Le billet de Gaby NASR

Ampère tranquille

Billet
Gaby NASR | OLJ
31/03/2017

Par quel miracle faut-il que le Liban soit le seul pays au monde où l'on ne pige jamais rien aux décisions gouvernementales... Sous le prétexte débile que les discussions en Conseil des ministres sont secrètes, l'exécutif peut s'adonner à son sport favori : le recel et la rétention d'infos. Les décisions sont le plus souvent enrobées d'un tel flou artistique, que les journalistes qui dorment sur le paillasson pour le scoop du siècle ont déjà oublié le motif de leur présence.

Ainsi en a-t-il été du budget et de la grille des salaires. Idem cette semaine pour EDL. Les projets sont tartinés sur des pages interminables, s'étalent sur une kyrielle d'années, sont confiés à des sociétés cooptées par copinage... En revanche motus et clapet cousu sur les sources de financement. Pour finalement comprendre, au rythme des petits prouts discrets lâchés çà et là, que c'est au tréfonds de la gorge du contribuable qu'on ira siphonner le pognon.

Le seul élément concret qu'on a pu saisir est que nos côtes seront bientôt ornées de centrales flottantes turques très kitsch, qui viendront danser, non pas le long des golfes clairs, mais sur nos clapotis souillés, avant de vaporiser leurs miasmes. Centrales électriques déglinguées à l'intérieur, barges ottomanes fleurant bon le diesel au large des côtes... Faut être Libanais pour inventer un tel micmac.

« Les explications sur l'électricité seront données prochainement au cours d'une conférence de presse. » C'est le Césarin du ministère de l'Énergie et de la Flotte qui est à l'origine de cette saillie, transmise à son collègue de l'Information. C'est à peine si ce libéral distingué n'a pas ajouté : « Laissez votre numéro, on vous appellera ! » Monsieur Abi Khalil est trop bon...

Bref, ce fut une avancée en arrière du pas en avant dans le recul de la réforme de l'office d'électricité. Pas un mot bien évidemment sur la privatisation de cette benne à ordures, percluse de clientélisme politique et qui coûte au Trésor public près d'un milliard de biftons verts par an. Une paille, au regard des investissements qui vont suivre et probablement s'évaporer.

Mais ça aussi, on nous l'expliquera plus tard. Au moment de la digestion... juste après le gavage.

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ma Fi Metlo

Ampère et contre tous , Gaby nous apporte notre sourire hebdomadaire . J'aurai aimé lire les éclairages de la mère info ce week-end, à la lumière des éoliennes venues d'Amérique, nous lâcher des parachutés d'idioties sur les loosers de la politique libanaise .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SUPERBE GABY NASR... SUPERBE ! ILS VONT OUVRIR UN HAREM DE BARGES DANSEUSES DE VENTRE QUI ELECTRISENT MAIS N,ELECTRIFIENT PAS...

M.V.

ampère tranquille et barges en Mère ...pour les enfants voyous de l'électron libre...:-)

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Excellent, comme toujours, M. Gaby NASR !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le casse-tête des alliances électorales...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.