L’édito de Ziyad MAKHOUL

Renaissance

L’édito
24/04/2017

Si l'on rajoute les scores d'Emmanuel Macron, de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon, près de 65 % des Français ont clairement annoncé la couleur : ils ont envie, bien plus besoin de changer d'air. De changer d'ère. Les deux partis qui gèrent les destinées de la France depuis plus de 40 ans sont absents du second tour de la présidentielle. Quelque chose a été dynamité, a implosé, dans la routine, dans cette machine bien huilée, des Français. Quelque chose s'est cassé dans cette France post-Brexit, dans cette France post-Trump, dans cette France engluée elle aussi, écartelée, comme tous les autres, entre ces deux jihadismes qui n'en finissent plus de se combattre et de pourrir le monde : l'islamisme et l'extrême droite.

Le Front national, en deuxième position, est loin, très loin de ces 30 % fantasmés depuis toujours ; loin, très loin, de cette dynamique dont il rêvait. Ce que l'on dit depuis des mois, dans ces propres colonnes d'abord, s'est confirmé en ce 23 avril : les Français ne sont pas les Américains, ni les Britanniques ; ils ne sont pas que râleurs, que colériques, que scotchés sur leur nombril, que, gentiment ou pas, racistes. Les Français sont rationnels. Les Français sont inventifs. Les Français sont surprenants. Les Français sauront toujours idolâtrer des Louis XIV et guillotiner des Louis XVI. Les Français sont, aussi, pionniers.

Ils ont décidé hier, et qu'ils le confirmeront probablement le 7 mai, de prendre à bras-le-corps la question qui ronge la planète, de l'Indonésie au Venezuela, des States à l'Ours russe, de l'Europe à l'Afrique : la mondialisation. Mais là où les Français sont pionniers, c'est qu'ils ont embrassé cette question comme eux seuls, ou presque, savent le faire : pas comme les autres. En mettant en tête du premier tour un homme de 39 ans accusé par ses adversaires d'être, dans le désordre : appuyé par tous les médias, par toutes les banques, par le système, un clown, un bonimenteur, un vendeur de vide et de vent, le clone de François Hollande, un néo-Noé à l'arche Babel, l'immonde yéti de la finance et des intérêts privés, le futur sbire d'Angela Merkel, etc.

Naturellement, Emmanuel Macron, encore une fois, a cent et un défauts, peut-être plus encore, et il reste, pour l'instant, dans la bouche de la grande majorité de celles et ceux qui ont voté pour lui, ce fameux moins pire des candidats. Pour l'instant. Parce qu'Emmanuel Macron a autant de qualités. Autant de volonté à anamorphoser cet air et cette ère qui étouffent les Français. Autant de détermination à montrer qu'on peut apporter, proposer et imposer le changement sans dynamiter la société, l'économie et la réputation de ce pays qui reste encore la destination préférée des Terriens. Autant d'entêtement somptueux. Autant de patriotisme. Autant d'espérance(s).

Y réussira-t-il ? La question est organique, à l'aune de cette multiplicité hallucinée et hallucinante des peuples de France. Mais ce n'est pas aujourd'hui qu'elle doit être posée. Aujourd'hui, aux antipodes de quelque jugement moral que ce soit, c'est la structure, c'est l'identité, c'est l'ADN de cette France, lionne superbe et généreuse, hugolienne comme rarement, dont il s'agit. De l'ouverture aux mondes contre la bunkérisation. De la force tranquille contre l'hystérie. De la reconstruction contre l'insupportable même mélopée frontiste depuis les années 70.
C'est surtout de ce nouvel ingrédient qu'Emmanuel Macron a ressuscité dont il s'agit : l'audace.

Lire aussi à la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chouaib Raymond

Cher Mr Makhoul,
En accumulant les accusations des adversaires de Macron vous avez commencé à verser dans la désinformation qu'ont utilisée les médias français. Je n'ai entendu parler ni yéti de la finance ni de sbire de Merkel. Je vous concède que le reste suffisait: médias, finances , boboisme pression judiciaire contre le seul adversaire ayant un programme capable de sortir la France de l'ornière dans laquelle l'ont jetée Hollande et Macron. Trop tard les dés sont jetés mais je n'ai pas envie d'applaudir.
Vous nous aviez habitué à mieux que cela.
Cordialement

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Dommage que Hamon ne s'était pas désisté au profit de Mélenchon, de ce cette façon on aurait assisté alors à un DUEL HISTORIQUE entre la Vraie Gauche et l'Infecte Extrême-Droite !

Ma Fi Metlo

C'EST INDUBITABLEMNT UNE VICTOIRE DU HOLLANDOUILLISME .

Les français ont de différent avec les anglais et les amerlocks humaines , c'est qu'ils n'oublient pas pour qui ils ont voté et ils le rappellent tous les jours à leurs élus .

Aux usa , à quoi ça sert d'avoir un programme si une fois élu on fait tout le contraire pour plaire , on devrait élire un guss pour son apparence physique ou morale et laisser faire les lobyistes .

PREPAREZ VOUS CHERS AMIS FRANCAIS A 5 ANS DE OUI, NON , PEUT ETRE , ON VERRA DEMAIN EN ATTENDANT LES ORDRES QUI VIENDRONT D'AILLEURS .

HOLLANDOUILLE EN PIRE .

C. F.

Quant à Mélenchon, cher M. Makhoul, ce socialiste défroqué et son score plus que honorable pour fin de carrière, reste comme on dit à Paris, très ""clivant"" et ne rassemble pas comme Macron. C’est quand même le communiste Robert hue qui s’est rallié à la candidature de Macron, l’autre révolutionnaire en marche. Nous sommes déjà en Macronie. Que du bonheur !

C. F.

"……les Français ne sont pas les Américains, ni les Britanniques ; ils ne sont pas que râleurs, que colériques, que scotchés sur leur nombril, que, gentiment ou pas, racistes. Les Français sont rationnels."


Non !Les Français ne sont pas "gentiment" racistes.

"Rationnels" ? La preuve par l’électorat des Le Pen père et fille…

C. F.

Je m’attendais à un "édito" autrement moins influencé par des diverses lectures, comme celle de "ce fameux moins pire des candidats", n’est-ce pas Gauchet. Parfois du déjà lu, et parfois des lieux communs.

Ne boudons pas notre plaisir, Macron est qualifié pour le deuxième tour. Macron , ce jeune progressiste (c’est ainsi qu’il se présente) est déjà une révolution en marche.

Avons-nous, au Liban, un autre Emmanuel Macron ????? Et c’est pour quand ?

Yves Prevost

Que les français aient envie de changer d'air (d'ère), c'est un fait. Malheureusement, ils se sont laissé avoir! Le véritable représentant du PS, c'est Macron. Ils ont voulu se débarrasser de Hollande et auront son clone.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Mais, Éësstééééz Ziyad, que pensez-vous par contre du score de Mélenchon ?
Simple question.
Merci.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.