Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Myriam Klink convoquée par le bureau de lutte contre les crimes cybernétiques

La justice interdit le nouveau clip vidéo de la chanteuse pop libanaise.

Capture d'écran tirée du clip vidéo de la chanteuse pop libanaise Myriam Klink.

La chanteuse pop libanaise Myriam Klink, qui a provoqué la polémique avec le lancement d'un clip vidéo évocateur, a été convoquée par le bureau de lutte contre les crimes cybernétiques, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Cette instance, qui traite des actes criminels commis sur la Toile et qui dépend des Forces de sécurité intérieure, envisage d'interroger la chanteuse lundi, selon la même source.

Plus tôt dans la journée, la justice libanaise a ordonné l'interdiction de la diffusion d'un clip vidéo de la chanteuse, après avoir estimé qu'il porte atteinte aux bonnes mœurs. Le ministre de l'Information, Melhem Riachi, était entré en contact vendredi soir avec son collègue à la Justice, Salim Jreissati, lui demandant de "prendre les mesures nécessaires".

Dans cette vidéo, Myriam Klink chante aux côtés de l'artiste Jad Khalifé un morceau intitulé "Goal". Sur le clip, les deux apparaissent dans des positions évocatrices sur un lit. Une fillette apparaît également dans cette vidéo. M. Riachi a estimé que la vidéo comporte des "connotations à caractère sexuel flagrant" et "profite de comportements en apparence enfantins pour envoyer des messages contraires aux bonnes mœurs à travers un média grand public".

La justice a ainsi décidé samedi matin d'interdire la diffusion de la vidéo via les médias et les réseaux sociaux sous peine d'amende d'un montant de 50 millions de livres libanaises.

Sur sa page Facebook, Myriam Klink a dénoncé la "politique du deux poids deux mesures" de la justice, appelant les autorités à bannir les vidéos à connotation sexuelle d'autres chanteuses pop libanaises, dont "Bouss el wawa" de Haïfa Wehbé. La chanteuse a ensuite retiré son commentaire dans lequel elle accusait les politiciens de "s'occuper de ses fesses plutôt que des affaires du pays". 

 

Lire aussi

Une nouvelle starlette crève l'écran et hausse la barre de la médiocrité

La robe de Haïfa Wehbé provoque les foudres d'Abou Bakr al-Baghdadi


La chanteuse pop libanaise Myriam Klink, qui a provoqué la polémique avec le lancement d'un clip vidéo évocateur, a été convoquée par le bureau de lutte contre les crimes cybernétiques, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Cette instance, qui traite des actes criminels commis sur la Toile et qui dépend des Forces de sécurité intérieure, envisage d'interroger...

commentaires (1)

elle aurait dû laisser son commentaire et puis atteinte aux bonnes moeurs, il y en a d'autres : -femmes battues -femmes tuées sous "le crime d'honneur" -mariages précosses

Talaat Dominique

13 h 34, le 05 mars 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • elle aurait dû laisser son commentaire et puis atteinte aux bonnes moeurs, il y en a d'autres : -femmes battues -femmes tuées sous "le crime d'honneur" -mariages précosses

    Talaat Dominique

    13 h 34, le 05 mars 2017

Retour en haut