X

Liban

Pour Raï, la prorogation viole le pouvoir législatif et la volonté du peuple

OLJ
01/05/2017

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a mis à nouveau en garde, hier, contre la prolongation du mandat du Parlement, estimant que cela constituerait un viol du pouvoir législatif et de la volonté du peuple.
« Gare à la prorogation du mandat parlementaire », a averti Mgr Raï, dans une homélie prononcée lors d'une messe qu'il a célébrée à l'école Cadmos, à Tyr, en l'honneur du 50e anniversaire de l'établissement scolaire, devant une assistance composée de nombreuses personnalités politiques, notamment le ministre d'État pour les Affaires présidentielles, Pierre Raffoul, représentant le président de la République Michel Aoun, le député Ali Khreiss, représentant le président du Parlement Nabih Berry, Bahia Hariri, députée de Saïda, représentant le Premier ministre Saad Hariri, le nonce apostolique, Gabriele Caccia, et les députés Michel Moussa et Abdel Magid Saleh.
« Cette prorogation serait un viol du pouvoir législatif et de la volonté du peuple, ainsi qu'une infraction flagrante à la Constitution », a poursuivi le patriarche maronite avant d'ajouter : « Gare au vide parce qu'il détruit les institutions constitutionnelles, alors que la Constitution est le pilier du droit vers lequel il faut toujours revenir pour consulter son contenu et s'y conformer. » Et de souligner dans ce cadre que « la Constitution est le seul garant de la sécurité institutionnelle et de la vie de la république ».
Après la célébration de la messe, Mgr Raï s'est rendu au Rest House de Tyr, où il a participé au déjeuner organisé en son honneur, en présence de l'épouse du chef du législatif, Randa Berry, de Rabab Sadr, sœur de l'imam disparu Moussa Sadr, de représentants du président de la République et du commandant en chef de l'armée, ainsi que d'un représentant de la Force intérimaire des Nations unies pour le Liban (Finul) et de plusieurs personnalités religieuses des communautés chrétiennes.
Lors de ce déjeuner, le prélat n'a pas manqué de presser les responsables politiques de « résoudre la crise liée à la loi électorale », soulignant que « le défaut d'entente sur ce point a un impact négatif sur l'action du Parlement et du gouvernement, et partant sur la vie économique et le quotidien des Libanais, et favorise la corruption dans les institutions publiques ».
Le patriarche a clôturé sa tournée à Tyr en se rendant au port des pêcheurs où il a béni la statue de la Vierge, au milieu d'un accueil populaire.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants