Relations publiques et communication : comment construire l’image de marque d’un client - Nada MERHI

LES CARRIÈRES NON TRADITIONNELLES

Relations publiques et communication : comment construire l’image de marque d’un client

Un service personnalisé servant l’image de marque du client.

13/04/2017

Les relations publiques et le conseil en communication stratégique est une filière qui a évolué au cours des dernières années, notamment avec l'essor des médias sociaux. D'une filière couverte dans les années 1980 par les agences de publicité qui assuraient tous les services au client – du concept publicitaire aux relations avec les médias, en passant par les campagnes publicitaires, l'organisation des événements, etc. –, cette filière relève désormais de sociétés spécialisées qui proposent un service personnalisé qui sert l'image de marque du client, qu'il s'agisse d'une entreprise, d'un individu, d'un groupe ou d'une cause. Le point avec Hala Dib, directrice associée de Soap Box Communications, et Joumana Rizk, fondatrice et directrice de Mirros.

Nature du travail

Les relations publiques et le conseil en communication stratégique est un secteur qui consiste à améliorer, corriger ou construire l'image d'un produit, d'une idée, d'une cause ou d'un événement. Une tâche d'autant plus difficile que le consommateur est plus exigeant qu'il ne l'était dans les années 1980 et plus conscient de ce qu'il veut. Le spécialiste en relations publiques et communication va donc mettre en place une stratégie qui va servir l'objectif de son client (au Liban, ce sont les entreprises qui sollicitent le plus ces services).

Cette stratégie reposera sur plusieurs axes qui comportent notamment un plan pour développer l'image de marque du client, le renforcement des relations avec les médias traditionnels à travers l'organisation de plusieurs événements, comme la préparation d'un dossier de presse, l'organisation de conférences, de séminaires, d'interviews, d'expositions, etc., le renforcement des capacités de communication du porte-parole du projet, le renforcement de la visibilité du client sur les médias sociaux, etc.

Certaines sociétés auront même recours aux services d'un professionnel en relations publiques et communication pour organiser des événements susceptibles de promouvoir l'esprit d'équipe au sein de leur entreprise.

Aptitudes et compétences requises

Un professionnel en relations publiques et communication stratégique doit avoir de fortes capacités de communication orale et écrite. Il doit être passionné et intéressé par ce qu'il fait pour pouvoir offrir un travail qui soit convaincant et durable. Les spécialistes du domaine expliquent dans ce cadre que les stéréotypes selon lesquels on peut offrir n'importe quoi au consommateur ne tiennent pas, celui-ci étant de plus en plus exigeant et conscient de ce qu'il recherche.

Le professionnel du domaine doit aussi être humble et ouvert aux autres pour pouvoir comprendre son client qui est le propriétaire du produit ou de l'idée qu'il voudrait promouvoir. De ce fait, le professionnel doit faire parvenir à l'opinion publique le message du client et non pas ses propres idées. La tolérance, la prévenance, la patience, la disponibilité ainsi que la capacité de résoudre des problèmes soudains figurent aussi au nombre des compétences requises pour pouvoir exceller dans ce domaine.

Difficultés et contraintes

Les relations publiques et communication stratégique est un métier prenant qui nécessite de l'énergie et de la disponibilité à n'importe quelle heure de la journée. C'est un métier très exigeant et fatigant, mais dont on apprend beaucoup parce que les projets sont différents. Comme c'est un métier de communication, on risque souvent d'avoir affaire à des clients capricieux, avec qui il faudrait quand même traiter.

Études et débouchés

Pour pouvoir exercer ce métier, il est préférable d'avoir suivi des études en relation avec la communication, comme les relations publiques, le journalisme, l'audiovisuel, la publicité et la vente, ou encore des études de business ou de marketing. Le salaire d'un débutant fraîchement licencié dépend de la société au sein de laquelle il est embauché. En moyenne, il oscille autour de 1 000 dollars par mois.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué