X

À La Une

Violents combats à Damas après une attaque surprise d'insurgés

Syrie

Les rebelles ont envoyé sur les positions du régime "deux voitures piégées et plusieurs kamikazes".

OLJ/AFP
19/03/2017

Des affrontements violents ont eu lieu dimanche dans l'est de Damas après une attaque surprise de jihadistes et de rebelles qui ont tenté d'avancer vers le centre de la capitale. Ces combattants, menés par des jihadistes du Front Fateh al-Cham, l'ancienne branche syrienne d'el-Qaëda, ont lancé leur attaque contre les forces prorégime à partir de la position rebelle la plus proche du centre-ville, dans le quartier de Jobar, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Selon l'OSDH, il s'agit d'une offensive éclair destinée à soulager les insurgés qui subissent actuellement des bombardements par les forces du régime dans trois quartiers du nord de la capitale.

Ces combats dans la capitale syrienne font rage alors qu'un nouveau round de négociations intersyriennes est prévu à partir de mercredi à Genève, sous l'égide de l'ONU, en présence de représentants du régime de Bachar el-Assad et de l'opposition.
Tous les efforts diplomatiques, encadrés ou non par l'ONU, ont échoué à trouver une solution au conflit qui déchire la Syrie depuis six ans et a fait plus de 320.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés, engendrant une grave crise humanitaire. Un cessez-le-feu avait été négocié en décembre avec l'aide de la Russie, allié du régime, et la Turquie, qui soutient des groupes rebelles, mais les combats n'ont pas pour autant cessé dans le pays.

D'après le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, des rebelles et des jihadistes ont lancé leur attaque dimanche dans le quartier de Jobar en envoyant sur les positions du régime "deux voitures piégées et plusieurs kamikazes". "Ce n'est pas une escarmouche, c'est une tentative de gagner du terrain" de la part des insurgés, a affirmé M. Abdel Rahmane, qui a précisé qu'ils avaient pris des bâtiments sur la place des Abbassides, d'où ils avaient tiré des roquettes vers plusieurs secteurs de la capitale. Mais après une "avancée significative" des combattants de l'opposition, le régime "a entamé une contre-offensive", a-t-il ajouté.

A la tombée de la nuit, les rebelles ont dirigé leurs efforts sur Qaboun, un quartier du nord-est de Damas lourdement bombardé ces dernières semaines par l'armée. "Les rebelles veulent lier le territoire (sous leur contrôle) de Jobar à Qaboun pour y briser le siège du gouvernement", a expliqué M. Abdel Rahmane.

(Lire aussi : Guerre en Syrie An VI : que reste-t-il de l'État syrien ?)

30 frappes

Selon le directeur de l'OSDH, l'armée a répondu à l'offensive rebelle par plus de 30 frappes aériennes.
La télévision d'Etat a rapporté que l'armée avait "déjoué une attaque de terroristes". Elle a diffusé des images de la place des Abbassides, d'ordinaire très fréquentée mais cette fois complètement vide et où les seuls bruits audibles étaient ceux des détonations.

Selon des correspondants de l'AFP à Damas, l'armée a bouclé tous les accès à cette place, de laquelle s'échappait une épaisse fumée. Plusieurs écoles ont annoncé qu'elles fermaient jusqu'à mardi.

Le contrôle de Jobar est partagé entre d'un côté, des rebelles alliés à des jihadistes et, de l'autre, les forces progouvernementales.
"C'est une ligne de front importante" à cause de sa proximité avec le centre-ville de Damas, a expliqué M. Abdel Rahmane, qui n'a pas été en mesure de fournir dans l'immédiat un bilan des affrontements à Jobar.
Selon l'OSDH, l'attaque de Jobar doit notamment permettre de soulager les rebelles qui essuient des attaques de l'armée dans les quartiers de Barzé, Qaboun et Tichrine en détournant l'attention des forces prorégime de ce front au nord de la capitale.
Les violents combats dans ces trois quartiers ont fait au moins 20 morts au cours des dernières 24 heures, d'après l'OSDH.

 

Lire aussi

L'officialisation par Israël de ses frappes en Syrie, des signaux à ses adversaires et à ses alliés

« Pour négocier la paix en Syrie, il faut partir de l'intérêt de l'enfant »

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL PARAIT QUE LES REBELLES ONT OCCUPE LA PLACE DES ABBASIDES ET D,AUTRES PLACES A DAMAS... LES CARTES PARAIT-IL NE RESTERONT PAS LES MEMES...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ses jours sont dorénavant comptés, à l'aSSaSSin aSSadique bääSSdiot.... Les Nains poutiniens commencent à le lâcher.
Khâââï !

Chady

Un revers de plus s'annonce pour les "insurgés"

Bery tus

hehehe quand on vous affirmait que c'est loin d'etre finis en syrie on nous riez au nez !!

voila quel bon pretexte de mettre israel a toutes sauces ... normal c'est facile avec ca d'excuser nos erreurs !!

Jaber Kamel

Cest l'usurpie qui envoie ses mercenaires.

IMB a SPO

Et c'est qui l'imbecile qui continue a tonitruer les avances de l'Armee Syrienne sur tous les fronts?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MANIFESTATIONS PACIFIQUES SE SONT TRANSFORMEES EN UNE SALE GUERRE... LES RESPONSABLES SONT CONNUS AVEC LEURS ALLIES ET ACCESSOIRES... TOUT VA CHANGER... ET RIRONT BIEN ET FORT QUI RIRONT LES DERNIERS ! LES REFORMES ARRIVENT ET LES PARACHUTES SONT PRETS...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Transition en douceur à Riyad, pas d’impact prévu au Liban

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

RIP, internet !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.