Le billet de Gaby NASR

Vide-poche

Billet
Gaby NASR | OLJ
17/03/2017

Et voilà le travail ! Les tromblons du gouvernement avaient étudié les chiffres, évalué les dépenses, épluché les maigres ressources de cette République de peu... puis conclu qu'il fallait absolument faire les poches des citoyens pour se refaire une santé. Le préposé au tiroir-caisse du ministère des Finances se frottait déjà les mains. Le racket allait enfin pouvoir commencer : Libanais, préparez-vous à cracher au bassinet! Et puis patatras ! Les parlementeurs se sont dégonflés à la dernière minute, envoyant valdinguer la séance de la Chambre.
Pour calmer la piétaille, on avait pourtant bien balancé un os à ronger : la lutte contre la corruption. Qu'en termes élégants ces choses-là sont dites ! Surtout quand on sait que cette formule passe-partout ne veut rien dire, tant que le financement de la grille des salaires ne s'attaque pas à l'essentiel : dégraissage massif de l'administration par le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite ; mise à la diète forcée de cet État boulimique qui se gave d'emplois fictifs ; privatisation rapide des officines-poubelles à la gestion ratée... La voilà, l'origine de la corruption ! Pas seulement le milliardaire anonyme gras du bide qui vient grappiller des lopins du domaine public. Après, on s'étonne que les plus fortunés lorgnent sur les paradis fiscaux. Un paradis fiscal, ça n'existe que parce qu'il y a un enfer fiscal !
Quant au budget, n'en demandez pas le détail, il se résume en quelques mots : salaires, taxes, salaires, taxes et... imbécillités somptuaires. Il faut vraiment le gratter, ce parchemin issu de la phosphorescence des croûtons politiques, pour trouver les programmes de développement générateurs d'emploi.
Faut en plus se coltiner les syndicalistes ringards de la fonction publique qui procèdent de la même veine ! À califourchon sur leurs « droits acquis », et non contents d'avoir pris en otages les enseignants du privé en s'arrimant à leurs revendications légitimes, ils ont fini par cocufier ces derniers en pompant la majeure partie des sucreries que l'État compte distribuer.
Résultat des courses : va falloir se serrer davantage la ceinture en attendant d'improbables jours meilleurs. Libanais, saignez-vous aux quatre veines pour engraisser la caste privilégiée des fonctionnaires ! Que les affamés d'aujourd'hui crèvent, pour sauver les affamés de demain...

Gaby Nasr
gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Les bourses ou l'avis ...! choix kafkaïen m'a dit ma cousine !

VITESSE DE CROISIÈRE

On ne peut faire mieux pour expliquer cette situation tragi-comique .

En vérité je reçois des appels de plus en plus pressant d'amis libanais qui chercheraient à se faire embaucher ailleurs , n'importe où mais ailleurs , le problème est qu'ailleurs aussi ça va très mal .

J'ai pas ri Gaby , même si c'est très bien écrit .

Le Faucon Pèlerin

La lutte contre la corruption est la rengaine quotidienne chantée par le choeur des Ali Baba et leur orchestre de voleurs de l'argent public, du plus haut au plus bas échelon dans tous les ministères depuis belle lurette. L'apothéose dure depuis surtout depuis 2005... C'est à vomir dans les chiottes de la république bananière.
Merci Gaby Nasr.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Que les affamés d'aujourd'hui crèvent, pour sauver les affamés de demain...." !
Excellent Gaby NASR !
Ou, "Que les affamés d'aujourd'hui crèvent, pour pouvoir perpétuer les affamés de demain...." !

Nadine Naccache

Et on n'est pas au bout de nos surprises, le meilleur reste à venir....

Antoine Sabbagha

Aucune remarque pour cet article d'or qui résume ce Liban mafieux qui saigne depuis 1943 .

Soeur Yvette

Oui,superbement dit merci...Que Dieu ait pitie de notre LIBAN...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SUPERBEMENT DIT ! RIEN A AJOUTER...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!