X

Liban

L’Italie offre un bateau de cartographie à la marine libanaise

Coopération

L'ambassadeur Massimo Marotti a réaffirmé l'engagement de son pays en faveur du Liban.

21/10/2016


Une centaine de militaires en uniforme, béret ou képi sur la tête, se tenaient droit debout alors que retentissait l'hymne libanais hier matin à 11 heures à la base navale de Beyrouth, dans le cadre de la cérémonie de remise d'un navire italien de cartographie au Liban. « Il s'agit d'un projet riche et complexe », a déclaré Massimo Marotti, ambassadeur d'Italie.
Le bateau et l'équipement de haute technologie qu'il contient permettront à la marine libanaise de moderniser sa cartographie marine, qui date des années 1960. Grâce à eux, les forces navales libanaises pourront mieux connaître les courants marins et la profondeur des mers, afin d'assurer une navigation militaire et civile en toute sécurité. Dans tous les pays du monde, cette mission, note-t-on, est assumée par l'armée.
Le matériel offert par l'Italie est identique à celui que ce pays utilise sur ses côtes. « Le bateau contient notamment un écho sondeur à multifaisceaux », explique le capitaine Zarone, de la marine italienne.
La remise de ce navire s'inscrit dans un processus de long terme, qui aura coûté deux millions d'euros (près de 2,2 millions de dollars) à la marine italienne et qui va permettre aux forces régulières de se doter d'un service d'hydrographie. Des soldats libanais ont été entraînés à la maîtrise des technologies de cartographie à l'Institut hydrographique de Gênes, dont une délégation était présente pour l'occasion. « Nous menons depuis deux ans un programme de formation. Grâce à la haute technologie qu'elle possède désormais, l'armée libanaise devient autonome », a affirmé Massimo Marotti.
Dix mille vestes et pantalons imperméables, d'une valeur totale de 850 000 euros, ont également été remis durant la cérémonie. Dans le cadre de la participation de l'Italie au groupe de soutien international pour le Liban, lancé en 2014, le ministère des Affaires étrangères italien va continuer son action pour le Liban, amenant la contribution totale du pays à 3,4 millions d'euros (3,7 millions de dollars) pour l'année 2016.

La cérémonie
Dans un geste symbolique, un militaire libanais a remplacé le drapeau italien qui flottait sur le navire par un drapeau libanais. La cérémonie s'est déroulée en présence du commandant des forces navales libanaises, l'amiral Majed Alwane, du chef du département de la logistique de la marine, le général Manuel Kiriejian, l'attaché de défense de l'ambassade italienne, le général Pier Luigi Monteduro, et de plusieurs autres officiers supérieurs libanais et italiens.
Dans son discours, l'ambassadeur d'Italie a souligné que « les méthodes diplomatiques traditionnelles, notamment celles qui se rapportent à la coopération internationale et la qualité des forces armées italiennes, sont au service du développement et de la stabilité au Liban ».
À son tour, le général Manuel Kiriejian a salué l'initiative italienne et rendu un vibrant hommage à « l'engagement exceptionnel de Rome à l'égard du Liban, à travers les formations organisées, les nombreuses donations et la participation de ses forces à la Finul ». « Nous apprécions que votre pays nous soutienne en ces temps de crise », a-t-il déclaré en s'adressant à l'ambassadeur.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué