découvrir de nouvelles œuvres n'a jamais cessé depuis », confie Éli. Son coup de cœur pour le 7e art va le conduire à entamer, avec détermination, un cursus de réalisation. « Je suis heureux d'avoir intégré l'UL au sein de laquelle j'ai appris à développer ma créativité et à gagner en autonomie et en confiance », précise le jeune homme. Chaque semestre, il devra présenter un exercice de réalisation avant de pouvoir écrire et réaliser son film de diplôme. En parallèle, il se plaît à travailler comme photographe indépendant.

Un film qui lui donne des ailes
Pour pouvoir financer son court-métrage de fin d'études, Éli Salameh cumule les jobs d'été. Un jour, alors qu'il est à son poste de travail, la radio diffuse une chanson de Céline Dion, Vole, que le jeune homme découvre pour la première fois. Ce hasard lui inspirera le titre de son film de diplôme : Vole mon amour. Dans ce drame émouvant, porté par les acteurs Julia Kassar et Joseph Rouhana, le réalisateur en herbe met en scène de façon intimiste et poignante la relation compliquée entre une mère et son fils. « En écrivant ce film, je suis parti de choses personnelles pour pouvoir mettre en scène finalement une histoire à dimension universelle puisqu'elle aborde le passage difficile à l'âge adulte », explique le jeune homme de 21 ans. Ce film permet à Éli de remporter le prix du public et le prix spécial du jury lors de la 10e édition du NDU International Film Festival (NDUIFF). Au Liban, ce film court sera également projeté au 23e Festival du cinéma européen et au Festival du court-métrage arabe. « J'ai eu la chance de pouvoir participer au festival du court-métrage estudiantin "Original Narrative" à Dubaï où mon film a été projeté tout récemment. J'y ai fait plein de rencontres constructives qui me permettront, je l'espère, de concrétiser des projets cinématographiques avec d'autres jeunes », ajoute enfin Éli Salameh. Mais ce dont le réalisateur en herbe est le plus fier, c'est de voir son film retenu dans le catalogue du Short Film Corner du Festival de Cannes, où il s'apprête à voyager en mai pour visiter le marché du film du fameux festival, afin d'y rencontrer des producteurs. Encouragé par le succès de son film, Éli, qui continue à exercer la profession de photographe, développe actuellement, dans le cadre de son master, un nouveau court-métrage qu'il souhaite tourner très bientôt.

Le Short Film Corner

Organisé chaque année par le Festival de Cannes, le Short Film Corner permet aux réalisateurs venus de tous les pays de présenter leurs films courts et de faire des rencontres professionnelles qui peuvent être déterminantes pour leur carrière. Comme celui de centaines d'autres étudiants, le court-métrage du Libanais Éli Salameh, Vole mon amour, fait partie du catalogue du court 2017.
Site web : www.elisalameh.com.

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué