Dernières Infos

Libye: les forces pro-Haftar préparent une contre-offensive

AFP
06/03/2017

Les forces loyales au maréchal controversé Khalifa Haftar ont annoncé lundi qu'elles préparaient une large contre-offensive pour reprendre d'importants sites pétroliers du nord-est de la Libye, dont se sont emparés vendredi des groupes armés rivaux.

"Une très grande mobilisation des forces libyennes armées est en cours pour chasser les bandes terroristes de la région du croissant pétrolier", a indiqué à l'AFP Mohamad Ghanim, un porte-parole de l'Armée nationale libyenne (ANL) auto-proclamée par le maréchal Haftar.

Les Brigades de Défense de Benghazi (BDB) s'étaient emparées vendredi du complexe pétrolier de Ras Lanouf, qui comprend surtout un aéroport et un port, ainsi que du port proche d'Al-Sedra.
Depuis, l'ANL a mené plusieurs raids aériens sur des positions des BDB, sans parvenir à les chasser des positions qu'elles occupent.

Le colonel Ahmad al-Mismari, porte-parole de l'ANL, a annoncé de nouveaux raids aériens lundi contre des véhicules des BDB, une coalition de groupes hostiles à Haftar, dont la plupart avait été chassé ces derniers mois de la ville de Benghazi. L'ANL avait pris le contrôle en septembre des quatre principaux sites pétroliers de la Libye --Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra-- qui assuraient l'essentiel des exportations libyennes d'or noir depuis le nord-est du pays.

Déchirée par des luttes de pouvoir et en proie à une insécurité chronique depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est dirigée par deux autorités rivales: le gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement basé dans l'est du pays et lié au maréchal Haftar.

Le GNA avait nié tout "lien avec l'escalade militaire dans la région du Croissant pétrolier", condamnant "avec force toute action qui sape les espoirs des Libyens".

Mais le ministre de la Défense du GNA, Al-Mahdi al-Barghathi, connu pour ses positions hostiles à Haftar, est accusé par les autorités de l'est d'appuyer les BDB qui avaient déjà tenté ces derniers mois plusieurs attaques contre le croissant pétrolier.

"Ceux qui sont responsables de ce qui se passe maintenant dans les champs pétroliers sont ceux qui ont confisqué la volonté réelle des Libyens, (...) et cela montre que personne ne peut contrôler la Libye par la force", a déclaré le ministre lundi, appelant à "un Etat civil, démocratique et libre".

M. Barghathi faisait référence au maréchal Haftar, accusé par ses détracteurs de vouloir instaurer un régime militaire en Libye.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué