À La Une

Fin de la plus vaste opération d'évacuation en Syrie

Syrie

Assad accuse le Front Fateh el-Cham de l'attentat contre les bus de civils et dans lequel 150 personnes ont été tuées.

OLJ/AFP
21/04/2017

La première phase de la plus vaste opération d'évacuation de localités assiégées en Syrie s'est achevée vendredi, après avoir été endeuillée par un attentat qui a fait 150 morts, attribué par Bachar el-Assad à l'ex-branche syrienne d'el-Qaëda.

La fin de l'évacuation croisée depuis le 14 avril de près de 11.000 personnes de localités rebelles et prorégime signe la première étape de l'accord conclu entre le régime Assad et la rébellion qui se font la guerre depuis plus de six ans.

Ce processus est le dernier et le plus important d'une série d'évacuations de localités assiégées, surtout rebelles, dans le pays. Les insurgés, qui ont perdu de vastes régions face au régime soutenu militairement par la Russie et l'Iran, se sont vus contraints de signer des accords d'évacuation de nombreux de leurs bastions.
L'opposition a qualifié "les transferts forcés de crimes contre l'Humanité", tandis que l'ONU a dénoncé des "déplacements forcés".

Selon l'agence officielle Sana, la première phase de l'accord sur la sortie des habitants de Foua et Kafraya (province d'Idleb), et des habitants des localités rebelles -Zabadani, Serghaya, Jabal Charqi et Madaya-dans la province de Damas, "a pris fin".
L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé que tous les bus transportant les habitants évacués étaient parvenus à leur destination finale. Ceux venant des cités prorégime sont arrivés à Alep, sous contrôle de l'armée, et ceux évacués des localités rebelles sont arrivés dans la province d'Idleb, aux mains des insurgés et des jihadistes.

 

 

Seconde étape en juin
Après 48 heures d'interruption, l'opération avait repris vendredi matin une fois réglée, selon les rebelles, la question de la libération par le régime de quelque 750 prisonniers pendant la première phase de l'opération.
En fin d'après-midi, "50 prisonniers, dont au moins 15 femmes, ont été libérés des geôles du régime et sont arrivés à bord de bus à Rachidine", une banlieue de la ville d'Alep sous contrôle rebelle, a indiqué l'OSDH.
Le reste des prisonniers doivent être libérés par étapes au cours des prochaines 24 heures, selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'ONG.

La seconde étape, elle, doit débuter en juin, et portera sur la sortie de 8.000 habitants de Foua et Kafraya et de milliers d'autres de localités rebelles dans la province de Damas.
Mohammad Abou Zeid, porte-parole du groupe rebelle d'Ahrar el-Cham, a affirmé à l'AFP les combattants du Hezbollah, venus prêter main forte aux habitants chiites de Foua et Kafraya, seraient évacués durant la seconde phase.

Cette évacuation a été ensanglantée le 15 avril par un attentat qui a fait, selon un nouveau bilan de l'OSDH, 150 morts, dont 109 habitants évacués de Foua et Kafraya, parmi lesquels 72 enfants. L'augmentation du nombre de décès est due au fait que beaucoup de blessés se trouvaient dans un état critique.

 

(Témoignages : "J'ai vu une fille au visage à moitié arraché qui saignait. Je ne l'ai pas reconnue. C'était ma fille")

 

Assad accuse Fateh el-Cham
L'attentat suicide n'a pas été revendiqué.
Dans une interview diffusée par l'agence russe Ria Novosti, M. Assad a accusé le Front Fateh el-Cham, ancienne branche syrienne d'el-Qaëda, d'être responsable de l'attaque.
"C'est le Front al-Nosra (ancien nom de Fateh el-Cham). Ils ne se cachent pas et je pense que tout le monde est d'accord pour dire que c'est al-Nosra", a-t-il dit.

Selon l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, les auteurs de l'attentat étaient déguisés en humanitaires. "Quelqu'un prétendant distribuer de l'aide et attirant les enfants a provoqué cette horrible explosion".
Selon des témoins de l'attentat, un véhicule qui distribuait des sachets de chips aux enfants a explosé à proximité des autocars transportant les personnes évacuées.

Par crainte d'un nouvel attentat, les opérations se sont déroulées sous haute surveillance.
Pour Jan Egeland, qui dirige à l'ONU le groupe de travail sur l'aide humanitaire en Syrie, "il va y avoir beaucoup d'évacuations, ce sont des accords complexes auxquels l'ONU n'a pas été conviée". Ces accords "découlent d'une logique militaire, pas d'une logique humanitaire".

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 320.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés, et s'est complexifié avec l'implication d'acteurs internationaux et de groupes jihadistes.

 

Lire aussi

Ce que les rebelles syriens attendent désormais d’« Abou Ivanka el-Ameriki »

L'attaque chimique, une "ligne rouge" déjà franchie en Syrie

En Syrie, des combattants appuyés par Washington aux portes d'un fief de l'EI

 

Repères

Guerre en Syrie : trois jours qui ont tout changé

Conflit syrien : de l'attaque chimique présumée aux frappes américaines

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jaber Kamel

ET AUSSI QU'ELLE EFFICACITÉ LA MEGA BOMBE ENVOYÉE SUR LES TALIBANS AFGHANS QUAND ON LIT QUE LES TALIBANS VIENNENT DE TUER 50 SOLDATS À LA SOLDE DES usa ?

QUAND ON VOUS DIT QU'ON VOUS MENT. ...

OÙ EST L'ARMADA NAVALE QUI DEVAIT ALLER PUNIR KIM JONG UN. ? ÉVAPORÉE ??? OÙ ÇA ?? EN AUSTRALIE ???

BANDES DE POLTRONS MENTEURS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA NAIVETE S,Y DECELE !

Jaber Kamel

POURQUOI ON NE PARLE PLUS DES NAVIRES AMERICAINS EN ROUTE POUR LA COREE DU NORD ???????

INCROYABLE .............

Jaber Kamel

La force de L'Intelligence face a la barbarie wahabite .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.